Savez-vous réellement ce qu'est la pâte de verre ? Vous avez un vase ou bien une lampe en pâte de verre entre les mains, vous vous posez la question de sa valeur, de sa fabrication ? Le développement de cet art a explosé durant l'Art nouveau, notamment avec les frères Daum et l'École de Nancy. La pâte de verre est une matière merveilleuse, ce guide 2020 va vous donner des conseils précis lors d'un achat, d'une revente, mais également pour son entretien. Étape par étape, la pâte de verre n'aura plus aucun secret pour vous !

En complément, ne manquez pas les secrets des cristalleries de Lorraines ! Découvrez notre guide ultime pour visiter, découvrir et apprendre.

le guide de la pate de verre
Zoom sur la pâte de verre VS Zoom sur le cristal satiné dépoli

Non, la pâte de verre n’est pas du simple verre. Oui, la pâte de verre est l’une des techniques les complexe à réaliser. Ce qui en justifie son prix ! Vous êtes perdus ?

Verre, cristal, et maintenant pâte de verre ! C’est trop ! Pas de panique, on vous invite à lire notre article sur les 3 étapes pour reconnaître le cristal, vous allez découvrir les subtilités entre le verre, le cristal et la pâte de verre.

Pourquoi la pâte de verre est différente du verre ?

La réponse se trouve dans le processus de production. La pâte de verre est un mélange de groisil, c’est-à-dire un mélange de morceaux de cristaux concassés, qui est inséré dans un moule en plâtre.

Les groisils peuvent alors être de différentes couleurs, produisant un tableau coloré unique à la sortie du four. L’artisan verrier ne peut jamais savoir à l’avance le résultat final. L’aspect des matières est aussi différent : le verre est lisse, la pâte de verre laisse apparaître un objet à l’aspect plus ou moins céramique. Toucher une pâte de verre, c’est comme toucher le grain de peau d’une pèche, ou bien la douceur d’une surface cirée.

Au commencement, voici à quoi ressemble le groisil, des cristaux de couleur. Une féérie de couleur avec cette impressionnante palette de cabot (utilisée par Daum).

fabrication-de-la-pate-de-verre
Groisil, matière première de la pâte de verre
groisil de la fabrication de la pate de verre
Palette de cabot (Daum France)

Le plus important ?

La pâte de verre exige un processus de fabrication beaucoup plus complexe (nous allons le voir dans la prochaine partie). Il en résulte une finesse des détails tout simplement incroyable. Chaque moule en plâtre doit être cassée pour découvrir le résultat final. Et croyez moi, la fabrication d’une pâte de cristal demande plus de cinq étapes différentes pour l’artisan.

C’est la différence majeure avec des cristalleries comme Baccarat, qui utilisent des moules en fonte réutilisables.

La pâte de verre, c’est la quintessence de l’art, l’expression artistique unique de grands noms comme les frères Daum durant la période des arts décoratifs. Le critère commun : l’unique ou la série limitée. Ce matériaux se prête à merveille à la sculpture et à la couleur. La couleur, nous la déclinons à travers nos collections de bijoux en cristal. Sablé et assemblé à Baccarat; c’est un cadeau de choix vitrine du savoir-faire verrier :

Quelle est la composition de la pâte de verre ?

Allons dans le détail.

Une technique très différente de celle du verre tant par la composition de la matière que par la façon de la traiter, et qui a ouvert, dès 1900, la voie vers une plastique jusque là réservée à la sculpture et à la céramique.

Car oui, la pâte de verre va permettre de réaliser des oeuvres d’une précision, d’un détail inaccessible comparé à une pièce en verre soufflée.

Admirez la précision des détails, les variations de couleur (coupe roses passion Daum France) :

zoom sur la pate de verre
Collection rose passion de la cristallerie Daum

Lisez attentivement !

Ne confondez pas le verre opaque et la pâte de verre, qui peuvent avoir un aspect similaire (en regardant de loin bien sûr ). Cette erreur est souvent réalisée pour des artistes comme le grand Émile Gallé ou encore François-Théodore Legras de la verrerie de la Plaine Saint-Denis.

Émile Gallé et Legras n’ont JAMAIS réalisé de pâte de verre :

Émile Gallé, scientifique et artiste accompli, travaillait le verre de multiples façons, étant toujours à la pointe des innovations techniques à l’instar de la marqueterie sur verre. Il n’a jamais travaillé la pate de verre, ni le moulage à la cire perdue.

À lire aussi : 20 fais surprenants de la vie d’Émile Gallé.

Quant à François-Théodore Legras, c’est pareil. Moins sur le devant de la scène, ce verrier, homme d’affaires, suivait de près les évolutions techniques pour ensuite les appliquer au sein de son usine.

À lire aussi : Vrai ou faux vase Legras ?

Mais alors, quelles sont les différences ?

  • Le verre opaque n’est pas comparable avec la pâte de verre. Le verre opaque est moulé, composé de différentes couches de verres, dans lesquelles des poudres d’émaux colorés sont incorporés au cours de la cuisson.
  • Quant à la pâte de verre, la vraie, celle qui se coule au moule par le procédé de la fusion à cire perdue, contient aussi du plomb en notable proportion pour avoir les qualités requises à la fusion.

Comment reconnaître un vase en pâte de verre ?

La pâte de verre se définit par un procédé de moulage à ma cire perdu. Afin de déterminer si votre vase et en pate de verre, il faut prêter une grande attention aux détails. Un vase ou une sculpture en pâte de verre va présenter des détails infimes, comme nous l’avons vu sur la coupe rose de la cristallerie Daum. Ces précisions sont impossible à retranscrire dans le cas d’un verre moulé ou soufflé bouche.

La présence de bulle est inhérente à la fabrication. Certaines sont au coeur du cristal, d’autres à la surface. Non, ce n’est pas un défaut, c’est une caractéristique qui a son charme.

Découvrons la fabrication de la pâte de verre :

La fabrication de la pâte de verre relève du génie, tant la méthode demande un grand savoir-faire, une rigueur, une passion. Assister à la réalisation, étape par étape, nous montre la magie de cette matière, nous fait comprendre la valeur et la richesse artistique de ces oeuvres.

Pour faire simple, nous allons illustrer la fabrication avec l’atelier Daum France, un des jalons essentiels de la prodigieuse période Art Nouveau. Nous vous invitons à découvrir et comprendre ce fabuleux courant à travers notre guide de l’Art nouveau.

L'incroyable processus de la fonte à la cire perdue :

La cire perdue, c’est son nom. Cette technique est héritée de la fabrication de bronze. Quatre étapes sont essentielles, les voici :

1 – Moulage du modèle :

Création d’un modèle en plâtre ou terre cuite, reprenant les formes et détails de l’oeuvre.

Un moule en élastomère (ici de couleur orangée) est ensuite confectionné en négatif, par dessus le modèle, et vient épouser tous les détails de la sculpture. Il permet de tirer 50 à 200 exemplaire.

2 – Coulage de la cire :

L’artisan verrier coule ensuite de la cire chaude à l’intérieur du moule en élastomère (d’où le nom du procédé, à la cire perdue).

Ici, le vase rose Daum de couleur noire est entièrement réalisé en cire.

Une fois la cire refroidie, Il en résulte une parfaite reproduction de la sculpture de départ, ce modèle est ensuite perfectionné.

cire perdue daum
Moulage en élastomère
decouverte vase daum
Moule en plâtre

3 – Moule en plâtre réfractaire :

Puis, le verrier réalise un moule en plâtre réfractaire, en noyant l’objet en cire dans un bain de plâtre réfractaire.

Le plâtre constitue alors un moule en négatif de l’objet. L’ensemble est placé dans une étuve, où la cire fond sous l’effet de la chaleur et s’évacue par le trou.

Le moule est enfin prêt à recevoir les cristaux de couleur.

4 – Remplissage du moule :

Le plâtre est alors rempli de groisil.

C’est une phase délicate car car il faut ajuster la quantité de cristal nécessaire au volume de la pièce.

5 – Préparation du four et cuisson :

Le moule est ensuite placé dans un four à 900° pendant une durée de 10 à 20 jours suivant le volume de la pièce ! À la sortie du moule, il faut alors casser la plâtre afin de découvrir le résultat final, la magie opère !

Dernière étape, la finition :

Ce n’est pas encore terminé. Afin de perfectionner la sculpture, un travail à froid est parfois réalisé sur les pièces, permettant alors d’apporter brillance et lumière. Enfin, la signature de la cristallerie est apposée, comme celle de l’artiste sur certaines éditions d’art.

La signature Daum France, le spécialiste de la pâte de cristal :

Le panel de signature est vaste : Daun Nancy, Daum France, Daum avec une croix de Lorraine.

Antonin Daum, responsable du département artistique, n’hésitait pas à modifier la signature, à ajouter d’autres éléments, suivant le modèle créé.

Aujourd’hui, toutes les pièces sont signées Daum France. Les modèles présentant un défaut ou une anomalie, ne respectant par la charte qualité, sont signés Daum Nancy.

Vous êtes perdu avec les signatures ? Êtes-vous en possession d’un vrai Daum ? On vous explique tout dans cet article : la signature Daum France.

fabrication de la pate de verre
Démoulage d'une coupe Safran en pâte de verre Daum

La fabuleuse histoire de la pâte de verre :

C’est l’une des plus anciennes techniques du verre, récemment redécouverte à la fin du XIXe siècle. La pâte de verre a participé à la diffusion de l’Art Nouveau. Leurs créateurs ont pour ambition de rompre les amarres avec le passé, d’imaginer un style original et ardent capable de favoriser des rapports nouveaux entre les hommes et la société.

Histoire-chronologie-pate-de-verre-Daum-galle
Histoire et chronologie de la pâte de verre

Le naissance d’une fabuleuse matière :

Cela va vous étonner, mais cette technique est l’une des plus anciennes du verre. On estime que cette technique remonte à 5000 ans avant J.C.

Elle fut découverte par les Chinois durant l’âge de bronze. On note également que durant l’antiquité, l’on couvrait alors les murs et les plafonds de pavés de pâte de verre de diverses couleurs.

L’Art Nouveau et l’École de Nancy :

La pâte de verre fut au centre des arts décoratifs du XXè siècle, mis en lumière par les frères Daum, illustrant les dessins d’Henry Bergé, alors artiste décorateur à la manufacture. C’est ainsi à l’Art Nouveau que l’on doit la renaissance de la pâte de verre.

L’idéal de l’Art nouveau se caractérise par la volonté de faire entrer les arts dans la vie quotidienne. Très vite, le bibelot s’impose comme un objet décoratif de prédilection, alliant l’utile au beau. Ces créations, peu onéreuses, produites en grande quantité, trouvent facilement acquéreur à travers une vaste clientèle.

La manufacture Daum va pleinement profiter de cet engouement en créant des sculptures alliant figure humaine et animale. Le succès est immédiat, et Amalric Walter sera nommé Chef décorateur. 

L’intérêt du bibelot est tel que de grands artistes à l’instar de Louis Majorelle, ébéniste de l’École de Nancy, n’hésitent pas à en proposer à la vente au sein de leur magasin d’exposition. Le but est de créer un cadre de vie où l’acheteur puisse se projeter totalement.

À lire aussi : notre guide de la cristallerie Daum.

Parmi les artistes majeures maîtrisant cette technique : 

  • Henri CROS (1840-1907)
  • Albert DAMMOUSE (1848-1926)
  • Amalric WALTER (1870-1959)
  • Georges DESPRET (1862-1952)
  • François DECORCHEMONT (1880-1971)
  • Jean-Gabriel ROUSSEAU (ARGY-ROUSSEAU) (1885-1953)

« Émile Gallé désirait portait l'art pour tous, développant une production industrielle incompatible avec cette technique spécifique. C'était d'ailleurs une des raisons de la création de l'École de Nancy en 1901. »

Christophe Garland, blog www.leverreetlecristal.wordpress.com Tweet
Maitres-verriers-art-nouveau
Les maîtres de l'Art nouveau, Gallé, Daum, Cros

La pâte de verre en 1900 :

Depret fut l’un des premiers à mettre au point une nouvelle technique de pâte de verre, en même temps qu’Henry Cros, sans avoir aucune connaissance des travaux de l’époque.

Quelle est la vraie histoire ?

C’est alors qu’en 1904, Amaltic Walter, engagé par la cristallerie Daum, accède à cette technique nouvelle : une technique très différente de celle du verre tant par la composition de la matière que par la façon de la traiter.

Mais attention, les principaux chefs-d’oeuvre des frères Daum, exposés au Musée des Beaux-Arts, sont en verre. La maitrise de la pâte de verre se fera bien plus tard, nous allons le voir.

Contribuant au succès de l’École de Nancy (1901), la pâte de verre apporte aux formes un état de surface et une semi-transparence qui lui sont propres, la pâte de verre permet d’atteindre pleinement la 3e dimension comme la statuaire, que le verrier à la main a du mal à réaliser.

C’est alors que naissent des statuettes, des vases, des cendriers, dont les thèmes sont aujourd’hui célèbres. Oui, nous sommes dans le renouvellement des arts décoratifs du XXe siècle.

=> Pour vous, profitez de 10 lieux incontournables de l’Art nouveau à Nancy. Étape par étape, voici ce dont vous ne devez pas manquer lors de votre visite de la ville !

La pâte de verre en 1920-1939 :

L’Art nouveau laisse place à l’Art déco dans les années 1920.

Il est toujours très difficile de donner une période précise au mouvement “Art Déco” qui provient de l’exposition Arts Décoratifs de Paris en 1925. “Art Déco” est l’abréviation “Arts Décoratifs”. Il évoque les années folles 1920-1930. En réalité, ce mouvement artistique est appelé “Style Moderne” initialement. C’est dans les années 60 qu’il prend la dénomination “d’Art Déco”. Ainsi, on fixe la période 1925-1935 pour parler du style “Art Déco”.

Au moment où, revenant de la guerre, les verriers et les décorateurs reprennent leur art, une coupure radicale apparaît dans l’évolution des conceptions chez les créateurs et dans le public.

Il faut, très vite, tourner le dos à l’Art Nouveau, renier la décoration colorée qui rend le verre opaque, remettre en valeur sa transparence, abandonner les formes typiques de l’art 1900, et concevoir un dessin plus simple.

Un changement de style, plus épuré.

C’est alors que se produit un retour aux lignes droites, aux matériaux sobres, clairs, sans complexité de décor, que l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925 a manifesté à nos yeux avides de repos. Un nouvel art du verre plus sobre, plus dépouillé, tirant sa grâce de la limpidité et de la souplesse de la matière.

La pâte de verre au lendemain de la seconde guerre mondiale :

Si la pâte de verre peut reproduire toutes les formes, toutes les sculptures ne s’adaptent pas nécessairement à la pâte de verre. Il ne suffit pas de compter sur son état de surface, son grain, sa coloration, son aptitude à rendre les formes, il faut aussi jouer avec les épaisseurs, les demi-transparences qui accusent les reliefs, modulent les tonalités …

Une matière choyée par les sculpteurs.

C’est ce qu’ont compris plusieurs sculptures contemporains qui, habitués à travailler d’autres matières, ont été séduits par le champ d’expression nouvelle qu’elle offrait.

Lorsqu’à la sortie du moule détruit par la cuisson, les granulés apparaissent soudés, cette matière spéciale riche en plomb rend fidèlement la plastique du modèle de base, assortie de la translucidité et de la couleur.

Le cristal se prête également à des effets nouveaux lorsqu’on le traite à la manière de certains artistes modernes qui s’attachent aux formes naturelles d’une grande simplicité.

Les amoureux de cette belle matière trouvent ici l’occasion de la découvrir sous une forme particulièrement dépouillée.

Les bréviaires de la pâte de cristal :

Quid de la pâte de cristal ? En 1968, la cristallerie Daum perfectionne la technique en y ajoutant du plomb, on obtient alors de la pâte de cristal.

Daum France, le maître incontesté de la pâte de cristal :

Si vous désirez acquérir une pâte de verre de qualité, la cristallerie Daum France est à ce jour la seule encore en activité sur cette technique spécifique. La boutique officielle se situe Place Stanislas. Pour ceux ne désirant pas se déplacer, le plus grand choix de Daum est disponible via la boutique en ligne “Vessiere Cristaux, spécialiste depuis 1882”.

Des collaborations artistiques prestigieuses :

La Manufacture Daum est riche de plus de 350 collaborations artistiques parmi les plus grands noms de ce monde dont Dali, César …

L’Exposition Universelle en 1900 récompense Daum d’un Grand Prix et lui apporte une notoriété internationale. Novatrice, la cristallerie Daum habille déjà la lumière électrique avec du verre et s’associe à de grands artistes. Louis Majorelle ou encore Henry Bergé.

Aujourd’hui, les méthodes sont les mêmes, les collaborations artistiques sans cesse renouvelée. Vases, sculptures, coupes, flacons, les collections Daum sont empreintes de leur passé. Le naturalisme est très présent, tout comme les collections contemporaines.

Parmi les plus grands artistes ayant sculpté la matière aux côtés du cristallier, nous pouvons citer Richard Orlinski, Serge Mansau, Laurence Bonnel, Sylvie Mangau Lasseigne, Jean-Philippe Richard, Jacques Villeglé, ou encore Émiolo Robba.

Terminons sur quelques pièces d’artistes contemporains dont Richard Orlinski et Jean-philippe Richard :

LA ROUTE DU CRISTAL, C'EST MAINTENANT !

Partons ensemble à la découverte des plus illustres cristalleries de Lorraine. Au programme, Daum, Portieux, Baccarat, Lalique, Saint-Louis … 

Tout ce dont vous voulez savoir est ici ! 

Histoire, fabrication, musées, visite des ateliers, signatures et informations pratiques ! 

PARTAGEZ !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
À VOUS ? QU'EN PENSEZ-VOUS ?

7 réponses

  1. Guide à lire absolument pour qui s’intéresse au cristal et à la pâte de verre. Les questions -réponses permettent d’entrer facilement dans le guide pour connaître les différents cristaux et pâtes de verre, les techniques qui font leur spécificité, les grandes cristalleries. J’ai aussi aimé le rappel des liens avec l’histoire, le message patriotique des maîtres – verriers qui font la renommée de la Lorraine encore aujourd’hui.
    J’aime l’Art Nouveau et je lis tout ce qui s’y rapporte.

Laisser un commentaire