LA CRISTALLERIE RENÉ LALIQUE, UNE INCROYABLE HISTOIRE

Découvrez l’incroyable histoire de René Lalique. Artiste de génie, créateur du bijou moderne, René Lalique a marqué l’histoire des arts décoratif, mais pas seulement. Passant à égal succès de l’Art Nouveau puis l’Art Déco, ses bijoux, sculptures s’échangent aujourd’hui à prix d’or par les collectionneurs ! En 2019, le nom Lalique rayonne toujours à travers le monde. La cristallerie s’est adapté au nouveau monde en se diversifiant. Joaillerie, mobilier, Art, hôtel restaurant, cet article répondra à toutes vos questions étape par étape !

Pour bien faire, il nous faudrait commencer par parler longuement de cette première période, qui, dans la vie de René Lalique, fut celle d’une brillante préparation à sa glorieuse carrière de verrier, qui aboutira à la création de la cristallerie Lalique France.

Qu’est ce que la cristallerie Lalique 

Avant toute chose, il est important de rappeler que la cristallerie Lalique est toujours en activité. La manufacture Lalique se situe à Wingen-sur-Moder, dans les Vosges du nord. À sa tête depuis 2008, un entrepreneur Suisse privé, Silvio Denz. Homme d’affaire aux multiples casquettes, il a su donné un véritable second souffle à la manufacture. La stratégie gagnante ? La diversification. Le cristal représente 40% du chiffre d’affaire de la Maison. Joaillerie, mobilier, parfum (groupe Art & Fragrance), mais également hôtel restaurant (la villa René Lalique), Lalique est aujourd’hui une marque lifestyle, à la française bien sûr !

Informations utiles sur Lalique

=> Site de la cristallerie Lalique : www.lalique.com – www.vessiere-cristaux.fr/categorie-produit/cristal-lalique/
=> La villa René Lalique : www.villarenelalique.com – +33 3 88 71 98 98
=> Musée Lalique à Wingen-Sur-Moder : www.musee-lalique.com – +33 3 88 89 08 14
 
Avant de vous lancer dans la biographie de René Lalique, jetez un coup d’oeil à nos propres créations en cristal. L’idée cadeau qui fait mouche !

NOS BRACELETS EN CRISTAL

CRISTALLISEZ UN MOMENT DE VIE, LE CADEAU TENDANCE POUR LUI ET ELLE

LA VIE DE RENÉ LALIQUE

René Jules Lalique naît le 6 avril 1860 à Aÿ en Champagne. Pour vous situer dans l’époque, la fin du XIX et le XXe siècle ont connu des innovations majeures. C’est l’époque de la locomotive, du télégraphe, de l’électricité !

Sa vie trépidante s’est déroulé en deux étapes. 

René Lalique ignorait aussi qu’après les bijoux et l’Art nouveau, le jeune homme deviendrait un grand maître verrier et laisserait son empreinte sur l’Art déco.

Un fantastique artiste guidé par la recherche du beau plutôt que l’affichage du luxe.

Rene-Lalique-biographie

L'ENFANCE DE RENÉ LALIQUE

D’où vient ce goût pour le dessin ?

Il y a des enfances comme des paradis terrestres. Pour ce garçon qui passe ses journées le nez dans l’herbe à suivre les efforts d’un scarabée, les effets d’ailes d’une libellule ou le goûter d’une guêpe sur une pomme, le bonheur est dans le pré. Et ce bonheur-là, René Lalique cherchera à la retrouver toute sa vie.

Toujours absorbé par la contemplation d’un monde qui vit et grouille à ses pieds, et que personne avant lui ne semble avoir remarqué, René Lalique devient ainsi un explorateur de jardin.

La beauté des choses simples le fascine, au point qu’il commence très jeune à les dessiner, pour les saisir, les arrêter. Et puis, quand cet enfant, un jour, offre à sa mère une fleur des champs, qu’elle s’accroche à l’oreille pour lui faire plaisir, il a l’intuition fulgurante que ce sont là les plus beaux bijoux qu’une  femme puisse porter.

 

Sa passion et son envie s’exprimera dès son plus jeune âge malgré les obstacles et réticences du bijoutier Vuilleret.

« Tu veux faire des dessins de bijoux, mais cela ne mène à rien ! Tu verras que dans deux ou trois mois, tu ne sauras plus qu’inventer et, arrivé au bout de ton rouleau, tu sera bien obligé de t’arrêter ! »

Ses longues heures d’observation seront une arme redoutable pour sa créativité. Insectes, plantes, fleurs seront un source d’inspiration majeure pour le restant de sa carrière, mais à cette époque, René Lalique ne le savait pas encore.

Croquis au crayon ou à l’encre, esquisses aquarelles et gouachées, sont le témoin d’une véritable prouesse artistique. 

Ces dessins prônent déjà le naturalisme transcrit dans le mouvement Art Nouveau, qui rappelons le, débute entre le XIXe siècle et le début du XXe siècle. René Lalique s’impose alors au début de l’art dit de la belle époque, un art aux formes courbées, ondoyantes, qui prône l’esthétique des asymétries et des courbes.

On vous laisse admirer ces superbes dessins préparatoires :

Dessin-preparatoire-Rene-Lalique
pectoral-egyptien-croquis-Rene-Lalique
dessin-scarabee-Rene-lalique
dessin-libelluleRene-Lalique

Apprenti bijoutier à 16 ans :

La mort soudaine de son père, en 1876, met un terme brutal à cette enfance heureuse. Il a 16 ans. Il entre dans la vie professionnelle, tout naturellement chez un bijoutier pour un apprentissage de deux ans. Cherchant toujours la perfection, René Lalique n’hésite pas à prendre des cours du soir à l’école des Arts décoratifs de Paris.

Direction la Crystal Palace Art School à 18 ans :

René Lalique veut en savoir plus, se perfectionner. Attiré par le verre, l’artiste en herbe prend alors la direction de cette école de Sydenham. Au programme, des cours de dessins et les techniques du verre, parmi la sculpture et la gravure.
 

Le retour en France à 20 ans :

De retour en France les idées plein la tête, René Lalique s’installe à son compte, et commence à fournir des dessins pour de grandes maisons de joaillerie parisiennes dès 1882. Le voilà presque lancé. En tout cas, il n’est plus tout à fait un inconnu lorsqu’il reprend l’atelier de joaillerie d’un client, Jules Destapes. 

 

LA VIE DE RENÉ LALIQUE, JOAILLIER

Tout est en place, le matériel complet, des ouvriers compétents qui n’attendent qu’un nouveau patron et même un contremaître hors pair. C’est ce qu’il fait. René Lalique a 25 ans. Et bientôt Paris à ses pieds.

Une nouvelle conception du bijou qui fait des émules :

Autant dire que René Lalique s’est accroché à sa passion du dessin. Il ne cessera jamais de dessiner, s’inspirant de la nature, de la faune, et de la féminité. L’oeuvre de Lalique est célèbre car cet artiste a donné une nouvelle dimension au bijou, il a ouvert un nouveau marché. Sa conception nouvelle du bijou qui lui vaudra la consécration à la fin du XIXe siècle.

Mais tous n’étaient pas d’accord.

« Le bijou Lalique n’est pas portable », s’indigne Henri de Régnier en sortant de l’Exposition universelle de 1889 où une vitrine lui est consacrée. Et l’écrivain-poète-académicien de continuer à pérorer: « Il ne s’approprie pas à la toilette moderne. Il évoque l’idée d’un vêtement théâtral, costumé, si l’on veut dire. C’est de la bijouterie pour travestis ! «  

Le conservatisme est de toutes les époques, la sottise aussi. Les réactions sont passionnées, parfois violentes.  On est au bord du scandale. Tout le monde n’a pas la sagesse du très célèbre joaillier Boucheron qui, après avoir commencé par trouver que le jeune homme faisait preuve d’une fantaisie excessive, finit par changer d’avis.

Avec René Lalique, la femme sera parée de bijoux ou ne sera pas. La femme, ce petit être fragile et docile, affiche désormais sa séduction, de la cheville à la pointe des cheveux: colliers, torques, diadèmes, bracelets, ceintures, pendentifs, broches, bagues, peignes, aiguilles à chapeau … Fini le tendron timide aux airs soumis et sage. La femme selon Lalique prend, exige, agresse; elle porte des serpents dans les cheveux et des guêpes qui butinent sur sa poitrine … Attention, ça mord, ça pique ! 

Voici un des croquis des célèbres libellules Lalique :

Dessin-Rene-Lalique-quatre-libellules

Ses créations avant-gardistes produisent leur effet parmi une certaine élite intellectuelle, artistique et mondaine. René Lalique dessine des parures de scène pour Sarah Bernhardt et se lie avec le collectionneur Calouste Gulbenkian qui lui commande cent cinquante bijoux et objets d’art entre 1895 et 1905.

En 1900, l’Exposition universelle de Paris, où triomphe l’Art nouveau, marque aussi son succès personnel. On se presse pour admirer ses bijoux, pendentifs, broches et peignes présentés derrière une élégante vitrine aux femmes ailées fantastiques, statues de bronze reflétant son goût pour l’ornement.

Cette nouvelle conception s’exprime à travers l’utilisation de nouveau matériaux pour l’époque. Il exécute des pièces où l’émail, les pierres et les métaux sont mis au service de thèmes empruntés à la nature. C’est le début du naturalisme de l’Art Nouveau.

René Lalique bouleverse les codes, alors que l’heure est aux diamants et pierres précieuses.

Le tout Paris prône le renouveau du bijou. Les mannequins de René Lalique sont des femmes d’exception, modernes, à la fois garçonnes et éternel féminin. Divas acceptées.

Les peoples de ce temps là se nomment en effet Sarah Bernhardt, Colette, Liliane de Pougy. Elles sont des femmes qu’on regarde et donc les meilleurs des communicantes. Elles s’affichent dans tout Paris en bijoux Lalique, parure et bracelet tendance.

René Lalique est considéré comme le Benvenuto Cellini français ou comme le nouveau Bernard Palissy. Mais contrairement à ce dernier, il ne sera jamais contraint de brûler ses meubles pour cuire ses émaux.

Ce joaillier-là rencontre un très vif succès auprès du public. Il a les suffrages des critiques les plus difficiles et les plus avertis : Roger-Marx, Gustave Kahn, Pol Neveux, Gustave Geffroy, Henri Vever, joaillier lui-même et savant historien de la bijouterie. Le collectionneur Calouste Gulbenkian qui lui commande cent cinquante bijoux et objets d’art entre 1895 et 1905.

René Lalique ne connaîtra pas la misère. Il est tellement créatif et avant-gardiste que ses bijoux en verre sont très pisés.

Des bijoux uniques :

Afin de réaliser ses bijoux en verre, René Lalique avait besoin d’un four. Imaginatif, René Lalique va alors fabriquer une forge, dans laquelle il coulera le verre en fusion dans des moules de terres réfractaires, dont la forme du bijou a été préalablement modelé en cire (comprendre la fabrication de la pâte de verre).

Ainsi naissent de curieux bijoux de vitrine, de resplendissants joyaux de théâtres et des pièces plus humaines dont se sont parées les élégantes à la fin du siècle précédent et qui, demain, reviendront à la mode.

Fin XIXe, l’Occident succombe aux charmes de l’Orient. Les plantes asiatiques envahissent les jardins botaniques et nul n’exalte mieux que Lalique la délicatesse de ces figures végétales.

Orchidées, anémones, prunus ou daturas, il les hisse au rang de précieux ornements. En traduisant à la perfection l’inclinaison d’un feuillage et la délicatesse d’un pétale, il rend à ces fleurs la beauté de la vie. Même lorsque, au début de sa carrière, il travaille le diamant avec l’argent, il ne cesse de tendre vers cette légèreté. En posant trois pifs sur une branche en fleur, il raconte un matin de mai.

Le couronnement à l’Exposition universelle de Paris en 1900 :

René Lalique présente ses collections. C’est un franc succès, l’Art nouveau triomphe durant cette exposition. Bijoux, pendentifs, broches et peignes sont présentés derrière une élégante vitrine aux femmes ailées fantastiques.

Archive Lalique de cette Exposition universelle :

Rene-lalique-exposition-universelle-paris-1900

Avant lui, il y avait la pierre précieuse, diamant, saphir, rubis, émeraude, et la monture autour n’était qu’un support. Désormais ce sont les matériaux ordinaires qui deviennent précieux. La joaillerie se meurt, vive la bijouterie !

René Lalique adore les paons, les cygnes, les chauves-souris, les scarabées, les libellules et les métamorphoses qui exaltent la beauté, l’élégance et la sensualité des femmes. Nul doute que si Dieu lui avait demandé de créer le monde, il l’aurait peuplé de fées-clochettes.

Sa clientèle s’étend désormais au monde entier, en Amérique et à la cour du tsar. Mais parmi tous ses amateurs il en est un qui, depuis le début, a toujours considéré les bijoux de René lalique comme des oeuvres d’art, il s’agit de Calouste Sarkis Gulbenkian. Ce pionnier du développement pétrolier au Moyen-Orient, qu’on surnommera bientôt « Monsieur 5% », collectionneur avisé, achète des bijoux non pas pour les offrir aux femmes mais pour les mettre sous vitrine et les admirer. Et, quand Colette lui commande un jour des calots (billes de verre) pour son fils, elle les trouve si beaux qu’elle les garde pour elle; son fils jouera avec de vulgaire billes de terre cuite.

Voici la femme libelulle, l’un des bijoux les plus célèbres de René Lalique, portée par Sarah Bernhardt au sommet de sa gloire. Une illustration parfaite de l’Art nouveau, où la nature et la métamorphose étaient des thèmes de prédilection. Visible au Musée Calouste Gulbenkian de Lisbonne.

Peu importent les carats te la richesse du matériau, c’est d’abord l’imagination fantastique du créateur qui fera la valeur des bijoux, des vases, des luminaires, signés René Lalique.

Ce magicien de la Belle Epoque a ouvert les femmes et les hommes à une autre conception de la beauté et du luxe. Moins ostentatoire, plus poétique. Et surtout plus proche de la vie. Les végétaux comme les animaux sont une des sources d’inspiration majeures de ce génie touche à tout.

LA VIE DE RENÉ LALIQUE, VERRIER

Mais bientôt, René Lalique renonce à la voie où il s’est déjà illustré. René Lalique s’engage alors dans une nouvelle voie artistique.

Le champ est libre, car Lalique voit son art se développant dans un tout autre domaine que celui où l’exercent les verriers de l’époque. Oui, René Lalique révolutionne l’art verrier.

Un art riche, mais pourtant très simple, fortement décoré et pourtant très lisible. Sa matière essentielle est toute trouvée : c’est le verre moulé, blanc ou plutôt incolore, le verre neutre comme disent les techniciens.

Lalique avait employé dans ses bijoux le verre et le cristal à côté des gemmes. Dès 1895, il expose des objets exécutés exclusivement en verre dans son atelier au 20 rue Thérèse, quartier du Palais-Royal à Paris.

L’heure des récompenses :

A force d’être présent sur la poitrine des femme du monde entier, il est normal de voir un jour épinglées des médailles sur la sienne: chevalier de la Légion d’honneur en 1897, puis officier en 1900 sur le front de l’Exposition universelle où il fait un triomphe en même temps qu’Émile Gallé. Ce dernier le considère comme l’inventeur du bijou moderne.

Il se fait construire un hôtel au 40 cours la Reine (aujourd’hui cours Albert 1er) où il vit, et installe en même temps ses ateliers et ses salles d’exposition. Il travaille seul, depuis l’idée, l’épure et le dessin achevé jusqu’au bijou dont il surveille de près la réalisation. René Lalique utilise la photographie, flirte avec les nabis et la manière de Gustave Moreau, pare les héroïnes et les princesses de théâtre, inspire les jeunes filles en fleurs de Proust (à moins que ce ne soit le contraire).

En 1902, il construit sa maison au Cours-la-Reine et lui donne une porte de verre que tous les curieux d’art viennent admirer. Cette fois son parti est pris. Le joaillier René Lalique va se laisser muer lentement en verrier, et sa dernière exposition de bijoux, son symbolique adieu à l’art initial, ne réunit que des opales, des nacres, des ors blancs, des verres, en une diaphane symphonie.

René Lalique préfère l’opale à toute les pierres précieuses parce qu’elle est trouble et laiteuse comme l’eau des lacs et qu’elle a des reflets moirés … Il ne cesse de tester, d’expérimenter. Son atelier a des airs d’officine d’alchimiste. Mais il n’y a rien de satanique ni de magique dans la mise toujours soignée de cet homme bien comme il faut.

René Lalique rêvait d’inventer quelque chose que l’on avait jamais vu, il a réussi.

Bijoux-rene-Lalique

René Lalique, à la découverte de nouveaux horizons :

Désirant protéger ses innovations, René Lalique dépose ses premiers brevets en 1891. La rançon du succès, son art est copié. Travailleur infatigable, ses rencontres vont l’emmener vers d’autres horizons, comme celle avec le célèbre parfumeur François Coty.
 

1907, rencontre avec le parfumeur François Coty :

Monsieur Coty, c’est le créateur qui révolutionna le monde des parfums et des cosmétiques au XXème siècle. Ses parfums s’imposaient aussitôt à toutes les femmes : Chypre, Origan …

René Lalique rencontre le parfumeur François Coty en 1907. Connexion des esprits instantanés, Coty est séduit et propose alors à René lalique de réaliser des flacons pour l’industrie du parfum. 

En 1908, le parfumeur François Coty lui commande un flacon, pour la première fois, le contenant aura plus de prix que le contenu.

Le flacon doit être artistique et personnalisé, destiné à illustrer le nom et le caractère du parfum. Ce ne sera qu’un début. Les parfumeurs comme Roger et Gallet, Houbigant, Gabella, Worth travailleront aux côté de Lalique.

En 1919, à l’occasion de la conférence de la paix, la Ville de Paris offre à Mme Wilson, l’épouse du président des États-Unis, un bijou Lalique, des pigeons baptisés pour la circonstance Colombes de la paix. C’est la consécration. Mais depuis longtemps déjà (à partir de 1905), René Lalique a délaissé le bijou pour se lancer dans une autre aventure, l’architecture du verre. Cette passion le tiendra jusqu’à la fin de sa vie.

La première verrerie de René Lalique :

Dès 1909, René Lalique s’installe dans la verrerie de Combs-la-Ville, en région parisienne, qu’il achète quatre ans plus tard. C’est le début de la transition artistique. À partir de 1913, René Lalique se consacre définitivement au verre. Ses oeuvres, fort différentes de celles des autres verriers célèbres de l’époque comme les frères Daum ou Émile Gallé, sont aussi en complète réaction avec les autres grandes cristalleries française et leur originalité en font de véritables objets d’art.

René Lalique décor des églises, vitraux, chemins de croix. Il habille le salon des premières classes du célèbre paquebot « Normandie », symbole du luxe et orgueil du savoir-faire français. Il est le maître incontesté du verre et du feu.

La guerre de 14-18 obligera Lalique à se détourner du côté artistique afin de participer à l’effort de guerre en fabriquant des articles de laboratoire pour le service de santé des armées.

Rene-lalique-paquebot-le-normandie

RENÉ LALIQUE À WINGEN-SUR-MODER

René Lalique veut un art abondant, afin de l’offrir au plus grand nombre. 

C’est la philosophie de l’époque, ou certain verrier comme Gallé désire passer à une production plus industrielle, résidant le coup et diffusant un art pour tous. On verra ainsi émerger l’École de Nancy en 1901, dont Gallé sera le président.

Au début, des pièces soufflées naissent toujours, soufflées dans le moule de bois ou de fonte. Mais, très rapidement, les moyens matériels dont l’artiste dispose deviennent tels qu’il peut asservir à ses fins les perfectionnements qu’on aurait pu croire réservés à la grande industrie.

Le verre pressé, c’est-à-dire contre-moulé dans le moule d’acier, devient sa matière favorite.

En Alsace, la production de René Lalique va pouvoir se developper dans le sens de la plus large diffusion. 

Il ne suffit pas au maître de créer de belles choses. Il lui faut aussi les répandre profusement. Un sens social s’attache à sa mission et il voit grand en voyant juste.

LA FABRICATION PAR RENÉ LALIQUE

Le soufflage à l’usine Lalique se fait à l’air comprimé. La masse fusion n’est pas logée dans de petits « pots » mal chauffés, mais dans une des vastes cuves que toutes les grandes manufactures n’emploient pas encore. Le travail, autour, se fait dans d’excellentes conditions d’hygiène pour les places ou équipes d’ouvriers.

Au Maître incombe la création, c’est-à-dire le dessin, ou plutôt la préparation, l’exécution, la retouche de dix, de cent dessins pour arriver à composer et à rejeter dix modèles en terre jusqu’au modèle de plâtre, enfin conservé, sur quoi seront établis les moules et contre moules. 

Coulé et pressé dans ces derniers, le verre va se refroidir lentement dans l’arche de recuisson (voir le lexique du verrier). Démoulées, la plupart des pièces n’ont plus qu’à recevoir une légère taille et un polissage. Si elles comportent des décors dépolis ou en relief, ils sont obtenus par le jet de cédés industriels que René Lalique a ennoblis. Verre, vase, sculpture, René Lalique touche le monde décoratif.

L’esthétique de ce Maître n’est pas sans avoir évolué depuis son premier flacon « les libellules », qu’il créa pour recevoir des parfums. Mais cette évolution n’a jamais eu l’apparence de reniement qu’on a connu chez certains.

Sculpture-rene-Lalique-verre-suzanne

2019, LA CRISTALLERIE LALIQUE

Aujourd’hui, le catalogue Lalique regroupe un grands nombres de référence. Les objets décoratifs restent dans les meilleurs ventes, même si la cristallerie diversifie son activité.

La Maison Lalique représente l’art de vivre sous toutes ses formes : objets, verres, carafes, bijoux, parfums, architecture d’intérieur, hôtellerie et gastronomie. Les créations actuelles s’inspirent des dessins et croquis de son créateur René Lalique. C’est le véritable fil conducteur de la marque. S’inspirant du passé, la Maison Lalique s’adapte au futur. Fiers d’être les détenteurs d’un héritage artistique unique.

En 2018, la Maison Lalique a célébré ses 130 ans. Plus dynamique et créative que jamais, la notoriété de la marque est en plein développement, notamment sur le continent Asiatique. La nouvelle collection 2019, aquatique, nous plonge dans les fonds marins.

requin-lalique
Vase-bacchantes-gris-lalique

LA SIGNATURE LALIQUE

Bien entendu, les pièces de la cristallerie Lalique sont toutes signées à la main « Lalique France ».

Regardez : 

Le marché des oeuvres signées de la main de René Lalique est affolant. Les prix montent, explosent ! Est-vousl’heureux détenteur d’un René Lalique, ou bien d’une simple copie ?

Un record !

Le 13 novembre 2017, un nouveau record a été établi chez Christie’s à Genève, avec un collier Art nouveau de diamants et perles, créé en 1899-1901 et cédé au prix de 978 480 dollars américains.

Vous l’avez compris, la valeur de votre cristal Lalique dépend de son époque. Un article complet est dédié à la signature Lalique France dans notre journal du cristal, ou vous laisse continuer votre lecture.

Signature-Lalique-France

LE MUSÉE LALIQUE

Le Musée Lalique est devenu un lieu incontournable de la région. Ouvert en 2011, le Musée Alsacien est une réussite. 13 millions d’euros d’investissement auront été nécessaire pour le faire sortir de terre.

Le Musée Lalique dévoile plus de 600 oeuvres d’exception. En passant par les bijoux, sculptures, vases, flacons. Mais aussi des dessins issus des archives de l’époque René Lalique.

Avis d’expert, le Musée Lalique de Wingen-Sur-Moder est le plus beau Musée du cristal actuel. Même si celui de la cristallerie Saint-Louis est remarquable, avec sa Grande Place. 

Car ce n’est pas simplement un Musée. Silvio Denz a donné un second souffle à cette petit village de 1600 habitants.

En 2011, Le Musée Lalique voit le jour. En 2015, ouverture de la Villa René Lalique, et en 2016, le Château Hochberg. À une centaine de mettre, la manufacture Lalique en activité. Autrement dire que l’attrait pour ce petit village s’est décuplé en l’espace de six ans.

52 576 visiteurs au Musée Lalique en 2016.

Une boutique Lalique dans le Musée :

À la fin de votre visite, vous aurez l’occasion d’emporter un petit souvenir. Une boutique présente les pièces en collection.

LA VILLA RENÉ LALIQUE

La villa René Lalique, ouverte en 2015, se compose d’un hôtel 5* et d’un restaurant gastronomique 2* au guide Michelin. Un écrin de luxe, de prestige, d’art de vivre, niché en plein coeur de l’Alsace, où se côtoient des armes centenaires.

L’endroit est riche d’histoire, ancienne demeure de René Lalique en personne, entièrement rénovée par le décorateur Suisse Mario Botta, les convives prennent place dans une immense galerie de verre, reliée à la bâtisse de 1920.

Chaque détail vous plonge dans l’univers Lalique, en passant par les luminaires, la verrerie de table, et même le mobilier. Partout où l’oeil s’égare, l’omniprésence du cristal raconte l’histoire des lieux.

Le restaurant de la Villa René Lalique :

Au commande, l’un des meilleurs chef du monde, Jean Georges Klein, ancien chef triplement étoilé de l’Arnsbourg. Cet artiste dort peu, est autodidacte, cherchant toujours la perfection.

À 68 ans, il rejoint alors la Villa René Lalique, sur invitation de Silvio Denz, Président Directeur Général de Lalique. Pour cette nouvelle aventure, Paul Stradner l’accompagne en cuisine, ces deux virtuoses de la gastronomie se connaissent bien. Tous deux revendiquent une cuisine haute en couleurs, évolutive, une cuisine de goûts.

Riche d’un passé commun à l’Arnsbourg, la troisième étoile est l’objectif à atteindre, la perfection renouvelée.

La perfection est dans les détails : jusqu’au ronds de serviettes masque de femme, aux salières et poivrières signés Lalique et Peugeot.

Restaurant-villa-rene-Lalique
Jean-georges-Klein-Villa-lalique
Hotel-restaurant-Villa-Rene-Lalique

L’hôtel de la Villa René Lalique :

Plongez au coeur d’un émerveillement exceptionnel, l’hôtel de la Villa René Lalique se compose de six suites exclusives à la décoration unique signée Lady Tina Green et Pietro Mingarelli, architectes d’intérieur, pour Lalique.

Hotel-chambre-villa-rene-Lalique

Une cave exceptionnelle :

C’est le clou du spectacle. Vous ne pouvez pas déjeuner à la Villa René Lalique sans admirer l’une des plus belles caves d’Europe !

Et pour cause, la cave regroupe plus de 60 000 bouteilles des plus grands crus du monde. Fièrement exposées derrière d’imposantes baies vitrées, lumière tamisée, une ambiance cérémoniale y règne, presque religieuse.

L’inscription des noms sur les caisses en bois à de quoi faire rougir de plaisir. Le gardien de ce temple n’est autre que Romain Iltis, Meilleurs Ouvrier de France, et Meilleur Sommelier de France en 2012.

De quoi vous faire plaisir : 1000 vins notés entre 90 et 100 points par le célèbre critique Robert Parker, dont plus d’une centaine auréolée de la note maximale de 100 points.

cave-Villa-rené-Lalique-Wingen-sur-Moder

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À VOUS ? QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEVEZ

Pour devenir un véritable expert ! (et c’est gratuit)

JE VOUS DIS TOUT SUR LE CRISTAL !