Le four à pot (ou à creuset) est le four traditionnel du verrier. La composition de cristal est disposée dans des pots, creuset d’argile réfractaire, à l’intérieur d'une enceinte fermée. Chauffé au fioul ou au gaz, la composition peut atteindre sa température de fusion.

Chaque four à pot contient plusieurs pots, renfermant chacun une couleur précise. La coloration est obtenue par l’ajout d’oxydes métalliques au mélange vitrifiable. Chacun des pots peuvent contenir 350 à 400kg de cristal en fusion. Leur durée de vie est limitée, il faut les changer tous les quatre à six mois. Le verrier, muni de sa canne ou de son pontil, va alors cueillir le cristal dans ces pots, au sein de l’atelier à chaud du cristal.

La fabrication d’un pot, nous allons le voir, demande un réel savoir-faire. Le four à pot du verrier est donc contraignant et demande un investissement constant. Cependant, il se révèle le seul moyen de travailler le cristal de couleur. Il est très apprécié pour la verrerie d’art.
Le four à bassin, lui, est bien plus récent (1950), il contient le cristal clair.

La fabrication d'un pot, un savoir-faire particulier :

Chez Saint-louis, les pots sont fabriqués à la main au sein de la manufacture. Nécessitant un tant de séchage de six mois, il ne s’agit pas de commencer la fabrication d’un pot lorsque l’on constate qu’un autre pot est défectueux. Les pots reposent dans une grande salle, où la température humide est constante.

Lors d’un changement de pot, il faut préalablement cuir le nouveau pot à une température de 1350°C dans un four appelé « carcaise ». Sans être refroidit, les artisans transportent et installent le nouveau creuset de terre réfractaire à l’intérieur du four à pot.

four traditionnel a pot du musee du verre

En savoir plus sur la fabrication du cristal à chaud :

PARTAGEZ L'ART VERRIER

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin