DÉCOUVERTE DU MUSÉE DU VERRE À MEISENTHAL

maison-du-verre-meisenthal

De passage dans les Vosges du Nord, venez visiter le musée du verre à Meisenthal, animé par une association de bénévole. C'est l'endroit parfait pour comprendre les subtilités de la fabrication du cristal, et ainsi découvrir de magnifiques oeuvres Art nouveau signées Gallé, Désiré Christian ou encore Eugène Kremer. Voici les surprises que le site verrier de Meisenthal vous réserve !

exterieur du site verrier de meisenthal
Extérieur du site verrier de Meisenthal
decouverte de la collection du musee du verre Meisenthal
Visite du musée du Verre et son incroyable collection

INFOS PRATIQUES DU MUSÉE DU VERRE :

1 Place Robert Schumann, 57960 Meisenthal

De Pâques à la Toussaint, tous les jours sauf le mardi, de 14h à 16h, en juillet et août, de 14h à 18h.

Les groupes de plus de 10 personnes sont reçus sur rendez-vous, durant toute l’année et le matin, à l’exclusion du mardi. 

  • Tarif Musée : plein 6 €, Tarif réduit* 3 €
  • Pass famille : forfait 14 €
  • Groupe (à partir de 10 personnes) : 5 € / visiteur

Téléphone : 03 87 96 91 51

musee.verre@musees-vosges-nord.org

Découverte du CIAV de Meisenthal :

Le site verrier de Meisenthal regroupe trois structures partenaires :

  • Le Centre International d’Art Verrier
  • Le Musée du verre
  • La grande Halle verrière

Dès votre arrivée, nous vous invitons à découvrir la verrerie de Meisenthal et son centre verrier, à deux pas du musée. C’est ici que les célèbres boules de Noël sont fabriquées.

=> Pour en savoir plus et préparer votre visite au CIAV de Meisenthal, cliquez ici !

collection de boule de noel en verre fabrique a meisenthal
Collection de boule de Noël en verre made in Meisenthal

Mais avant de plonger dans le musée du verre, il convient de vous expliquer les origines de la verrerie de Meisenthal.

Nous sommes au XVIIe siècle. Les verreries de cette époque étaintt bien différentes de celle que nous connaissons aujourd’hui.

Regardez :

Dans ces temps reculés, la potasse nécessaire pour abaisser la température de fusion du verre était obtenue à partir de cendre de bois, de bruyères et de fougères.

Sans elle, le point de fusion du verre est de 1800°C. Autrement dit, il était presque impossible de porter au point de fusion le verre. Le traditionnel foyer alimenté en bois n’avait guère la puissance nécessaire.

illustration des premiers verriers du 15e siecle
Illustration du travail des premiers verriers

C’est la fougère qui était préférée pour obtenir un verre de meilleur qualité. Cela donna lieu à un nouveau commerce, celui de la vente de salin.

« Le salin, qui provient des cendres d'herbes (fougères d'où le nom de verre de fougères) et de bois, est la matière qui entre dans la composition du verre, la beauté du verre dépend singulièrement de la bonne qualité du salin ... »

Faute de four assez puissant, les verriers du XVIIe siècle fondaient seulement une petite quantité de verre dans une bassine de taille réduite appelée la fritte.

L’utilisation du grès des Vosges :

Le massif de Vosges du Nord présentait tous les avantages pour le développement des verreries. Le grès des Vosges était utilisé comme fondant, mais sa haute teneur en fer ne permettait pas d’avoir un verre de grande qualité.

Ce verre avait une coloration verdâtre. D’où le nom de verre de forêt.

Le plus intéressant ?

Les verreries de cette époque étaient ambulantes. On voyageait suivant l’accès et la quantité de ressources disponibles. 

Une fois que la forêt arrivait à épuisement, les verriers se déplaçaient tout simplement. L’acheminement du bois devenant bien trop compliqué sur de longue distance.

=> Voici l’un des facteurs qui entraîna la construction de verrerie proche des rivières comme à Baccarat. Le bois était alors acheminé par flottaison. Un moyen simple et rapide. 

Meisenthal fut donc l’une des premières verreries sédentarisées. C’est en 1702, après l’abandon de la verrerie de Souch (surement par manque de combustible), que trois frères décidèrent de fonder une verrerie.

Meisenthal est né.

archive du village et verrerie de Meisenthal
Archive de la verrerie de Meisenthal

C’est durant la période du renouvellement des arts décoratifs, l’Art nouveau, que Meisenthal s’illustre et atteint l’apogée de sa carrière.

Émile Gallé fera même exécuté une grande partie de sa production ici, à Meisenthal, anciennement verrerie Burgun-Schverer.

Cette période prospère et d’excellence est merveilleusement illustrée dans l’exposition du musée, nous allons le voir.

La fin, puis le renouveau :

En 1969, la verrerie qui employait encore 300 ouvriers ferme ses portes. Le manque d’automatisation du processus de production lui sera fatale.

L’idée de création d’un Centre International d’Art Verrier germe à partir de 1988. Le bâtiment de la taillerai est rénové et équipé pour le travail du verre. Le centre est inauguré en 1992 et préserve la mémoire du site verrier de Meisenthal.

Aujourd’hui, le Centre International d’Art Verrier compte 18 salariés (dont une équipe de 7 verriers). Leur spécialité : la boule de Noël.

boule de noel en verre de meisenthal
Boutique au sein du site verrier de Meisenthal

PARTAGEZ MEISENTHAL

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Visite du musée du verre :

Les origines du Musée :

Dès 1975, dans le but de sauvegarder le patrimoine de Meisenthal, une association bénévole commence à assembler et à collectionner tous les objets et outillages venant du monde de la verrerie.

On peut le dire, après l’abandon de la verrerie de Meisenthal en 1968, la récolte est bonne, malgré le pillage de certains ferrailleurs.

La décision de créer un musée est prise dès 1976. Le travail bénévole, accompagné de l’aide de la commune permettent de créer la Maison du Verre et du Cristal, le 9 juillet 1983.

Nous tenons à remercier les bénévoles pour leur accueil et explication lors de notre visite, bravo à eux !

La Maison du verre et du cristal :

Dès l’entrée du musée, une vidéo explicative d’environ 20 minutes vous plonge dans l’art du feu. Certes plutôt “Vintage”, cette vidéo regorge d’explication.

La première partie du Musée s’intéresse à l’aspect technique du verre et du cristal. La seconde partie, à l’étage, présente l’exposition artistique, orientée Art nouveau.

1) Visite du rez-de-chaussé et de l'exposition technique :

La première étape du musée nous présente les outils et les composants nécessaires à la fabrication du cristal. 

Afin de donner un caractère homogène à cette exposition, les différents objets présentés viennent du début du XXe siècle.

comprendre fabrication du verre musee de meisenthal
Découverte de la fabrication du verre au premier étage du musée de Meisenthal

Le four à pot :

Un four traditionnel à pots ou creusets a été reconstitué en grandeur réelle au centre de la halle.

À l’époque où les combustibles étaient le bois ou le charbon, la chaufferie se trouvait au sous-sol et le foyer avait approximativement la hauteur d’un étage !

Actuellement, les fours sont alimentés par du gaz naturel. 

On apprend que la température de fusion du verre et du cristal est de l’ordre de 1450°C.

four traditionnel a pot du musee du verre
Four traditionnel à pots visible au musée du verre

IL faut savoir que ces pots sont entièrement façonnés à la main. C’est le cas à la cristallerie Saint-Louis qui possède son propre atelier au sein de la manufacture.

Ce sont des récipients en terre dans lesquels se fait la fusion de la matière. La durée de vie d’un pot avoisine les trois mois, après, il faut le remplacer par un nouveau.

La composition du cristal :

Le verre, ou cristal, n’est rien d’autre que du sable. 

On utilise le sable blanc de la région parisienne pour obtenir un verre parfaitement incolore (et non plus le grès des Vosges).

Pour aller dans le détail, je vous invite à lire notre article sur la composition du cristal et la différence avec le verre.

Composition du cristal
3 composants du cristal

Voici les éléments essentiels pour obtenir du cristal, une vraie recette de cuisine :

  • L’arsenic est un décolorant, son but est de neutraliser les impuretés.
  • La potasse et la soude sont les fondants qui permettent d’abaisser la température et le temps de fusion.
  • Le groisil, débit de cristaux réutilisé en composition.
  • Le minium de plomb, qui offrira la pureté et l’éclat du cristal (au minimum 24%).

Enfin, la couleur du cristal est obtenue par l’ajout d’oxydes métalliques (chrome, nickel, …)

Un grand nombre d’ancien moule sont également présentés. Ces moules n’ont presque pas changés, comme la plupart des outils du verrier.

Il existe quatre moules aux techniques différentes :

  • Le moule de soufflé-tourné permet de souffler à la canne. Il a une forme ronde et lisse à l’intérieur. Le fait de tourner permet d’éviter les coutures du cristal.
  • Le moule de soufflé-fixe présente en général un décor à l’intérieur. Le décor est apparent sur les faces internes et externes du verre.
  • Le moule de presse ancien.
  • Et enfin le moule de presse moderne à décor d’imitation de taille.
moule du verrier
Présentation des moules au musée du verre

Toutes les techniques verrières sont illustrées. Si vous souhaitez aller plus loin, nous vous avons cocoté un petit guide sur la fabrication du cristal, disponible ici !

2) Visite de l'Exposition Art nouveau :

À l’étage, dans une ambiance feutrée, l’exposition artistique révèle une collection d’une grande richesse.

L’accent est mis sur la verrerie Burgun-Schvever. Toutes les pièces exposées permettent au visiteur de poser un regard différent sur l’art du verre. On se rend vite compte de la complexité du travail réalisé.

Cette époque créatrice foisonnante qu’est l’Art nouveau a porté l’expression artistique à son plus haut niveau.

La verrerie d’Art fut un moyen d’expression parmi tant d’autre. C’est l’époque d’un réel désir de mettre l’artisanat et le travail ouvrier sur le devant de la scène.

Pour aller plus loin dans nos explications, voici notre guide :

Le guide (ultime) Art Nouveau

Simple et efficace, devenez incollable !

Quoi qu’il en soit, il n’est pas certain que nos verriers puissent reproduire de tels chefs-d’oeuvre.

Certaines techniques, si complexes, telles que la marqueterie sur verre ou le décor à l’émail intercalaire, furent oubliées avec leur créateurs.

Marqueterie sur Verre, Émile Gallé :

vase Galle technique de marqueterie sur verre
Vase d'Émile Gallé, technique de marqueterie sur verre

Autre artiste de génie, souvent presque inconnu du grand public, Eugène Kremer.

Il sera à l’origine de la technique du décor à l’émail intercalaire typique de la production Burgun-Schverer (anciennement Meisenthal).

La coupe du pêcheur, cette grande coupe sur pied est une pièce réalisée en 1901 par Eugène Kremer pour une commande privée. Elle comprend à sa périphérie 4 décors aquatiques avec l’inscription à l’or : Priez pour nous pauvres pêcheurs à la ligne”.

Les décors sont gravés à l’acide, partiellement remis à la roue et rehausses de touches d’émail et d’or.

Cette coupe est l’une des rares pièces connues portant la signature d’Eugène Kremer, l’artiste signant habituellement les oeuvres sous le nom de Gallé, son employeur.

coupe-pecheur-eugene-kremer
Coupe du pêcheur d'Eugène Kremer
coupe-pecheur-eugene-kremer
Coupe du pêcheur d'Eugène Kremer

Eugène Kremer est un enfant de Meisenthal. Resté dans un anonymat presque total, ce génie artistique a obtenu la confiance totale d’Émile Gallé. 

Vase à décor mythologique :

Ce vase couleur miel de forme coloquinte en verre soufflé est signé de la marque Burgun-Schverer. Ce décor mythologue représente Atlas portant la voûte céleste et le routour d’Ulysse. 

Gravé à l’acide et rehaussé d’or, les décors mythologiques réalisés par Eugène Kremer à partir de 1889 sont les copies fidèles des dessins de Walter Crâne qui a illustré un ouvrage sur la mythologie “Echoes of Hellas – The Tale of Troy and the Story of Orestes” édité à Londres en 1887.

vase-decor-mythologique
Vase à décor mythologique d'Eugène Kremer sous la marque Burgun-Schverer

Vase à la carpe :

Ce vase en verre soufflé à côtes vénitiennes présente un décor de carpe et de végétation aquatique à l’émail et à l’or qui s’inspire d’un tableau d’Hokusaï, célèbre peintre japonais.

vase-carpes-meisenthal

Vase Vallérhystal :

Une vitrine est également consacré à Vallérysthal.

Mémoire ouvrière, la cristallerie de Vallérysthal (à découvrir ici) a dessiné l’histoire d’une industrie régionale florissante. L’une des plus anciennes manufactures verrières (associée à Portieux dès 1871) produisait plus de 50000 pièces par jour, employant plus de 3000 artisans verriers.

vase de la cristallerie de vallerysthal
Vase de la cristallerie de Vallérysthal

Auguste Houillon, Saint Bernard de Menthon, 1885-1954 :

auguste-houillon-saint-bernard-de-menthon
auguste-houillon-sculpture-verre

Désiré Christian :

verre couleur de desire Christian

Source : La maison du verre à Meisenthal, SAEP Edition.

LES AUTRES MUSÉES DU VERRE ET CRISTAL EN FRANCE :

Fier de notre patrimoine et de notre savoir-faire verrier, la France regorge de musée témoin de notre histoire.

Bien sûr :

Les musées du verre dans les Vosges du Nord, et plus particulièrement la Lorraine, sont les nombreux. Une implantation conditionnée par trois facteurs : la matière première, le combustible et l’eau.

1) Le musée du cristal à Baccarat :

2) Le musée Lalique :

5) Atelier-musée du verre (site de l'écomusée de l'avesnois) :

6) Musée/Centre d'art du Verre :

7) Musée du verre et de ses métiers :

8) Musée du Verre "Yves Blaquière" :

9) Musée du Verre :

10) Musée du verre et du vitrail :

PARTAGEZ LES MUSÉES DU VERRE
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Jours
Heures
Minutes
Secondes

- DU CRISTAL SOUS LE SAPIN -

- 30 % sur TOUT