LA FABRICATION DU CRISTAL (LE LANGAGE DU VERRIER)

le langage du verrier

Découvrez la fabrication du cristal, et celle d'un verre ! L'artisanat du cristal possède son propre langage, ses propres codes, craquelé, décalotte, arche de recuit, ces mots ne vous disent rien ? Cet article va vous expliquer les différentes techniques de fabrication du verrier, ainsi que les différents outils utilisés. Le vocabulaire du verrier n'aura plus aucun secret pour vous !

Comment est fabriqué un verre en cristal, quelle est la composition ? On vous dit tout :

LA FABRICATION DU CRISTAL :

differente etape de fabrication d'un verre en cristal

ARCHE DE RECUISSON :

C’est un four tunnel où est réalisé le recuit.

En effet, lorsque le travail de l’artisan verrier est terminé, la pièce en cristal (qui fut à une température de 1450°C) doit refroidir de manière constante dans une arche de recuit, évitant alors au cristal de se fissurer.

C’est une étape essentielle de la fabrication du cristal.

Ainsi, la pièce en cristal passe différents paliers de température, jusqu’à atteindre sa température ambiante. Cette recuisson fait disparaître les tensions du cristal et permet le travail à froid.

arche-de-recuisson

Arche-de-recuisson-verrier

BOUCHONNAGE À L’ÉMERI :

Ce procédé consiste en l’ajustement hermétique du bouchon au flacon, selon un savoir-faire hérité par René Lalique. Le but est d’avoir un ajustement parfait d’un bouchon et du flacon.

Avec ce procédé, chaque flacon et carafe possède ainsi son propre bouchon. 

Mais qu’est ce que l’émeri ? 

C’est un matériau minéral, majoritairement composé de corindon, d’une grande dureté, utilisé comme abrasif pour les phases de taille, ou de rodage. La cristallerie Lalique est un des seuls cristallier à utiliser cette technique propre à la parfumerie de Luxe.

CRISTAL DE BOHÊME :

Célèbre à travers le monde, réputé par la qualité de ses maîtres verriers, spécialiste de la taille, le cristal de Bohême est un verre blanc (quartz, chaux, potasse) se rapprochant du cristal de roche, fabriqué en Bohême dès le XVIe siècle (en République Tchèque).

CANNE :

Tige de métal creuse d’une longueur d’un mètre soixante environ avec laquelle le verrier cueille le cristal puis le souffle.

La canne du verrier est indispensable pour la fabrication du cristal.

Canne-d'acier-du-verrier-baccarat

CISEAUX :

Outil dont le verrier se sert pour couper à chaud le cristal. Les ciseaux du verrier servent également à rogner, étirer le cristal, pour en retirer les impuretés.

les-ciseaux-du-verrier

COTE VÉNITIENNES :

Légères ondulations (larges ou fines) qui viennent modifier l’épaisseur du cristal.

Cotes-venitienne-Baccarat

CRAQUELÉ :

Procédé de décoration utilisant les dessins formés par les fentes d’une glaçure.

CRISTAL :

Verre blanc très pur se rapprochant du cristal de roche, composé de 3 parties de silice, 2 d’oxyde de plomb et 1 de potasse, et dont l’indice de réfraction est de 1,545.

Grâce au plomb, il aborde un éclat, une sonorité, un poids supérieur. L’appellation cristal est réglementée par une norme européenne de 1971. Il faut un minimum de 24% de plomb dans sa composition. Pour en savoir plus, découvrez comment reconnaître un cristal simplement.

Comment-reconnaitre-le-cristal-nos-astuces

CUEILLAGE :

Opération consistant à prendre le verre pâteux dans le creuset (pot) avec la canne. Le nombre de cueillage est variable, de quelques dizaines de grammes, à plusieurs kg. 

Le cueillage se règle sur la quantité de masse de verre en fusion suffisante pour le remplissage des moules.

demonstration-souffleur-de-verre-cristallerie-lehrer

CUEILLEUR :

Ouvrier qui prend le verre dans le creuset (pot) avec la canne à souffler pour le travailler.

DÉCALOTTAGE :

Opération qui consiste à enlever la partie supérieur du verre par laquelle il était rattaché à la canne.

Cette étape suit la fabrication du verre chaud, où l’on procède à la découpe de la partie supérieur ou calotte, du vase, ou du verre.

DÉPOLISSAGE :

Opération que l’on fait subir au cristal pour lui enlever sa transparence tout en le laissant translucide. Le dépolissage s’effectue au jet de sable, à l’acide ou à la roue.

CRISTAL DOUBLÉ COULEUR :

Cristal de deux couleurs obtenu par superposition d’une couche de cristal coloré appliquée sur une couche de cristal incolore ou inversement.

EMAILLAGE :

L’émaillage est une technique de décoration, qui consiste à peindre au pinceau ou à déposer au tampon, sur la surface de verre ou de cristal, des émaux (cf.émaux) colorés et fusibles à basse température (500°C).

Le cuisson des émaux reste délicate pour le cristal et peut entraîner des risques de déformation. La technique de l’émaillage est réalisée sur le vase tourbillon Lalique ci-dessous :

Vase-tourbillons-xxl-noir-lalique

FILIGRANE :

Ornement en fils d’émail appliqués avec adresse soit en relief soit pris dans la masse de la pâte de fond et qui forment des réseaux ou des dentelles d’une extrême finesse. Les verres filigranés comptent parmi les plus beaux produits de la verrerie vénitienne (XVIIe).

FLETTAGE :

Opération qui égalise le bord du verre décalotté.

FLINT-GLASS :

Verre anglais du XVII siècle issu du “Flint” (silex). Puis, au XVIIe siècle, cristal caractérisé par une haute teneur en oxyde de plomb.

FONDANT :

Base (soude, potasse, oxyde de plomb, etc …) qui, en se combinant avec la silice du sable, en facilite la fusion.

FOUGÈRE :

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la gobeleterie fut généralement appelée “verre de fougère” car la cendre de fougère, riche en potasse, a été longtemps utilisée comme fondant pour la fabrication du verre ordinaire.

GRAVURE SUR CRISTAL :

Il existe différents types de gravure sur cristal :

  • À la roue : exécutée à l’aide d’une petite roue de cuivre, c’est une technique très ancienne, inspirée du travail des graveurs de pierres fines.
  • À l’acide : obtenue avec un bain d’acide.
  • Au sablage : par enlèvement de matière. C’est la technique utilisée pour la signature de la cristallerie Baccarat.
  • À la pointe de diamant : cette technique se pratique se pratique à l’aide d’une pointe diamantée. La pointe de diamant se présente comme un stylet de métal à l’extrémité duquel est fixé un éclat de diamant et sa mise en oeuvre ressemble à une technique de gravure à la pointe sèche sur métal. C’est ainsi qu’est apposée à main levée la signature LALIQUE.

GROISIL :

Débris de cristal que l’on mélange à la composition. Utilisé par la cristallerie Daum France.

groisil-de-cristal

HALLE :

Grand atelier où se trouvent réunis les fours et où s’effectue le travail à chaud.

INCRUSTATIONS :

Procédé décoratif qui consiste à enchâsser dans du cristal une matière précieuse (généralement de l’or).

JAMBE :

Partie intermédiaire entre la paraison et le pied. Peut être pleine ou creuse, unie, renflée, taillée ou filigranée.

MAILLOCHE :

Outil de bois qui sert à donner à chaud une forme initiale et une homogénéité au cristal.

cristallerie-lehrer-demonstration

MILLEFIORI :

Pièce ornée de baguettes d’émail de multiples couleurs. Souvent utilisée sous forme de presse-papiers.

OPALINE :

Cristal rendu laiteux par adjonction de phosphate de chaux provenant d’os calcinés et pilés. Le cristal opale connut son heure de gloire au XIX siècle. Il permit aux cristalleries d’étendre leur clientèle en concurrençant la porcelaine.

Lalique a fait du cristal opalescent sa spécialité.

PARAISON :

C’est la partie initiale du verre, la partie du verre dans laquelle on boit.

PÂTE DE VERRE :

Tient à la fois de la céramique et du verre par le procédé de fabrication et par l’aspect. Les Egyptiens en faisaient des bijoux. Totalement oubliée depuis l’Antiquité, cette technique a été remise à l’honneur au début du XXe siècle (École de Nancy, Gallé, Daum). Verre opacifié à plusieurs couches de couleurs variées, décors de paysages, de fleurs, etc …

Ci-dessous, la panthère de Richard Orlinski, réalisée par la cristallerie Daum en pâte de verre. Accompagnée de notre bracelet en cristal rouge.

panthere-bleu-orlinski-min

POLISSAGE :

Opération qui donne au cristal son brillant. Elle s’effectue à la meule, au bain d’acide, au feutre ou à la flamme.

verre-vin-alsace-taille

PONTIL :

Tige de fer au bout de laquelle on attache provisoirement un verre.

POT :

Creuset d’argile réfractaire contenant le cristal en fusion. Ces pots sont alors placés dans un four à pot, qui est un four traditionnel des verriers.

TAILLE DU CRISTAL :

Il existe différentes manières de tailler le cristal :

  • Taille côtes plates : larges zones unies créées à la surface des pièces de cristal.
  • Taille en biseaux : rainures minces ou profondes exécutées sur le cristal.
  • Taille à carreaux : taille divisant le cristal en carrés ou en losanges.
  • Taille diamant : donne au cristal par ses facettes l’aspect d’un diamant, que l’on retrouve sur nos bracelets Michaël Vessiere.
  • Taille mate : taille non polie.
  • Taille à main : opération faite à la main.

VERRE CHAUD :

Également appelé Hot End, travail de transformation du cristal en fusion, cueilli de 1130°C à 1200°C, se déroulant dans la halle ou atelier de Verre Chaud. Cette étape est extrêmement délicate puisqu’une pièce sur trois sera acceptée et travaillée au Verre Froid pour le standing de grandes cristalleries comme la cristallerie Baccarat et Lalique.

VERRE FROID :

Une fois le verre refroidi, c’est au tour du tailleur de rentrer en action. D’une extrême délicatesse, le travail au Verre Froid peut durer plus de cinq jours, pour les pièces les plus délicates.

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Aime si c'est utile pour toi !

Un commentaire

Laisser un commentaire