COMPRENDRE L’ART NOUVEAU, LE GUIDE

guide pour comprendre l'art nouveau

Depuis quelques années, l'engouement pour le style Art nouveau refait surface. Ce courant qui a produit une telle floraison d'artistes, de sculptures, d'architectes, de bijoutiers, ne peut vous laisser indifférent. Vous désirez découvrir les caractéristiques du style nouille et l'ambiance de la Belle Epoque ? Souhaitez-vous savoir la source d'inspiration des artistes ? Comment ce style, qui n'a fait qu'une flambée, descendit dans la rue ? Ce guide, facile à lire, vous dévoile le visage (parfois caché) de l'Art nouveau !

L'ART NOUVEAU ET LA BELLE ÉPOQUE :

Commençons par situer le contexte historique.

La “Belle époque”, cette quinzaine d’années qui précèdent la Grande Guerre de 1914, a marqué toute une génération.

Durant toutes ces années, personnes n’a jamais parlé de Belle époque. L’expression n’a été utilisée qu’en 1919 en souvenir de ces belles années. Progrès sociaux, économiques, technologiques, mais pas seulement.

La Belle époque représente quelques années d’une richesse d’expression artistiques foisonnante, aussi importante que celles dites “classiques”.

Pourquoi ?

Ce foisonnement d’idée s’explique par la volonté des artistes de transgresser l’art classique en s’affranchissant des règles préexistantes. Voici comment l’Art nouveau est né.

Quoi de mieux que l’expression des fondateurs de l’association des artistes Secessionnistes Viennois pour expliquer ce bouleversement :

« A chaque époque son art, à l'art sa liberté ! »

Devise de la Sécession viennoise, 1897 Tweet
Bureaux aux ombelle d'Eugene Vallin au musee de l'école de nancy
Musée de l'École de Nancy, bureau aux ombelles d'Eugène Vallin

À cette période de notre histoire, la France entière redécouvre le plaisir de la fête. La Belle époque, c’est aussi la naissance des grands cabarets, les folies bergères, le moulin rouge, des lieux où pour la première fois, toutes les classes sociales se côtoient, artistes, bourgeois, ouvriers.

Les affiches de Toulouse Lautrec en sont la parfaite illustration.

La première d’entre elles, celle du Moulin-Rouge, représente la vedette « La Goulue » dansant le cancan, entourée d’une foule compacte :

Affiche toulouse lautrec représentant « La Goulue » dansant le cancan
Affiche "La Goulue" de Toulouse Lautrec

PARTAGEZ L'ART NOUVEAU

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L'Art nouveau, qu'est-ce que c'est ?

L’Art nouveau, comme son nom l’indique, rompt les amarres avec le passé.

La fin du XIXe siècle avait vu s’épanouir le style Napoléon III, qui n’avait été qu’une simple adaptation de toutes les époques précédentes. Autrement dit, aucun modernisme, dans le sens de la nouveauté, n’avait marqué la fin de cette époque. 

Le début d’un grand changement.

Et voici que brusquement, la vie change : l’industrie prend naissance sur une grande échelle (2ème révolution industrielle); on découvre à la fois l’aviation, le téléphone, et l’utilisation de l’électricité.

Le progrès technique, accompagné de quatre décennies de paix provoque un grand optimisme et une insouciance quant à l’avenir.

Ce n’est pas tout.

La condition sociale subit également de profonds changements, les hommes, issus du peuples, commencent à s’affirmer et s’imposer dans la société. Il est alors normal que ces bouleversements s’accompagne d’un renouveau des artistes, un changement de l’expression artistique.

C’est le commencement de l’histoire de l’Art nouveau, où plus précisément du Modern Style, à ses débuts.

En effet, l’expression « Art nouveau» est employée pour la première fois par Edmond Picard, en 1894, dans la revue belge L’Art moderne pour qualifier le travail de l’artiste belge Henry van de Velde.

Pour vous donner une image globale de ce style, voici les éléments fondateurs :

definition et caracteristique de l'Art nouveau
Les caractéristiques majeurs de l'Art nouveau

Un phénomène 1900 ?

Oui, on parle alors de style 1900.

L‘Art nouveau se définit par une souplesse des lignes, une certaine sensibilité qui entre dans le quotidien. Il y a une nouveauté, un modernisme, de la couleur, et même une extravagance pour l’époque.

Cela s’exprime dans tous les domaines artistiques, en passant par les bijoux, le mobilier, les objets d’art, et même l’architecture.

L’Art nouveau occupe tout l’espace disponible pour créer une véritable univers personnel. Il est total, pour créer un lien art et vie.

=> Pour résumer, rien ne ressemble au passé, et rien ne ressemblera à l’avenir.

style-modern-style

L’Art nouveau et le Modern Style touche toute l’Europe :

Cette nouvelle expression commence à s’imposer d’abord en Belgique, où Bruxelles est un haut lieu. Les principes formels d’une architecture Art nouveau y sont définis.

Peu à peu, le mouvement, qui prendra différents noms suivant les pays s’impose dans l’Europe entière, et même aux États-Unis. C’est soudain, et très rapide !

Liberty, Jugendstil, Sécession ?

Cela vous dit quelques choses ? Partout, et en même temps, le style commence à éclore, pour ne toucher qu’une partie de la population (nous allons voir pourquoi plus tard).

Les lignes droites se transforment peu à peu en courbes.

En Italie, le mouvement Art nouveau prend le nom de Liberty, en Allemagne, ce sera le Jugendstil, et enfin, la Sécession pour Vienne.

architecture Art nouveau secession de Vienne
Palais de la Sécession à Vienne

Le Modern Style et L'Art Nouveau, quelles différences ?

Il convient de différencier ces deux courants, très proches.

Le Modern style pour la fin du siècle :

La principale différence réside dans l’époque, le Modern Style est le précurseur de l’Art nouveau, qui montre le rôle joué par l’Angleterre. Ce terme était utilisé par les journalistes pour qualifier l’architecture et la décoration de la fin du siècle.

Un grand bouleversement :

Il y eu un tel changement dans la conception des meubles, des objets, des bijoux, de l’ornementation qu’on peut s’étonner d’avoir assisté, à un engouement aussi rapide, et qui pour être satisfait, nécessitait des dépenses importantes.

Il fallait tout changer pour être à la mode.

Le Modern Style était plus une mode de gens riches; qui ne touchera pas les couches les plus profondes.

On peut voir le Modern Style comme l’ultime rempart, l’ultime défense contre ce qui va découler fatalement de l’industrialisation, la production en série.

Le plus important :

Il ne faut pas oublier que l’Art nouveau qui en découlera se voulait être un Art pour tous, rendu accessible grâce à la production en série. 

Contrairement au Modern Style, l’Art nouveau est donc pour tous. Voilà un premier élément de différenciation. 

L’Art nouveau de 1900 :

Pour tous, 1900 représente une certaine image. Celle d’une entrée de métro sinueuse, un cadre où s’entrelacent nénuphars et iris, une ligne souple comme celle d’une robe.

Mais surtout, l’Art nouveau représente un artisanat d’art.

vase Galle technique de marqueterie sur verre
Marqueterie sur Verre d'Émile Gallé

Combien de temps a duré l'Art nouveau ?

Il n’est pas facile de déterminer la période du Modern Style, puis de l’Art nouveau qui lui succède.

On peut néanmoins en donner les dates approximatives.

Les dates de l’Art nouveau ?

On estime cette durée de vingt à vingt-cinq années au maximum. L’Art nouveau débute en 1890-1895 pour terminer à la veille de la première guerre mondiale.

L’expression artistique de l’Art nouveau atteindra son apogée en 1900 avec l’Exposition universelle.

architecture exterieur de ma ville majorette a nancy
Villa Majorelle à Nancy

L’Exposition universelle de 1900 :

Pour l’Exposition universelle de 1900, la France attendait plus de 50 millions de visiteurs, bien plus que la population de la France à cette époque, qui était de 38 millions !

C’était un événement considérable pour la France, mais aussi pour l’Art nouveau !

Le grand palais sera construit pour l’événement. C’est l’un des fleuron de cette exposition.

Pour cette exposition, Paris est métamorphosé, toutes les grandes nations participent et y édifient des pavillons, des palais, jusqu’au pied de la tour Eiffel, la grande dame de fer, qui elle-même, avait été la reine de la précédente exposition, celle de 1889.

photographie exposition universelle de 1900
Vue panoramique sur l'Exposition universelle de 1900

La découverte de l’électricité :

Cet événement est l’occasion de présenter les grandes innovations. Parmi elle, l’électricité, Paris va ainsi s’équiper de ses premières centrales électriques.

Mais ce n’est pas tout !

Les artistes Art nouveau de Nancy seront les premiers à habiller la lumière de cristal.

L’Exposition universelle de 1900 récompense Daum d’un Grand Prix et lui apporte une notoriété internationale. Novatrice, la cristallerie Daum habille déjà la lumière électrique avec du verre et s’associe à de grands artistes : Majorelle ou encore Henry Bergé.

À cette époque, l’électricité est essentiellement utilisée pour l’éclairage.

Dans certaines campagnes, les habitants vont continuer à s’éclairer à la lampe à pétrole après la deuxième guerre mondiale.

lampe art nouveau des freres daum
Lampe Art nouveau des frères Daum

Qu’en est-il du Modern Style ?

Il est encore plus court et fugace. L’expression Modern Style s’efface dès 1910 pour laisser place à l’Art nouveau.

Oui, le Modern Style est mort aussi vite qu’il est apparu.

Mais pourquoi ?

Deux raisons principales l’expliquent : 

  • Cet Art, expliqué précédemment, a bouleversé l’expression artistique, étant une nouveauté jamais connue par le passé. Comme pour tous bouleversements, il y a ses détracteurs. Beaucoup étaient contre ce mouvement et il fallait être bien audacieux, même d’avant-garde, pour sacrifier à un bouleversement aussi radical de son mobilier. 
  • La deuxième raison : le prix. Les meubles et les objets étaient de vrais chefs-d’oeuvre, qui ne supportaient pas la médiocrité. Cet art ne s’adressait pas à toutes les bourses.

Ainsi, le Modern Style était réservé à une certaine élite de l’époque. Il n’était pas connu des provinciaux et encore moins des campagnards. 

etagere bambou emile galle au musee ecole de nancy
Étagère Bambou d'Émile Gallé (1894)

Le prolongement de l’Art nouveau :

Le Modern Style est abandonné pour se prolonger dans un Art nouveau qui s’impose dans un nombre croissant de ville, étant beaucoup plus populaire.

Savez-vous le plus étonnant dans tout ça ?

Dès la fin du Modern Style, on s’empresse de bazarder et de vendre tout ce qu’on avait acheté durant ces années folles

Absolument TOUT !

Les ensembles du Modern Style trouvent une seconde vie dans les maisons de campagnes, meublant les chambres des domestiques. 

Pour les moins chanceux, ils sont détruits.

C’est la même chose pour les vases Gallé. On les vend, on les donne, même à ceux qui vous étaient le plus indifférent. 

De quoi s’en mordre les doigts (au vu de la cote grandissante) ! 

Il suffit de voir la flambé des prix aujourd’hui. Un vase Gallé, surtout produit avant 1904, année de sa mort, peut atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Je vous invite vivement à lire notre guide pour acheter et vendre un vase Gallé

collection de vase galle
Collection de vases Gallé

Comment l’expliquer ?

L’effervescence de cette époque était tellement importante qu’une partie de la population a ressenti un sentiment de honte de cette ivresse incontrôlée.

C’est une des raisons de la rareté de ces objets d’Art nouveau, surtout concernant les ensembles de mobiliers.

La Belle époque, c’est aussi les débuts de la publicité, où plutôt de la réclame !

Le développement des grands magasins :

C’est nouveau, les grands magasins se multiplient, la Belle époque est celle de la consommation. Croissance économique, prospérité générale et insouciance créent un environnement propice aux achats.

Amis Nancéien ?

Nous avons connu les grands magasins réunis de la famille Corbin, entre la rue Faubourg Saint-Jean, la rue Mazagran, la rue Victor Poirel.

Aujourd’hui, ce bâtiment abrite les magasins Fnac et printemps.

archive de la ville de Nancy les grands magasins Corbin
Archive de la ville de Nancy, les grands magasins de la famille Corbin, actuellement la Fnac et le Printemps

Tout est étudié pour vendre, vitrines alléchantes, prix sacrifiés, et même vente à crédit.

Les murs de Paris sont bientôt envahi par l’affichage publicitaire. Et cette affiche est illustré par les grands artistes Art nouveau de l’époque.

C’est un support parfait !

Le Modern Style, période courte, connait un délaissement, désintéressement total dès la fin des années 1910.

C’est comme une vague, déferlant et emportant tout sur son passage, pour ensuite se retirer, ne laissant que quelques restes …

LES INSPIRATION DE L'ART NOUVEAU :

Si nous devions résumer l’inspiration et l’imaginaire de l’Art nouveau, seulement trois mots suffiraient : les 3 F (si chères à René Lalique, précurseur du mouvement).

  • La féminité
  • La faune
  • La flore

Les artistes Art nouveau se rendent compte qu’ils ont à portée de la main et des yeux des motifs qu’ils seraient bien incapables d’inventer.

La nature et la vie prennent place dans la vie quotidienne des Français.

La femme objet, source d'inspiration :

Jamais aucun style n’a mis autant la femme en valeur. C’est avant tout la femme objet, se retrouvant sur la plupart des sujets traités. 

La femme prend alors toutes les formes, on la sculpte, elle est céramique, ivoire, et même de verre.

Parfois, elle n’est qu’un symbole et devient alors libellule, notamment dans la composition des bijoux Art nouveau (à découvrir d’urgence ici!).

Un exemple avec René Lalique :

René Lalique sera sans doute le plus grand inspirateur de la féminité, à travers ses bijoux, qui comptent parmi les grands chefs-d’oeuvre de l’Art nouveau

L’imagination sans limite de René Lalique se métamorphose ici à travers ce bijou femme-libellule, aux deux pattes disproportionnées et griffon acérées.

broche femme libellule de rene lalique
Femme Libéllule de René Lalique (1897)

Portée par Sarah Bernhardt (célèbre comédienne de la Belle époque) au sommet de sa gloire, on ne peut que s’émerveiller sur cette pièce visible au Musée Calouste Gulbenkian de Lisbonne.

Au-delà de l’imaginaire de la femme :

Femme, mais aussi insecte. À cette époque, l’Art nouveau a la ligne des robes que portent les femmes, robes sur lesquelles se retrouvent des motifs interpellant les végétaux et une certaine faune vivant sous terre.

Les végétaux (la flore) :

René Lalique ou encore Émile Gallé étaient avant tout de fin observateur de la nature.

Un point en commun :

Une observation microscopique, détaillée, qui relève même d’une vraie démarche scientifique, comme pour Émile Gallé, et son travail sur l’évolution des espèces qui sera salué par les professionnels.

Toutes les parties de la fleur, de l’arbre ou de la plante sont utilisées dans la création artistique. Tous les éléments se nouent, s’enchevêtrent, que ce soit en pierre, en fer, en fonte et même en verre.

L’Art total, du mobilier, à la tapisserie, nous immerge alors dans une forêt, où la nature est reine.

table le Rhin Emile Galle ecole de nancy
Table le Rhin, Émile Gallé

Le bijoux devient nature :

L’utilisation du répertoire végétal se révèle particulièrement heureuse dans le domaine du bijoux. Étant fatalement limité par l’espace, l’imagination est alors ordonnée, pour donner naissance à une sobriété délicate.

C’est ici une illustration parfaite de notre collection Art nouveau Nancy, assemblé dans notre atelier à Baccarat.

50 Bracelets Art nouveau

Une histoire régionale, un savoir-faire verrier

Les insectes (la faune) :

Bien plus fantaisiste et imaginative, inquiétante pour certain, le répertoire des insectes et reptiles s’illustrent pour la première fois. 

Des zooms parfois effrayant.

Libéllule, serpent mais aussi pieuvre sont représentés dans les moindres détails. Une recherche de la précision permettant d’offrir les couleurs les plus chatoyantes. 

lit aube et crepuscule d'emile galle
Lit « Aube et crépuscule » d’Émile Gallé
ornement-corsage-rene-lalique
Ornement de corsage Serpent, René Lalique (1900)

On peut croire que la génération 1900 cherchait à se faire peur.

Et on va plus loin.

Les artistes s’inspirent de la mythologie, donnent vie aux monstres les plus étranges à l’image des gorgognes et des méduses.

architecture Art nouveau medusa Riga en Lettonie
Architecture Art nouveau composée de Méduse à Riga (Lettonie)

Les représentations des visages féminins qui terrorisèrent l’Antiquité, trouvent, dans le style 1900, leur plein épanouissement artistique, décoratif et symbolique.

Une précision :

Il faut insister sur le fait que ce sont toujours des visages de femmes, que ce soit dans la terreur ou dans le charme, l’homme n’a pas de place dans le style Art nouveau.

On se demandait d’où venait toute cette imagination.

On a même accusé la découverte de la drogue qui donne à l’imagination une tournure insolite. On a également mis en cause l’absinthe, très consommé durant la Belle époque, par les bourgeoises, mais aussi les artistes !

Elle représentait 90% des apéritifs consommés ! Tout de même.

histoire de l'absinthe durant la belle epoque
Degustation d'une absinthe en 1900, 90% des apéritifs consommés

Mais la raison est moins farfelue.

En 1900, on dénombre plus de 13 journaux traitant du spiritisme en France. Le début des années 1900, représente des progrès sociaux, économiques, technologiques et politiques.

La vie est très facile et joyeuse. 

Certains alors se penchent sur des problèmes qui compensent, en quelque sorte, ce bien-être matériel : les problèmes de l’au-delà.

Ces formes et monstres apportaient à l’époque une diversion à une existence parfois sans surprise. 

L'ART NOUVEAU À TRAVERS LES ARTISTES

Il n’est pas possible de donner l’initiative du mouvement à un seul groupe.

Cependant, il est indéniable que la ville de Nancy fut l’un des centres, considérée comme le berceau de ce mouvement. C’est ici que les plus grands artistes du mouvement se sont exprimés. 

Savez-vous pourquoi ?

Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Empire Allemand en 1870, une partie de la population migre à Nancy, désireuse de rester français.

Capitaux, main d’oeuvre et idées offrent donc à Nancy toutes les conditions requises pour un développement prospère !

=> Pour vous, profitez de 10 lieux incontournables de l’Art nouveau à Nancy. Étape par étape, voici ce dont vous ne devez pas manquer lors de votre visite de la ville !

histoire de la ville de nancy 1870

L'École de Nancy :

En 1901, sous l’impulsion d’Émile Gallé se fonde une école lorraine, connue sous le nom d’École de Nancy

Son but ?

Assurer la continuité du folklore lorrain, mais aussi assurer la diffusion et la protection des oeuvres des artistes et industriels lorrains.

Qui sont les artistes ?

Victor Prouvé réunit sous son influence un groupe dont feront partie Majorelle, Vallin, les frères Daum, Gruber et naturellement Gallé.

L’étrange et l’insolite sont les mots d’ordre. Pour la première fois, on voit des architectes dessiner des mobiliers, afin que ceux-ci soient en harmonie avec le cadre auquel ils sont destinés.

Salle a manger Masson de Vallin et Prouvé
Salle à manger Masson de Vallin et Prouvé

Également connue sous le nom d’Alliance provinciale des Industries d’Arts, l’oeuvre de l’École de Nancy est admirablement présentée dans l’un des plus beaux musées de France.

Regardez :

Située dans l’ancienne propriété d’Eugène Corbin (le propriétaire des magasins réunis de Nancy), grand mécène de l’Art nouveau, le musée de l’École de Nancy (à découvrir ici) vous plonge 120 ans en arrière. 

C’est l’une des rares représentations totale de l’Art nouveau, à l’image de la salle à manger Mansson de Vallin et Prouvé.

salle a manger vallin de victor prouve
Salle à manger Masson du Musée de l'École de Nancy

Émile Gallé :

Débutons par le grand maître de l’Art nouveau, Émile Gallé. Né le 4 mai 1846 il meurt à Nancy le 24 septembre 1904.

Emile Galle maitre verrier
Émile Gallé, maître verrier

Émile Gallé reprend la direction de l’industrie paternelle et ne tarde pas à produire une série d’oeuvres artistiques.

Maître verrier, il a obtenu du verre de nouvelles transparences. La marque distinctive de ses vases se trouve sur une signature gravée en relief.

Jusqu’en 1894, date à laquelle il crée sa propre cristallerie à Nancy, Émile Gallé fait exécuter le travail à chaud de ses oeuvres à Meisenthal.

Patriotique, il accompagnera souvent sa signature de la Croix de Lorraine, une manière personnelle de montrer son désir de rattachement à la France des provinces annexées.

coupe rose de france d'emile galle
Coupe Rose de France d'Émile Gallé (1901)

Botaniste distingué, il a contribué au développement de l’horticulture nancéienne par de nombreuses publications : ce goût pour les végétaux explique le thème général de ses compositions.

coupe Emile galle decor croix de lorraine
Coupe Émile Gallé, décor croix de Lorraine et Chardon Lorrain

Louis Majorelle :

Dès son plus jeune âge, Louis Majorelle s’intéresse et travaille aux côtés de son père qui possède un atelier de décoration.

Dès onze ans, il vend sa première création en céramique.

À 20 ans, il prend la succession de son père et rejoindra l’École de Nancy aux côtés d’Émile Gallé. L’Exposition universelle de 1900 récompense son travail, qui reçoit un accueil triomphant. 

piano la mort du cygne de Louis majorelle
Piano la mort du Cygne, Louis Majorelle

Hector Guimard :

Né à Lyon en 1867 et mort en 1934, Guimard est l’un des représentants les plus marquants de l’architecture Art nouveau.

Hector Guimard architecte Art nouveau
Hector Guimard, architecte Art nouveau

Pour lui, l’architecture et la décoration formait un tout. Il estimait que l’édifice,  l’ameublement, et le décor intérieur avaient besoin d’une unicité directrice.

S’étant vu confier le dessin et l’exécution des accès du métro, Guimard a appliqué ses principes décoratifs, qui ont pu étonner bon nombre de parisiens pour l’époque. 

Et pour cause :

métropolitain hector guimard au style art nouveau
Le métropolitain de Paris, réalisé par Hector Guimard

Ses grands lampadaires, à l’image de pattes géantes d’insectes, semblaient être sur le point de vous croquer !

« Ces édifices tortueux de lignes et de tonalité malsaine issues des profondeurs de l'apocalipse, ces lampadaires étranges, sortes de bras dressés sur des queues de fonte, tenant entre leurs crochets des fruits de verre en forme de berlingot à demi-sucés »

Documentaire vidéo Hector Guimard Tweet

Hector Guimard, c’est également le Castel Béranger, LE manifeste artistique de l’artiste.

Fait de brique, de fonte, de bois et céramique, Hector Guimard obtiendra le 1e prix de la plus belle façade de la ville de Paris en 1898, concours organisé par le journal Le Figaro.

immeuble le castel berganger hector guimard
Le Castel Béranger, manifeste artistique d'Hector Guimard

L’époque 1900 s’illustre dans la rue.

Hector Guimard en sera le parfait exemple. Façade d’immeuble, balcon, hall d’exposition et métro, voici ce à quoi nos rues françaises ressemblaient au début du XXe siècle.

L'ART NOUVEAU DANS LA RUE :

Les inspirations des artistes sont sans limite, et se propagent même dans la rue. Des vestige du style 1900 sont devenus des emblèmes, parfait même des musées. 

Certains même sont classés, comme le Céramic Hôtel, avenue de Wagram, à Paris.

Ceramic-Hôtel-avenue-Wagram-Paris
Céramic Hôtel, Paris

Les immeubles :

Les immeubles du Modern Style et Art nouveau affichent un haut standing. 

Façade en pierre, elles sont sculptées de motifs floraux, végétaux, et parfois de sculpture féminine où la longue chevelure habille les encadrements de fenêtres. 

Trois caractéristiques :

  • L’utilisation du fer forgé sur les balcons et les portes, permettant de créer des mites ondulants.
  • Les bow windows, très à la mode, représentent des petits arcs aux fenêtres.
  • L’utilisation de nouveaux matériaux pour la construction, comme la céramique, dont Bigot fut l’un des maîtres.

Et par-dessus tout, on remarque que les maisons et immeubles s’individualisent

Aucun immeuble n’est de même conception. Chaque maison propose son propre tableau fleurit.

Les réalisations architecturales ne se ressemblent pas plus que ne peuvent se ressembler entre eux les jardins, même s’ils sont composés des mêmes fleurs.

Chacun désire posséder une oeuvre unique.

Ce seront les architectes Guimard, Roche, Lavirotte, Horta pour la Belgique, qui donneront vie aux rêves les plus fous.

Attardons-nous sur les Bow Window :

C’est un élément qui marque l’esprit. Les yeux vers le ciel, admirant l’architecture Belle Epoque, ces balcons en forme d’arc ont aussi leur histoire. Il sont également présents durant l’Art déco.

bow-window-art-nouveau
Bow Window Art déco

Ces balcons vitrés en avancée sur la façade se voulait remplacer un petit jardin, impossible à établir à l’étage.

Cette idée vient de nos amis anglo-saxons, le Blow Window permettait ainsi d’agrandir une pièce et de mieux l’éclairer. 

On y met des plantes, des fleurs, et même des oiseaux en cage. Cet élément disparaitra totalement après la première guerre mondiale. Les architectes ont vite compris la complexité d’édifier une pièce ainsi en porte-à-faux.

Les grands magasins de la Belle époque :

Nous en avons fait mention précédemment. La Belle époque, c’est celle de la consommation, de la réclame et tout naturellement celle de la création des premiers grands magasins.

Les architectes font entrer la lumière :

C’est aussi celle de la découverte d’un utilitaire artistique. On prend alors un soin particulier à décorer tout ce qui peut l’être.

Pour compenser ce qu’une armature métallique peut avoir de lourd, on lui adjoint le verre : les coupoles se font transparentes, multicolores et le soleil joue librement à travers elles.

Cette impression de luminosité plait à la clientèle. 

Toutes les grandes expositions sacrifient à la même tendance : salon de l’automobile, salon des arts, tous peuvent enfin voir les couleurs telles qu’elles le sont à la lumière du jour.

La mode des verrières est lancée !

L’un des exemples les plus réussis reste celui de l’hôtel Solvay à Bruxelles.

Métro et réverbères :

Le Métro de Guimard, emprunté par des millions de voyageurs chaque année, est à lui seul un mémorial de cette époque.

Le choix n’a pas été facile.

Après avoir examiné quarante projets qui ne lui plaisent pas, le conseil municipal de Paris prend la décision de confier à Guimard le dessin des entrées et des gares du métro parisien.

C’était un honneur d’être choisi pour caractériser un moyen de transport aussi révolutionnaire. 

Sans le savoir, Guimard fut le premier styliste.

Ainsi, il loge des ampoules électriques dans des corolles, et se sert des tiges de fleurs pour élaborer cet arc d’entrée que tous connaissent bien.

Il utilise la fonte, imposé, mais également le verre, pour créer de gracieuses verrières.

archive du metropolitain parisien
Archive du métropolitain parisien

Les éclairages des rues subissent cette influence, et des réverbères Modern Style font leur apparition. 

Leurs caractéristiques ?

Au lieu d’une lumière verticale comme il était d’usage, ils diffusent une lumière plongeante. 

Les affiches :

Les affiches descendent dans la rue, et c’est une innovation pour la fin du XIXe siècle.

Avec la croissance économique, les industriels et commerçants rivalisent d’ingéniosité pour faire connaître leurs produits.

L’affiche Art nouveau, quelles caractéristiques ?

  • Elles sont très colorées, et doivent frapper l’oeil.
  • Elles doivent refléter l’esprit de la Belle époque.

Rien qu’en regardant une affiche de cette époque, on a un aperçu global de l’ambiance.  Aucun mode d’expression ne donne autant que l’affiche, la physionomie d’une époque et d’un peuple.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un bon nombre d’amateur les collectionnent.

Si vous souhaitez en acheter une, découvrez notre article sur l’affiche Art nouveau

Chaque pays a ses peintres d’affiches qui, même après plus d’un siècle, sont restés célèbres : Cheret, Toulouse Lautrec, Steinel, Atché …

Sous oublier Mucha, de la sécession de Vienne :

affiche alfons mucha

L'ART NOUVEAU DANS LA MAISON :

C’est le moment de franchir une porte, pour découvrir les bouleversements de la décoration du style 1900. 

Franchissons une entrée d’immeuble, attendons l’ascenseur, qui n’est déjà plus une nouveauté, et voyons l’influence de l’Art nouveau dans la vie quotidienne.

C’est radical.

Pour la première fois dans l’histoire de l’ameublement, il fallait tout changer si on voulait être à la mode. Adieu le style Louis XV, le style Empire, et bonjour à la faune, la flore, la féminité.

La verrerie d'art :

Parallèlement au développement de la verrerie mécanique, le verre, au-delà de son aspect fonctionnel et décoratif, va être considéré comme une véritable média artistique.

On assiste alors à une grande liberté créative.

Parmi les plus connus, nous l’avons déjà cité, Émile Gallé. Passionné de littérature et botanique, les thèmes qui alimentent son imaginaire sont multiples, allant de l’Antiquité à l’art japonisant en passant par le Moyen Âge, la Renaissance, le XVIIIe siècle et la verrerie islamique. 

La nature restera sa principale source d’inspiration. 

Les meubles :

Ce sont le plus souvent des meubles d’architectes, qui reflètent la tendance de son créateur. Ils sont en érable, poirier, chêne, acajou, platane d’Algérie. 

Cependant, le matériaux n’est pas essentiel, seule la forme est souveraine.

Les chaises et fauteuils : 

Modern Style, ils sont perchés sur des pieds grêles qui semblent prêts à se casser sous le moindre poids. Le dossier, formé par un entrelacs de lignes sinueuses, s’orne de tissus assortis aux rideaux de la pièce.

Les chaises de la salle à manger semblent plus stables et solides.

Les chaises de bureaux sont plus larges, plus profonds, épousant davantage la forme du corps, recouvert de cuir unis.

musee-ecole-de-nancy-mobilier

Les tables :

Il existait deux styles de table :

  • Les tables à demeure (celles des salles à manger).
  • Les tables volantes (pouvant se déplacer facilement).

On assiste à une prolifération de table volantes, car à l’époque, on reçoit beaucoup ! 

Le saviez-vous ?

Les femmes de l’époque, ayant une situation sociale élevée, avaient ce qu’on appelle un jour : c’est-à-dire qu’elle porte sur ses cartes de visite une mention spéciale indiquant quel jour et quelle heure madame se tiendra prête à recevoir.

Chacun des visiteurs avait sa table personnelle, de façon à ne pas jongler avec la table et l’assiette.

Voici pourquoi la mode des tables gigognes s’est développée.

La table à thé est également indissociable de ces réceptions régulières.

salle a manger vallin de victor prouve

Les bureaux : 

Ce qui est nouveau pour l’époque, ce sont les bureaux.

Les hommes travaillent à la maison, et sont obligés, parfois, d’avoir chez eux une pièce spécialement meublée pour cet usage.

Les armoires :

Issue du second Empire, l’armoire à glace s’ornemente de différentes façons. Elle devient aussi plus pratique. On y ajoute de petits tiroirs dans lesquels il est possible de ranger les accessoires tels que les gants.

Les buffets de salle à manger :

Ces meubles sont utilitaires, à une période où l’on restait longtemps à table et où la nourriture était abondante.

Les lits :

Étrangement, les lits jumeaux n’existaient pas encore.

Le lit reste à deux places et occupe la chambre de Madame.

La tête et le pied sont ornés des mêmes sculptures, marqueteries ou peintures que les autres meubles de la chambre.

lit aube et crepuscule d'emile galle
Lit aube et crépuscule Émile Galle

Les sellettes :

Ce petit meuble est typique du style Art nouveau. La sellette servait à supporter un palmier dans un cache-pot en cuivre, ou en céramique.

Il semble qu’elles aient disparu avec la mode des plantes vertes, dans les années 1914.

Les bibliothèques : 

Les bibliothèques de faible encombrement est l’une des nouveautés.

La femme se doit d’avoir, dans son salon, la preuve tangible qu’elle s’intéresse à la culture et au monde qui l’entour.

Les vitrines :

Survivante des siècles précédents, la vitrine garde toute son importance. Elle donne une note gaie dans la pièce, et permet de passer pour un amateur d’art, ce qui donne lieu à tout un commerce : celui des objets de vitrine.

vitrine avec vitrail art nouveau
Vitrine sublimée par un vitrail style École de Nancy

Le piano : 

À cette époque, il n’y avait pas d’intérieur où ne se trouvait un piano : droit chez les gens modestes, à demi-queue, et même à queue chez ceux qui avaient un salon assez grand pour le loger.

Tout le monde, savaient jouer du piano …

piano la mort du cygne de Louis majorelle
Piano la mort du cygne Louis Majorelle

L'éclairage :

Peu à peu, l’éclairage électrique s’impose en ville.

Son adaptation sur les lustres rencontre une rapide adhésion. Pourquoi ? Grâce à sa facilité d’emploi, la suppression de l’odeur de gaz, et surtout la disparition du manchon à incandescence.

Les lampes dites volantes rencontrent un succès moindre à leurs débuts. Mais face aux risques d’incendie diminués, elles sont adoptées par tous.

Les solutions végétales sont naturellement exploitées à l’extrême : les ampoules sont boules de gui, grains de mimosa, grappes de raisins …

Les bijoux :

Le bijou Art nouveau est fascinant. Le style 1900 trouve dans cette forme d’expression une perfection jamais atteinte.

D’ailleurs, je vous invite à découvrir le top 10 des bijoux de René Lalique. Une belle manière de découvrir cette artiste de génie.

Mais alors pourquoi un tel engouement ?

Il faut chercher la cause de cette éblouissante production dans l’importance que le début du siècle a donné à la femme et à tout ce qui la servait.

Le bijou est un objet de parure personnel, toute sa valeur réside dans son interprétation et réalisation. 

La grande découverte ?

La beauté du matériau en lui-même. L’affichage du beau plutôt que l’affichage du luxe.

broche-art-nouveau-rene-lalique
DEVANT DE CORSAGE PAON (1898-1900

Les vitraux :

Durant l’Art nouveau, le vitrail connaît une véritable renaissance. Peu à peu, il s’introduit dans les maisons privées et les commerces.

Plus particulièrement à Nancy, les vitraux sont présents dans les maisons, les immeubles d’habitation, les magasins et même les banques.

Une magnifique façon de créer un espace de transition entre l’intérieur et l’extérieur.

vitrail Luffas Nympheas au musee de l'ecole de nancy
Vitrail Luffas Nympheas

La mode du vitraux Art nouveau ne fait que croître, on ne conçoit plus sans lui ni éclairage d’escalier, ni bow window.

Vitrail la lecture d'Henri Berge art nouveau
Vitrail la lecture Henri Berge

POUR CONCLURE ...

Voici de quoi vous donner une idée globale du style Art nouveau, mais aussi de la manière de vivre à cette époque.

C’est maintenant à vous de percer tous les mystères de l’Art nouveau, et vous découvrirez des objets étonnants, des meubles sans égal, des verreries venues tout droit de vos rêves.

Mais surtout.

Nous n’avons pas le droit de se moquer du style Art nouveau, style 1900, parfois riche et lourd, car il représente avant tout un grand effort artistique. Il faut le saluer bien bas.

De nos jours, nous regrettons de ne pas avoir une pléiade de créateurs qui fassent évoluer et progresser l’art. Regrettons l’absence de sensibilité au savoir-faire de nos jeunes générations, et partageons cette si belle époque créatrice qu’est l’Art nouveau ! 

Source : Le style 1900, Marabout Flash.

PARTAGEZ L'ART NOUVEAU
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Jours
Heures
Minutes
Secondes

- DU CRISTAL SOUS LE SAPIN -

- 30 % sur TOUT