LA CRISTALLERIE DAUM (NANCY), HISTOIRE DE VERRE ET CRISTAL

La cristallerie Daum (Nancy), un nom qui a marqué les arts décoratifs, une dynastie spécialiste de la pâte de verre toujours en activité. Établit à Vannes-le-châtel, la manufacture Daum perpétue son savoir-faire à travers des collections contemporaines, mais également typique de l’Art nouveau. Vase, coupe, sculpture, la pâte de verre Daum a su emporter la maison dans une aventure artistique en renouvellement permanent.

Avant de commencer, voici de quoi vous situer à travers l’incroyable l’histoire de la pâte de verre : 

DAUM, UNE DYNASTIE

Le commencement.

Vous devez le savoir. L’histoire de la verrerie Daum commence lors d’une période trépidante pour la ville de Nancy. En effet, les année 1870-1914 ont été d’intense renouvellement. 

Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, en 1871, la ville de Nancy devient la porte d’entrée des Alsaciens-Lorrains désirant de rester français.

Le flux de population et de capitaux est alors important : il en résulte une main d’oeuvre abondante et qualifié, ainsi que toutes les conditions requises pour une économie prospère.

histoire-ville-nancy

La célèbre collection Roses Passion Art nouveau. En 2018, Daum conçoit quatre nouveaux vases inédits aux teintes aussi fascinantes que surprenantes sublimés pour certains d’entre eux par des touches d’or.

Vase-Rouge-Violet-fleur-or-Daum

Les troupes allemandes dans Nancy : 

Place-stanislace-1870-Daum-Nancy

En 1872, Guillaume avril et Victor Bertrand fondent la Société industrielle Avril Bertrand et C, première verrerie de Nancy. Construite entre 1873 et 1874 dans le faubourg Sainte-Catherine, elle est mise en service en 1875.

Durant cette même période, les frères Auguste et Antonin Daum avaient émigré à Nancy. Rachetée en 1878 par le père Jean Daum, notaire originaire de Bitche, la manufacture devient “Verrerie de Nancy – services de table – demi-cristal”.

En 1879, l’aîné de ses fils, Auguste, clerc de notaire à Nancy, rejoint l’entreprise qui prend le nom de “Daum et fils” en 1883.

La production était essentiellement utilitaire, sans dimension artistique : des verres à voire, des cloches à fromage, etc … 

LA FAMILLE DAUM

Famille-cristallerie-Daum-histoire

Nouvelle collection 2019 : La manufacture Daum met à l’honneur l’exotisme à travers une collection s’inspirant de l’art de la vannerie.

Le jeune Antonin Daum, après avoir terminé ses études, avait des ambitions plus hardies. Il admirait Gallé avec ferveur; mais il prit d’autres chemins.

"Sans doute, ma préparation technique à l'Ecole Centrale, écrit-il, me donnait quelques connaissances, mais un irrésistible instinct me poussait à n'en retenir que la valeur pittoresque et à les appliquer à la décoration ... Quelques bibelots amusants suivirent dans des techniques diverses, gravures à la roue, gravures profondes à l'acide, verres marbrés, verres à double ou triple couches, j'avais, au bout d'un an, une petite collection d'échantillons, ma foi très neuve, mais dont aucun public n'était alors saisi. Et j'étais bien intimidé : le verre, sauf chez Emile Gallé, déjà dans sa gloire, n'avait pas la cote".

Est-il nécessaire de dire que les premières oeuvres d’Antonin Daum n’obtinrent qu’un succès mitigé. Tel est le lot commun des chercheurs à leurs débuts. Mais ce fut de courte durée.

Antonin Daum ouvre un département création en 1891. La production alors gagne le domaine des arts. 

histoire-cristallerie-daum-nancy

DAUM, UN JALLON ESSENTIEL DE L'ART NOUVEAU

Matière pauvre le verre ? Matière froide ? Sans doute. Mais par la volonté et l’intelligence de l’artiste et de l’artisan, par leurs multiples inventions et grâce aux métamorphoses du feu, la cristallerie Daum dans les dernières années du siècle, obtint la maîtrise du verre

La multiplicité des procédés permet les jeux de la transparence et de l’opacité de la matière brute ou travaillée, des couleurs superficielles ou profondes avec d’infinies variations sur ce qui est proposé par la nature. Ainsi voyons-nous ainsi naître un petit monde de forêts et de prairie, le mystère des étangs et les reflets du ciel.

Les prouesses des verriers semblent n’avoir plus de bornes. Certaines oeuvres nous étonnent par leur complexité. Au flanc du vase émergent des girolles et sa glissent des papillons de nuit. Des paysages se découpent sur des ciels incandescents, au premier plan se détachent des roseaux, des feuilles et des branches ponctuées de coccinelles ou de libellules. L’art rejoint la botanique : ici, l’éclatant pavot, là, sur un léger flacon, la douceur des cyclamens.

À gauche, le vase d’Automne des frères Daum (1900), à droite un autre vase à décor (1910.

vase-frere-daum-nancy

Toute un poétique s’exprime dans la diversité des épaisseurs et des transparences avec des techniques nouvelles.

Depuis longtemps déjà la province a les yeux fixés sur Paris, pour chercher des idées, des modes, des tendances de goût. Et voilà maintenant que Nancy manifeste de l’indépendance, suit des voies imprévues, invente des formes et des décors sans précédents, bouscule des principes héréditaires et les remplace par les fruits de son imagination.

La consécration de Daum en 1900 :

L’Exposition Universelle en 1900 récompense Daum d’un Grand Prix et lui apporte une notoriété internationale. Novatrice, la cristallerie Daum habille déjà la lumière électrique avec du verre et s’associe à de grands artistes. Majorelle ou encore Henry Bergé.

Dans les œuvres de Laurence Bonnel, la figure humaine tient une place essentielle. Elle crée notamment des silhouettes architecturées, presque primitives, dont émane une grande présence.

DAUM ET L'ÉCOLE DE NANCY

Un mouvement artistique, s’il est assez novateur et assez puissant pour être baptisé du nom de la ville qui l’a vu naître, c’est un honneur pour les artistes et c’est un honneur pour la ville … Honneur de grande rareté.

Nous parlons bien de l’École de Nancy.

Quelques artistes nancéiens, à la fin du siècle dernier, avaient le désir et la volonté de réagir contre les routines qui régnaient dans le domaine des arts décoratifs depuis une cinquantaines d’années. La production « décorative », à commencer par le mobilier, était issue des styles Henri II, Louis XV ou Louis XVI, pour ne citer que les plus demandés. Le commerce se bornait à la copie d’ancien ou à diverses interprétations bâtardes … Au temps des découvertes et des grandes inventions techniques qui bouleversaient le monde, quel paradoxe !

Cependant au cours des dernières années du XIXè siècle se dessinent des courants esthétiques en divers pays d’Europe. Leurs créateurs ont pour ambition de rompre les amarres avec le passé, d’imaginer un style original et ardent capable de favoriser des rapports nouveaux entre l’homme et la société … On le voit apparaître presque en même temps en Belgique, en Grande-Bretagne, en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en France où la naissance de l’école de Nancy est l’un des plus singuliers phénomènes de l’art moderne

Nous assistons en effet à l’éclosion d’un style qui s’applique aussi bien à l’architecture qu’à la sculpture, à l’image qu’à l’objet; un style qui prendra divers noms selon ses origines et sera généralement désigné en France sous le titre : « Art Nouveau »; un style sans ascendance que chacun invente selon son imagination et selon son métier … 

Au début, ces hommes qui oeuvraient chacun de leur côté, ne se connaissaient même pas. Ils inventaient des formes, des rapports de couleurs, sous le signe de l’originalité.

C’était l’époque où les arts décoratifs étaient dénommés « Arts mineurs », qualificatif chargé de discrédit. on avait oublié que les grandes époques de l’art, comme celles de l’Égypte, de laGrèce antique, ou du gothique européen pouvaient accorder autant de valeur esthétique à un objet usuel qu’à un monument, ou une sculpture.

Si la fondation de l’Ecole de Nancy date de 1901, ses adeptes n’ont pas attendu son acte de naissance officiel pour oeuvrer chacun à sa manière et selon sa discipline.

L’Ecole de Nancy rassemble de nombreux industriels d’art, artistes et architectes qui souhaitent améliorer le cadre de vie de leur époque par l’emploi de formes et de techniques nouvelles. La volonté de modernité, le souci de développement industriel mais aussi l’inspiration de la nature sont au cours de ce mouvement.

Emile Gallé, botaniste et poète, est le premier à exploiter les ressources de la verrerie. Art et technique s’unissent pour célébrer la nature, qui prodigue ses trésors toujours renouvelés. Sur la porte de son atelier le maître a placé cette devise :  » Mes racines sont au fond des bois, sous les mousses, autour des sources ». 

Naturalisme, Symbolisme ?… Les maîtres de l’Ecole de Nancy ne sont point des fondateurs d’ordre. Ils cherchent les principes d’un « art nouveau », d’un art vivant, pris sur des modèles vivants.

Dans leur comité, nous rencontrons l’ébéniste Louis Majorelle, dont l’oeuvre a marqué l’époque par son originalité et sa vigueur. Lui aussi s’inspirait de la nature : il retrouvait la majesté de la forêt. Ebéniste aussi, et sculpteur, et architecte, vallon s’intitulait modestement menuisier. Mais en vrai, ses créations possèdent un puissance peu commune. Citons encore les vitraux et les ferronneries de Gruber, et puis le peintre et dessinateur Victor Prouvé, directeur de l’Ecole des Beaux-Arts, grand animateur auquel est redevable toute une génération d’artistes nancéiens.

Enfin, aux côtés de Gallé, comme vice-président, Antonin Daum, qui devait pousser l’art du verre à son plus haut raffinement.

DAUM ET LES ARTISTES, UNE HISTOIRE D'AMOUR

L’identité Daum est ancrée dans son histoire.

Plus de 370 collaborations artistiques au service de la cristallerie Daum depuis ses débuts. Pour ne citer que les meilleurs : Arman, César, Salvador Dali. Mais aussi les Lalanne, Roland Topor, Manolo Valdes.

Aujourd’hui, des artistes tel que Richard Orlinski, Deville-Chabrolle, ou encore Jean-Philippe Richard s’associe à Daum pour travailler, ensemble, la pâte de cristal.

Toutes les pièces sont disponibles sur la boutique en ligne Daum, ou sur Vessiere Cristaux, le spécialiste du cristal depuis 1882.

Marie-paule-Deville-Charbolle-Daum

DAUM NANCY - DAUM FRANCE, QUELLE DIFFÉRENCE ?

VASE, COUPE, SCULPTURE DAUM

Entre les années 1896 et 1910, aucune ville n’édifia, par rapport à sa population, tant de maisons du nouveau style. La ville de Nancy s’agrandissait avec rapidité, elle s’enrichissait. Manifestement ces façades arrondies et voluptueusement sculptées, l’originalité de leurs escalier ou de leurs toitures caractérisaient un renouveau et manifestaient de l’élégance d’esprit.

La guerre de 14, devait apporter ses perturbations chez les maîtres de l’Ecole de Nancy. Mais, dès 1920, la cristallerie Daum reprenait sa marche en avant, Daum, ce n’est pas seulement un raison sociale, c’est une dynastie.

L’évolution des arts devait conduire vers d’autres recherches. Les pièces de la première époque abbé leurs décors floraux, qui avaient connu à travers le monde de brillants succès, tombent plus ou moins en désuétude – avant de retrouver d’autre précieuses saveurs.

L’exposition des Artistes décorateurs de 1925, à Paris, exige de la part de ses exposants un style vraiment moderne, c’est-à-dire dépouillé de toutes références au passé. Daum est ainsi dès vite en plein renouvellement.

cire-perdue-fabrication
fabrication-vase-Daum

LA CRISTALLERIE DAUM ET LE CRISTAL CLAIR

C’est à partir de 1950 que la pureté du cristal, sa légèreté, sa transparence, à nouveau attestent des recherches de créations tout à fait inédites. Le développement des arts, son évolution vers l’abstraction indiquent de nouvelles routes à suivre. Les formes pures d’un pur cristal s’imposent par leur harmonie et leur sobriété. Elles appartiennent à l’art contemporain. L’oeuvre abstraite, translucide et sans tache, prend un air de majesté.

L’épreuve du feu, exigée par la fusion, conduit aux grâces du modelé, où paraissent des harmonies intermédiaires entre les volonté de l’artiste et les secrètes exigences de la matière.

Et aujourd’hui, qui pourrait s’étonner d’apprendre que Daum, toujours animé par l’esprit de recherche, s’adressa aux artistes d’avant-garde les plus célèbres pour créer de nouveaux modèles échappant à tout ce qui, dans cet ordre, s’était accompli ? Il demande la collaboration entre autres de Salvador Dali et du sculpteur César.

Ainsi César s’est livré a ses expansions et compressions translucides. Quant à Dali le magicien il sort de son sac à malices de petit prodiges.

Et c’est ici la clef.

Une animation constante de l’esprit permet à cette cristallerie Daum de renouveler les inventions techniques et esthétiques, d’acquérir les lettres de noblesse de leur métier, de rénover l’art du verre e, lui donnant une place éminente parmi les arts décoratifs.

Une production si constante dans sa qualité, toujours neuve dans ses modes d’expression, devait avoir l’honneur de figurer au musée des Beaux-Arts de Nancy, à côté de la plus belle place au monde. Oui, je parle de la Place Stanislas.

Aujourd’hui, la cristallerie Daum est âgé de plus d’un siècle. Elle est le fer de lance notre artisanat français si cher à nos yeux. États-Unis, Moyen Orient, Russie, Daum est mondialement reconnu par les amateurs d’art des quatre coins du monde.

LA ROUTE DU CRISTAL, C'EST MAINTENANT !

Partons ensemble à la découverte des plus illustres cristalleries de Lorraine. Au programme, Daum, Portieux, Baccarat, Lalique, Saint-Louis … 

Tout ce dont vous voulez savoir est ici ! 

Histoire, fabrication, musées, visite des ateliers, signatures et informations pratiques ! 

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À VOUS ? QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

LE CADEAU FÊTE DES MÈRES

-10% CODE SAVOIRFAIRE