Livraison garantie même en confinement
5€ offert avec le code MAMAN

Amalric Walter, un génie de la pâte de verre à Nancy

tout savoir sur la vie Amalric Walter a Nancy

Amalric Walter, verrier français, n’est pas tant célèbre qu’un Antonin Daum, ou qu’un Émile Gallé, et pourtant, nous allons voir que son oeuvre dans la verrerie d’art Lorraine est essentielle. Un texte officiel de 1926 n’hésite pas à le déclarer comme le « créateur du procédé des pâtes de verre » … Voici son histoire :

Qui est vraiment Amalric Walter ?

C’est l’un des plus grands verriers français de la période Art Nouveau, Art déco, souvent oublié par nos contemporains …

Notre homme est né à Sèvres le 19 mai 1870. Il est formé à l’artisanat d’exception par la manufacture de Sèvres, lieu de prestige où le savoir-faire d’excellence se transmet entre génération. Il y apprendra la technique de la céramique ainsi que celle de la peinture sur porcelaine.

Cependant, Amalric Walter est bien plus célèbre pour ses pâtes de verre que pour ses faïences décorées.

Mais alors, qui est vraiment à l’origine de la technique de la pâte de verre ?

Même si cette technique remonte à 5000 ans avant J.C, il s’agit de Georges Despret qui fut l’un des premiers à mettre au point une nouvelle technique de pâte de verre, en même temps qu’Henry Cros, sans avoir aucune connaissance des travaux de l’époque.

Amalric Walter va être très tôt conquis par cette matière des plus étonnantes.

En 1901, il est récompensé d’une Médaille d’or à l’Exposition internationale du travail de Paris. Cet événement marque le point de départ de ses travaux de recherche sur la pâte de verre, poursuivant les études réalisées par le verrier Henry Cros.

En 1903, à l’Exposition des Beaux-Arts de Paris, Amalric Walter présente ses premières pâtes de verre réalisées avec Gabriel Lévy, son ancien professeur à la manufacture, avec lequel il a créé un atelier rue des Écoles, à Paris.

C’est alors qu’en 1904, Amalric Walter, alors âgé de 36 ans, est engagé par la cristallerie Daum.

Cette nouvelle étape professionnelle va lui apporter une notoriété à Nancy, mais également à Paris, où les oeuvres Daum sont commercialisées. Il rejoint les rangs des grands verriers à l’instar d’Henri Bergé, chef décorateur, ou encore d’Antonin Daum, responsable artistique.

À cette époque, le travail de WALTER chez Daum était plus expérimental que commercial.

Son passage chez Daum ne lui a pas permis de produire énormément de modèles, qu’il n’avait d’ailleurs pas le droit de signer.

Ce trio d’artistes vont ensemble, remettre au goût du jour cette technique antique !

Henri Bergé et Amalric Walter, Arrêt total des productions de ces deux artistes en 1935

PARTAGEZ L'ART VERRIER

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Amalric Walter et Henri Bergé à Nancy, deux génies de la pâte de verre :

Amalric Walter peut afin accéder à cette technique nouvelle : une technique très différente de celle du verre tant par la composition de la matière que par la façon de la traiter.

La pâte de verre relève d’un nouveau processus de fabrication pour le maître verrier : celui du moulage à la cire perdue, que nous vous détaillons ici.

Suivront dix années de travaux et de recherches qui vont permettre à la cristallerie Daum de s’imposer comme un vif foyer de création, mais surtout d’innovation au coeur de la verrerie d’art Lorraine.

Cette incroyable histoire de créativité est présentée ici : Daum Nancy, une histoire de famille …

Le duo de choc entre Amalric Walter et Henri Bergé va donner vie à plus d’une centaine de modèles en pâte de verre, présentant des couleurs vives et des décors sous les rivages de l’Art Nouveau.

Coupe en pâte de verre, Walter et Bergé, www.aguttes.com

En 1915, Amalric Walter quitte les ateliers Daum pour fonder, quatre années plus tard (après la guerre 14-18), son propre atelier de création, toujours à Nancy. 

Le moment n’est pas des plus opportuns. En effet, suite à la première guerre, l’expansion économique de Nancy connait un coût d’arrêt.

Ce n’est plus la Belle Époque, période marquée par les progrès sociaux, économiques, technologiques, lorsqu’Amalric Walter débutait dans les ateliers Daum.

Revenons en arrière :

Il faut savoir qu’en 1871, Nancy devient la capitale de l’Est, suite à l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Empire allemand.

Berceau de l’Art nouveau, la ville connait alors un développement économique et social des plus prospères, un foyer idéal pour tous artistes.

Une balade au coeur de la ville permet aisément de s’en rendre compte, l’Art Nouveau à Nancy et la richesse de son quartier des affaires sont présentés ici.

Le paysage n’est plus le même en 1919, lorsque notre homme ouvre son atelier. Cependant, Amalric Walter amorce sa production personnelle avec l’aide d’Henri Bergé.

Il y produira tout de même plus de 500 modèles différents, malgré une technique verrière non prolifique, comme l’était, dans une autre mesure, la marqueterie de verre utilisée pour certains vases d’exception d’Émile Gallé.

Dans les années 1920, l’atelier d’Amalric Walter connait alors son apogée, travaillant avec pas moins d’une dizaine de collaborateurs. Sa production est alors abondante !

WALTER a surtout été connu pendant la période Art Déco et c’est à partir des années 1920 qu’il a conçu ses plus beaux modèles.

Il fermera définitivement ses portes en 1935.

En 1955, sans le sou, fuyant Nancy qui avait contribué à sa gloire, il trouve refuge auprès des Bidaut, à Lury-sur-Arnon. Chez Auguste Camille, son ami d’enfance, né, lui aussi, en 1870.

À ses côtés, sa fille Jane. Elle veillera avec beaucoup d’affection sur ces octogénaires complices.

La fin est des plus tristes : Amalric Walter, alors aveugle, sort rarement au-delà du jardin, d’où l’on aperçoit les portes de ville de l’ancienne cité médiévale.

Son ami d’enfance meurt noyé dans l’Arnon, en 1957. Il ne se remettra pas de la perte tragique de son ami d’enfance

Amalric Walter, quant à lui, s’éteindra en 1959, dans ce même village du Cher …

Unique ouvrage sur Amalric Walter, disponible au tarif de 30€

Quel est le prix d’un vase d’Amalric Walter ?

La cote des vases et productions d’Amalric Walter est en hausse. Les pièces sont rares, l’offre est faible, la demande soutenue. 

Selon Bérénice Cugnière, de www.authenticite.fr, les presse-papiers de Walter présentant des motifs de nus féminins ou de grenouilles se vendent entre 800 et 2 000 €.

Ses grandes coupes, comportant notamment un insecte, entre 2 000 € et 5 000 €.

Attention aux fausses pâtes de verre d’Amalric Walter !

Il existe de nombreux faussaires sur le net. Nous vous conseillons vivement de vous rendre sur me site internet www.amalric-walter.net. Ils conseillent gratuitement les acheteurs et les maisons de vente aux enchères sur les vrais et les fausses pâtes de verre de Walter.

Voici les différentes signatures d’Amalric Walter :

Signature d’Amalric Walter, www.artlorrain.com et www.amalric-walter.net

Les 10 dates clés de la vie d’Amalric Walter :

19 mai 1870 :

Naissance à Sèvres d’Amalric Walter.

Février 1885 :

Nommé élève à l’École de la Manufacture nationale de Sèvres. Il y travaille comme dé- corateur sur porcelaine en 1890 ou 1891, comme son père et son grand-père.

1893 :

Amalric Walter ouvre son premier atelier de céramiques, rue des Binelles, à Sèvres.

1896 :

Amalric Walter reçoit une médaille de bronze à l’Exposition nationale et coloniale de Rouen.

1901 :

Médaille d’or à l’Exposition internationale du travail de Paris.

1903-1914 :

Arrivée d’Amalric Walter à Nancy, avec son associé, Gabriel Lévy. L’artiste réalise pour la manufacture Daum des coupes, des cendriers, des vide-poches et des plateaux dont les formes et les sujets qui les ornent sont conçus en collaboration avec Henri Bergé. Une centaine de modèles sortent du four de Walter jusqu’en 1914.

1910 :

Médaille d’or à l’Exposition universelle de Bruxelles.

1920-1938 :

En 1920, ou 1921, il s’installe à son compte à Nancy, au 20 rue Claudot, et continue à travailler avec Henri Bergé, jusqu’au décès de ce dernier, en 1937. Il s’associe égale- ment au sculpteur Alfred Finot et à de nom- breux autres artistes, comme Jules Cayette ou Marcel Corrette. Sa production de pâte de verre s’arrête en 1939.

1924 :

Médaille d’or à la 54e Exposition des Amis des arts, à Nancy, avec Henri Bergé.

1940-1945 :

En 1940, il quitte la ville de Nancy, mena- cée par les troupes allemandes, et se réfugie chez une parente de sa femme, en Dordogne. Son ami le verrier Paul Nicolas, membre de l’École de Nancy, utilise ses fours pendant son absence.

1954-1957 :

Amalric Walter, qui perd progressivement la vue, quitte Nancy, pour séjourner un temps à Tonnoy-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle), chez son ami bijoutier Jacquot. Puis il s’ins- talle chez les Bidaut, à Lury-sur-Arnon.

En 1957, devenu aveugle, il tombe dans un grand désespoir après la noyade de Auguste Camille Bidaut, aux Thureaux, à Lury-sur-Ar- non. Il reste alors vivre au côté de Jane Bi- daut, la fille de son ami d’enfance.

9 novembre 1959 :

Décès à Lury-sur-Arnon (Cher), où il est in- humé.

Les Amis de Lury-sur-Arnon rendent hommage à ce grand verrier :

Pour contacter l’association : [email protected]

L’idée de cet hommage à Amalric Walter est née au cimetière, en novembre 2018 ! D’entre les morts, une renaissance… Avec une poignée d’amis de Lury et de Quincy, nous honorions la mémoire d’un grand Lurois, l’ambassadeur de France Eirik Labonne (1888- 1971), quand l’un de nous, Dominique Plez, rappela le souvenir d’un autre occupant du cimetière, Amalric Walter, que sa famille fréquenta dans les années 1950, jusqu’au décès de ce dernier, le 9 novembre 1959.

D’une allée à une autre, nous voilà partis à la recherche de la sépulture qu’il avait repeinte il y a plus de trente ans…

Quelle ne fût pas notre désolation quand nous trouvâmes une tombe délabrée. Sur la stèle, au sol, on pouvait encore lire, péniblement : « Ici repose WALTER 1870-1959 ».

Tout à côté, une plaque funéraire flambant neuve, en hommage à l’artiste, signée de deux initiales et datée de 2017. Signe que l’homme n’avait pas été définitivement oublié.

À notre consternation succéda, en quelques instants, notre détermination à réparer cet outrage du temps : ainsi, décidions-nous d’engager des recherches sur Monsieur Walter, sa vie, son œuvre.

Mais également de tenter d’entrer en contact avec celles et ceux qui entretiennent la flamme de ce céramiste, maître de la pâte de verre, qu’il sublima avec un immense talent, à la manufacture Daum puis en son nom propre. L’accueil a toujours été très enthousiaste, même à des centaines, voire à des milliers de kilomètres. Ces encouragements nous ont confirmé dans notre intention de devoir de mémoire.

Au fil des semaines et des mois, nous avons entrepris la restauration de sa tombe et décidé d’organiser ce week- end commémoratif, les 8, 9 et 10 no- vembre 2019, pour célébrer l’artiste et rappeler les liens qu’il avait noués avec notre village.

De fil en aiguille, grâce à la volonté de passionnés, nous y voilà ! Longtemps oublié là où il a été inhumé, Amalric Walter va revivre grâce à vous tous. C’était notre souhait le plus cher. Il est exaucé.

Les autres verriers français :

L’histoire a retenu ces grands noms de la verrerie d’art française, pas celui de Walter. Cet artiste, trop souvent oublié, fait partie des grands de l’École de Nancy.

« Amalric Walter a toujours été un concepteur, maîtrisant successivement l’idée, le dessin, le modelage, l’harmonie des couleurs et les finitions »

François Le Tacon et Jean Hurstel

Complétez votre découverte :

PARTAGEZ L'ART VERRIER

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le guide des cristalleries de Lorraine

Venez découvrir nos illustres cristalleries à travers ce guide. Étape par étape, préparez votre voyage en Lorraine. Faites escale dans les hauts lieux du verre, savoir-faire séculaire, identité régionale, plongez au coeur d’incroyables histoires. Daum France, Portieux, Baccarat, Vallérysthal et bien d’autres verreries n’attendent que vous, embarquement immédiat !

Suivez-nous !

Que recherchez-vous ?

Les dernières new :

Qu’est-ce que le Jugendstil ?

Le terme Jugendstile renvoie tout simplement à l’Art nouveau en Allemagne. C’est un mouvement artistique moderniste international, embrassant toutes les disciplines. L’Art nouveau, en complète…

Les meilleurs articles :

Recevez le Meilleur du Cristal et de la Lorraine dans votre boîte mail !

Vos données personnelles ne seront jamais cédées ni revendues. En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
shares