La bataille de Nancy, victoire de René II sur Charles le Téméraire (1477)

bataille-de-nancy-rene-II-charles-le-temeraire

Il y a déjà 545 ans, une bataille historique pour la construction de la France a eu lieu à Nancy, entre deux hommes, René II et Charles le Téméraire.

La bataille de Nancy en 1477, un conflit entre le duc de Bourgogogne et le duc de Lorraine

La bataille de Nancy se déroula le 5 janvier 1477 à Nancy, et se solda par la victoire de René II de Lorraine, qui était également comte de Vaudémont.

Après avoir perdu la ville de Nancy face à l’assaut des forces de Charles le Téméraire en 1475, René II se réfugia à Joinville avec une seule idée en tête, reprendre ce qu’il lui revient de droit !

Retour sur ce célèbre conflit dans l’Histoire de notre région natale, qui imposa l’un des plus célèbres symboles lorrains dans la conscience collective, la croix de Lorraine

Et si vous êtes amoureux de la Lorraine, nous avons créé le bracelet croix de Lorraine, fabriqué à Nancy par notre verrier à la flamme.

Symbole de résistance, de courage, assemblé sur un cordon garanti à vie :

bracelet-croix-de-lorraine-rouge
Bracelet Croix de Lorraine en verre, fabriqué à Nancy

L'origine du conflit avec Charles le Téméraire

En 1467, Charles le Téméraire devient duc de Bourgogne, suite au décès de son père, Philippe le Bon.

Le duché de Bourgogne est alors une principauté féodale du royaume de France avec pour capitale : Dijon.

Il n’a qu’une seule idée en tête, reconstituer le royaume de Lotharingie, l’ancienne partie nord du royaume de Lothaire II, constitué en 855.

Sa première victoire, sans effusion de sang, fut l’acquisition de la Haute-Alsace, que l’archiduc Sigismond d’Autriche lui vend.

En 1473, il s’empare du duché de Gueldre, actuellement une partie des Pays-Bas. Sa soif de territoire ne s’arrête pas là.

Ses yeux sont rivés vers la Lorraine et son jeune duc, que l’on pouvait penser inexpérimenté, René II.

Charles le Téméraire ne reconnaît pas cette principauté, il n’a qu’une seule envie, la conquérir.

Après négociations, René II lui accorde l’autorisation d’installer ses garnisons bourguignonnes dans différentes villes Lorraine, à l’instar d’Épinal, de Charmes ou encore de Darney.

À lire aussi : 5 villes de Lorraine où il fait bon vivre

On peut alors se demander la raison qui pousse René II à accepter cet accord. Elle se trouve peut-être dans le caractère “raisonnable” du duc lorrain.

En effet, ce dernier ne pouvait pas compter sur le soutien du Roi de France Louis XI, qui venait de signer une trêve avec Charles …

bataille-nancy-charles-le-temeraire
Charles le Téméraire par Rogier van der Weyden, vers 1462. Huile sur bois, Gemäldegalerie, Berlin

Les premiers incidents arrivent en Lorraine ...

Très vite, les intentions de Charles sont dévoilées. Les incidents sont de plus en plus fréquents entre la population Lorraine et les garnisons bourguignonnes.

Seule option pour René II qui se sent isolé, prendre contact avec les adversaires de Charles afin de former une alliance.

René II se rallie alors aux Confédérés suisses et aux Alsaciens, menacés par la récente occupation de la Haute-Alsace, ils forment alors la « Ligue alémanique », dite aussi ligue de Constance.

Louis XI sera également du côté de René II, malgré quelques accords qui le liait à Charles le Téméraire.

René II peut également compter sur un soutien familial, le roi Édouard IV d’Angleterre, qui est alors son beau-frère.

Le début des hostilités et les sièges de Nancy

1475 marque une première étape dans l’escalade qui se conclura par la véritable bataille de Nancy.

En 1475, les troupes de Charles le Téméraire prennent d’assaut les villes de Charmes, Épinale.

À Nancy, la résistance se fait sentir. Afin de conquérir la cité ducale, Charles met en place un siège qui va durer près d’un mois.

À l’automne, Nancy tombe et la Lorraine semble perdue …

rene-II-duc-de-lorraine
René II, duc de Lorraine

Nancy perdue, René II installe son siège autour de la ville

C'est au tour des bourguignons d'être encerclés par l'armée Lorraine, composée de quatre à cinq mille hommes.

L'armée bourguignonne, composée essentiellement de deux mille soldats anglais, est isolée de son chef pendant un mois et demi.

Pendant ce temps-là, aucun message du leader Charles ne parvient aux troupes. Les soldats sont aux abois et finissent par manger leurs chiens.

Le 7 octobre, après négociation, la ville ouvre ses portes et l'armée bourguignonne quitte la Lorraine.

vase-rene-II-duc-de-lorraine-freres-Daum
Vase Daum frères représentant René II - musée des beaux-arts de Nancy

Le siège de Charles le Téméraire

Le 25 septembre, Charles est à la tête d’une armée de plus de neuf mille hommes et se dirige vers Nancy.

René II, qui en possèdent neuf mille également, garde ses positions afin de l’empêcher de traverser la rivière.

Mauvaise prévision, Charles a pour projet de rejoindre Toul, afin d’allier ses forces à Campobasso, en provenance du Luxembourg, qui possède six mille hommes.

René II ne peut pas faire face et préfère battre en retraite à Saint-Nicolas-de-Port, sachant que Nancy peut subir un siège long de deux mois.

Le temps passe, et le moral des troupes s’effiloche, Campobasso, allié de Charles, déserte le 31 décembre avec ses troupes, l’hiver étant trop rigoureux.

Les chevaux, tout comme les rats, passent à la casserole.

Le moment est opportun pour René II, appuyé par la Confédération suisse qui lui offre neuf mille mercenaires. Huit mille soldats alsaciens le rejoignent.

Le 4 janvier 1477, une armée de dix-neuf mille hommes est prête à faire face aux Bourguignons, estimés à trois mille hommes.

Le jour J, la bataille du 5 janvier 1477

La bataille de Nancy se déroule un dimanche, la Lorraine est alors recouverte d'un manteau de neige.

C'est dans ces conditions que les troupes du duc de Lorraine quittent Saint-Nicolas-de-Port à l'aube, point de ralliement.

La stratégie : contourner l'armée de Charles par le bois de Saurupt pour l'attaquer par le flanc. La visibilité est bien trop mauvaise pour une attaque frontale.

Pour que ses soldats se distinguent des Bourguignons, il leur a fait distribuer de grandes croix d’Anjou en lin blanc qu’ils devront coudre sur leurs vêtements.

À 13h00, un début d'éclaircie dans le ciel donne le signal d'alarme. L'assaut est lancé.

La bataille est rude, Charles le Téméraire, sur son cheval dénommé Moreau, motive ses troupes.

Il se replie vers la Commanderie Saint-Jean.

Le lendemain, le duc René II de Lorraine remporte la bataille. Cette victoire met fin à deux ans d’occupation de la Lorraine.

Mais pas seulement.

C’est également le rattachement de la Bourgogne au domaine royal, le renforcement du pouvoir du Roi de France et la naissance de l’identité Lorraine.

Depuis, le 5 janvier est un jour de fête nationale en Lorraine !

René II remercia le saint patron de la Lorraine, Saint Nicolas, qui selon lui, lui fut d'une grande aide. Il raviva ainsi l'amour des Français pour ce saint, symbole de protection.

Il fit même bâtir un édifice imposant pour symboliser sa reconnaissance à Saint-Nicolas-de-Port.

mort-de-charles-le-temeraire
Mort de Charles le Téméraire, Par Charles Houry. Photograph taken by Marsyas 15:55, 26 February 2006 (UTC) — fr:Musée lorrain, Nancy, CC BY 2.5

La double croix, la croix à double traverse, devient le symbole de la Lorraine

En guise de remerciements aux seigneurs, la croix à double traverse devient officiellement le symbole de la Lorraine.

Pour la première fois, les troupes armées de René II abordent fièrement la croix de Lorraine.

La mort de Charles le Téméraire

Le plus étonnant ?

Ce n'est que le lendemain que le corps sans vie de Charles le Téméraire est retrouvé. Une croix de Lorraine est alors déposé pour marquer le lieu de mort.

Cette indication 1477, situé 30 Grand-Rue à Nancy, marque l’emplacement où le corps de Charles le Téméraire fut déposé avant d’être exposé et veillé dans la maison.

À l'annonce de sa mort, Louis XI envoie ses troupes pour conquérir l'État bourguignon.

bataille de Nancy, mort de charles le temeraire

En souvenir de cette bataille, Nancy adopte la devise : qui s'y frotte s'y pique

En mémoire de la victoire des troupes de René II, la ville de Nancy adopte le chardon comme symbole, il figure encore aujourd’hui sur les armes de la ville.

Qui s’y frotte s’y pique“.

Cette devise vient de la femme de René II, dont l’emblème était la branche de châtaignier.

Les armoiries du duc ornaient également la porte de Saint Nicolas, en souvenir de cette bataille, un monument symbolique du pouvoir ducal dans la ville.

Le tableau d'Eugène Delacroix, au musée des beaux-arts de Nancy

Si vous êtes en visite à Nancy, vous ne devez pas manquer de visiter l’un de ses plus beaux musées, situé place Stanislas.

Vous y découvrirez le tableau d’un célèbre artiste, Eugène Delacroix, sans oublier la collection Daum frères au sous-sol du musée, un incontournable du patrimoine nancéien.

PARTAGEZ

Un complément, une question, échangeons ensemble !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LE CADEAU 100% LORRAIN

AIMEZ POUR NE RIEN MANQUER

NOS DERNIERS ARTICLES

François Pompon, le sculpteur français animalier
François Pompon est un grand maître de l’art animalier. Célèbre pour son savoir-faire, cet artiste français prêche le retour à la nature. Pour se démarquer, il a tenu à travailler sans l’accessoire et le détail…

LES PLUS LUS

Émile Gallé, 22 faits surprenants sur sa vie d’artiste
Émile Gallé évoque une époque créatrice foisonnante d’imagination et de bouillonnement intellectuel. L’envolée des prix autour des vases réalisés de ses mains nous conduit aux plus folles spéculations sur sa vie. Voici ce que vous…
Vrai ou Faux vase Gallé ? Voici notre guide
Savez-vous comment reconnaître un vrai vase Gallé ? Notre guide traite de l’authentification d’un vase Gallé en vous expliquant les différences de prix sur le marché. Selon les experts, plus d’un million de vase Gallé…

LA ROUTE DU CRISTAL

NOS MEILLEURES VENTES

QUE RECHERCHEZ-VOUS

RECEVEZ L'HISTOIRE DES 22 PLUS GRANDS VERRIERS FRANÇAIS

Vos données personnelles ne seront jamais cédées ni revendues. En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.