4 INCROYABLES ÉTAPES DE LA FABRICATION DU CRISTAL

La-fabrication-du-cristal

L’art verrier, art du feu, reste énigmatique. Cet article vous dit tout sur la fabrication du cristal. Du soufflage du verre à la taille, graveur et polissage, le métier de verrier n’aura plus aucun secret pour vous. Comment est fait un verre en cristal ? La réponse en image !

Emprisonner la lumière dans la matière, la faire jouer entre transparence et reflets : il y a de la magie dans la fabrication du cristal.

Regardez :

Une magie subtile et délicate. Que de pas franchis entre le cristal de roche grossier mais qui fascinait déjà nos ancêtres et les superbes créations de Baccarat, Daum ou encore Lalique.

La découverte du cristal ?

Pour maîtriser la transparence unique de cette matière née du sable, de l’eau, du bois et de la fougère, il fallut attendre la fin du XVIIe siècle.

Pour résumer la situation :

On savait fabriquer en Italie et en Bohême un verre déjà remarquable et très pur, appelé le cristallo; mais c’est en Angleterre que l’on ajouta un jour du plomb à la préparation, obtenant une transparence et des reflets magiques.

Voici à quoi ressemble le minium de plomb utilisé pour la fabrication du cristal :

composition-cristal-verre
Musée de Meisenthal

Si vous êtes curieux, on vous détaille cette épopée dans notre article : la découverte du cristal, la vraie histoire.

Et en France ?

Cette découverte de la fabrication du cristal, dont les Anglais avaient gardé jalousement le secret, ne fut faite en France qu’en 1782 : le directeur de la cristallerie de Saint-Louis la présenta alors devant l’Académie des sciences.

C’est ainsi la verrerie royale de Saint-Louis qui fut la première à proposer des créations en cristal. Son incroyable histoire est à découvrir lors de la visite guidée du musée Saint-Louis. Uniquement sur réservation, un guide passionné vous révèlera tous les secrets de la plus ancienne verrerie d’Europe.

MAIS QU'EST CE QUE LE CRISTAL ?

Voici l’aspect technique.

Selon les termes de la législation de l’Union européenne, le cristal est un verre dont l’indice de réfraction doit être au moins égal à 1,545

Prosaïque définition, bien loin de l’art et de la beauté qui, très tôt, donneront au cristal ses lettres de noblesse et le placeront sans conteste parmi les arts du luxe.

La fabrication du cristal est avant tout un art du feu, reposant sur la question de sa composition.

Il naît d’un opération alchimique où le mélange semble se perdre dans le feu pour renaître en un matériau encore informe. 

Le four est vaste, doté de plusieurs portes et alimenté en continu de combustible et de matières premières : 50% de sable (appelé le vitrifiant), 24% au moins de plomb, 20% de potasse (appelé le fondant).

composition-cristal

On vous explique.

L’élément essentiel de cette composition est le vitrifiant, généralement de la silice que l’on trouve dans certains sables. La silice ne fond qu’à 1670°C, température extrêmement élevée et difficile à atteindre, même avec la technologie moderne.

La solution ?

Pour abaisser la température de fusion, le verrier ajoute un fondant, généralement de la soude ou de la potasse. Le sable fond aussi à une température plus basse.

Dernier élément ?

Le stabilisant : ici, c’est le plomb qui est utilisé pour donner son éclat au verre.

C’est tout un Art.

Le sable doit être extrêmement pur. Il gagne en transparence lorsqu’il est purifié par le savon des verriers, de l’oxyde de manganèse, ou comme à la cristallerie de Baccarat, de l’oxyde de nickel.

On préfère le sable de la région parisienne, extrêmement blanc. 

Quant au plomb, il est utilisé sous forme d’oxyde, minium ou litharge, comme vous l’avez vu sur la photo précédente. 

La-difference-entre-verre-cristal

Le saviez-vous ?

Traditionnellement, la potasse nécessaire pour abaisser le point de fusion du sable était issue des cendres de fougères.

Aujourd’hui, on utilise l’apport de potasse sous bien d’autres formes, mais c’est là le domaine secret des cristalliers …

LA FABRICATION D'UN VERRE EN CRISTAL :

Voici un petit schéma récapitulatif de la fabrication d’un verre en cristal :

fabrication-verre-cristal-explication

ÉTAPE 1 : LE TRAVAIL DU CRISTAL À CHAUD :

Le verre est fluide pendant la fusion puis devient visqueux entre 1100 et 800°C. Enfin, il est dur à température ambiante. C’est pendant qu’il est visqueux et donc malléable que toute la magie du “travail à chaud” peut opérer.

Le travail du souffleur de verre :

Regardez :

Plusieurs ouvriers s’affairent autour du four pour sortir de la masse en fusion, à 1200°C, des boules rougeoyantes et fumantes.

Une vraie chorégraphie !

Les verriers vont et viennent entre le banc et le four, rythmant le façonnage à la température du verre. 

Tout est important.

La perception, la couleur du verre, sa résistance au souffle. Le verrier doit réaliser une mouvement continue de la canne pour que la masse de verre malléable ne se déforme pas et tombe.

cristallerie-lehrer-demonstration
Verrier de la cristallerie Lehrer

Le maître verrier travaille à l’aide d’outils très simples : palettes, pinces, ciseaux (pour en savoir plus, découvrez le langage du verrier). 

Les outils de la fabrication du cristal n’ont presque pas changé depuis des siècles.

Je vous laisse admirer : 

artisan-verrer

Le travail du moule :

Pour des pièces de série et sans resserrement (dont le col est plus étroit que le corps, par exemple), le moulage par pression est utilisé : on enfonce une forme métallique dans la masse en fusion qui se trouve ainsi repoussée contre les parois du moule.

Réaliser un moule nécessite une technicité est un savoir-faire pointu. Les ateliers de Meisenthal étaient très réputés pour ça.

Si vous souhaitez réaliser une pièce unique de votre choix, ou souhaitez rééditer un verre de famille, le coût va être exorbitant si il faut créer un moule. Plusieurs milliers d’euros.

Voici l’explication :

À partir du modèle de l’objet en plâtre, différentes étapes se succèdent.

  • La 1ère consiste à réaliser un moule en plâtre pour étudier comment l’ouvrir et en sortir l’objet en verre.
  • Par la suite, une empreinte est réalisée à la fonderie à partir de plâtre.
  • Enfin, débute le travail de fraisage, d’ajustage, de tournage et de ciselure qui nécessite un grand savoir-faire.

La qualité et la finesse des objets en verre réalisés dans les moules dépendent essentiellement du travail du mouleur. 

fabrication-cristal

Un verre soufflé bouche :

Le verrier procède à l’étape dit « soufflage ». L’artiste va alors réchauffer la boule de cristal encore en fusion (dans un four appelé Glory).

Le but est de souffler et tourner en même temps, afin d’avoir un verre parfait, une symétrie exacte.

L’oeil du verrier assisté de son expérience est alors primordial afin de vérifier la qualité du produit réalisé.

La réalisation de la jambe du verre.

L’étape suivante consiste à poser la jambe du verre. Pour ce faire, le verrier doit garder le verre en cristal chaud.

Une fois le verre chaud en main, un autre verrier vient poser délicatement un morceau de cristal en fusion sur le verre. Le verrier coupe le morceau de cristal et affine ainsi la jambe du verre. Le pied est alors réalisé par la suite.

L’arche de recuisson :

Le verre, contrairement aux autres arts du feu comme la céramique, exige un abaissement progressif de la température. Sans ce refroidissement, des tensions provoquées par la mise en forme de l’objet vont fissurer ou casser le verre. 

La couche superficielle de verre refroidit et durcit plus vite que le reste de l’objet.

L’arche de recuit permet de faire descendre la température du verre de manière constante et progressive. 

La durée de l’opération est fonction de la masse de l’objet, et peut durer de quelques heures à plusieurs jours.

arche-de-recuisson
Arche-de-recuisson-verrier

ÉTAPE N°2 : LES ATELIERS DU VERRE FROID :

Les finitions du verre en cristal :

Ce n’est pas encore terminé. 

Une fois le verre sorti de l’arche de recuit, il subit plusieurs étapes de finition.

  • Le décalottage permet de supprimer la calotte par laquelle le verre était attaché à la canne (le haut du verre est alors très coupant).
decalottage-verre
  • Le flettage permet de meulé cette partie coupante, le buvant du verre.
  • Enfin, afin d’adoucir le bord, le rendre arrondi et brillant, la dernière étape est le rebrûlage. Le verre est placé sur un plateau tournant et ses bords sont réchauffés.

Cette opération crée de nouvelles tensions entre la partie rebrûlée et le reste de la pièce. Il est nécessaire de redéployer la pièce dans une arche de recuisson.

Le travail des tailleurs et graveurs :

A l’atelier du verre chaud succèdent les ateliers de taille, de gravure et de polissage. C’est la dernière étape de la fabrication du cristal.

Le maître tailleur donne vie au verre.

Le décor est réalisé par gravure à la roue, à la meule de diamant, avec des disques de cuivre ou de pierre, ou à l’acide.

verre-vin-alsace-taille
Polissage à la cristallerie Lehrer

Le bain à l’acide :

Le décor à l’acide était particulièrement utilisé par l’artiste Émile Gallé.

L’acide fluorhydrique, préparé pour la première fois par Gay-Lussac en 1811, est un des rares acides à attaquer le verre.

Le principe est simple :

Pour cette technique, un négatif du motif est appliqué sur la pièce, qui sera enduite de bitume de Judée, un mélange de cire et de térébenthine, puis plongée dans l’acide, qui attaque les parties non protégées.

gravure-acide-cristal

La gravure ainsi obtenue est le plus souvent décorée à l’or, ce qui demande une nouvelle cuisson.

La peinture, l’émail et la dorure :

La peinture, l’émail et la dorure ont en commun d’être appliqués au pinceau.
 
La peinture ne nécessite pas ou peu de cuisson, les couleurs sont définitives dès l’application.
Ce n’est pas le cas de l’émail, qui contient des éléments vitrifiables et prend l’aspect brillant du verre.
 
La difficulté de l’émail sur verre est d’arriver à faire chauffer les émaux sans atteindre la température de ramollissement du verre, qui déformerait la pièce.
 
Enfin :
 
Après chaque taille ou gravure, le verre doit être poli, soit par un bain d’acide, soit par meulage au liège puis à la laine.

ET LA FABRICATION DU CRISTAL DE COULEUR ?

Si des verres de couleur doivent être travaillées, le four comporte plusieurs creusets dans chacun desquels des oxydes colorants ont été ajoutés aux matières de base du cristal.

À ce sujet, on vous invite à lire notre article sur le cristal de couleur pour comprendre toutes les subtilités de sa fabrication.

La palmette de couleur est immense, à l’image de nos bijoux en cristal :

Pour résumer :

L’ajout de métaux dans le verre en fusion permet d’obtenir une grande variété de couleurs.

Qu’est-ce que le doublé couleur ?

Le verre doublé couleur demande un plus grand travail au verrier.

Deux couches successives de cristal, une claire, puis l’autre de couleur, forme le verre. Ensuite, la taille réalisé sur le verre va laisser apparaître la première couche de cristal clair.

Le grand spécialiste, la Manufacture Saint-Louis :

verre-tommy-saint-louis
Service Tommy Saint-Louis, doublé couleur

Et le cristal opale ?

Un effet intéressant est obtenu par une méthode, reprise des maîtres verrier vénitiens, qui donne au cristal l’aspect de l’opale. On l’obtient en ajoutant du phosphate de chaux. Le cristal opalin peut aussi être coloré, ce qui est fort apprécié dans les créations de l’Art nouveau.

opaline-saint-louis
Opaline du musée Saint-Louis

Un autre effet de couleur, également très utilisé à la même époque, consiste à recouvrir l’objet de plusieurs couches de différentes couleurs, couches qui seront ensuite gravées ou partiellement supprimées afin de créer par retrait des motifs polychromes.

À Baccarat, on a mis également au point des verres dits agate, pâte de riz ou albâtre, où l’effet vient d’une subtile fusion provoquant l’apparition de multiples et microscopiques bulles de gaz.

OÙ VOIR LES VERRIERS TRAVAILLER ?

On vous explique tout à travers notre guide des cristalleries.

Pour découvrir les verriers travailler, il y a un must, la visite guidée de la cristallerie Saint-Louis, uniquement sur réservation.

Vous pouvez également vous rendre :

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Aime si ça marche pour toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.