15 SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS (TOUR DE FRANCE DE L’ARTISANAT)

guide du savoir faire et de artisanat en France

Voici 15 savoir-faire français à découvrir au plus vite ! L'artisanat français incarne l'art de vivre, le luxe, émerveille à l'internationale, fait partie de notre histoire. Un travail qui semble immémorial, comme une seconde nature pour des hommes qui s'expriment à travers leurs oeuvres. Vous souhaitez partir à la découverte de ces savoir-faire ? Voici un tour de France de l'artisanat français qui vous permettra d'organiser efficacement votre voyage, étape par étape.

Divisé en quatre parties, notre guide du savoir-faire français abordera le nord et l’est, le centre, l’ouest et enfin le sud.

Bien sûr, ceci n’est qu’une sélection.

Partagez vous-même dans les commentaires, votre savoir-faire régional et patrimoine vivant 

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ÉTAPE 1 DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS
- LE NORD ET L'EST DE LA FRANCE :

Si vous désirez vous rendre en Lorraine, vous devez impérativement lire notre guide des cristalleries de Lorraine disponible ici.

Notre parcours débute à Baccarat pour vous guider étape par étape sur la route du cristal. La meilleure manière de découvrir un savoir-faire français reconnu dans le monde entier.

Voici une carte détaillant les étapes de notre tour de France de l’artisanat :

carte de France des savoir-faire
Carte de France des savoir-faire

LE CRISTAL DE LORRAINE, UN SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS D'EXCELLENCE

La Lorraine, terre de cristal, terre de savoir-faire artisanal. Une trentaine de sites sont consacrés à l’histoire, la fabrication, et la création verrière. Parmi les plus célèbres, la cristallerie Baccarat, Lalique, Daum et enfin Saint-Louis.

C’est le top quatre du cristal !

Ensuite, de nombreux artisans travaillent le cristal dans la région. C’est le cas de Loïc Ortega, qui possède son propre atelier de taille et réparation à Baccarat (l’atelier du cristal). D’ailleurs, c’est ici que nos bijoux en cristal son sablés ! 

Le cristal en Lorraine, c’est aussi de jeunes créateurs !

Un cadeau à offrir ? Faites plaisir avec nos collections de bracelet. La dernière création “Rock” sablée dans l’atelier de Loïc Ortega est l’un de nos best-seller !

Voici quatre étapes afin de découvrir le cristal de Lorraine, réalisable en 3 jours :

carte du cristal en Lorraine
La route du cristal

ÉTAPE 1 - LA CRISTALLERIE BACCARAT

Enracinée depuis 1764 dans la petite commune de Baccarat, la cristallerie Baccarat est la plus célèbre, spécialisée dans la gobeleterie et les luminaires. Un artisanat français d’exception qui s’honore d’une aristocratique appellation “cristal des rois”, du à la faveur des prestigieuses commandes royales qui ont fait sa renommée internationale.

Mais alors, quoi faire dans la cité du cristal ?

Visiter Baccarat ?

En découvrant la première cité du cristal, votre premier souhait est de visiter les ateliers de la cristallerie et ainsi voir la magie opérer !

Malheureusement, la cristallerie ne se visite pas.

Déception ? Et bien non ! La ville de Baccarat vous réserve bien des surprises !

Regardez :

Commencez votre visite avec le musée du cristal. Retraçant la fabuleuse histoire de la manufacture Baccarat, le musée présente certains des plus beaux chefs-d’oeuvre de la cristallerie jamais créés.

De plus, le musée se situe dans l’ancienne demeure des directeurs de la cristallerie, juste en face de l’usine, vous pouvez ainsi entendre le bourdonnement incessant des fours qui tournent jour et nuit !

Ce n’est pas tout.

L’incroyable Église Saint-Rémy est également une étape incontournable de votre visite (surtout sous un beau soleil d’été). Détruite lors de la seconde guerre mondiale, l’église fut reconstruite avec le soutien de la cristallerie. Aujourd’hui, Saint-Rémy s’habille alors de plus de 20000 vitraux en cristal.

Pour terminer.

De nombreuses boutiques présentent également ce savoir-faire français, le savoir-faire artisanal des verriers de la région.

Enfin, la ville de Baccarat accueillera peut-être le musée du flacon, présentant une extraordinaire collection privée, offerte gracieusement par George Stam. Le projet en cours devrait aboutir en 2022, après la rénovation complète du château de Gondrecourt. Affaire à suivre …

Débutez votre visite avec le musée du cristal, au centre-ville de Baccarat :

Voici l’usine Baccarat, en face du musée du cristal :

exterieur de la manufacture Baccarat
Manufacture Baccarat

LE GUIDE DU CRISTAL À BACCARAT

Histoire, création, visite, signature, tout ce dont vous devez savoir sur Baccarat est ici !

2 - LA CRISTALLERIE DAUM

Le rendez-vous est pris à Nancy, Place Stanislas (à seulement 50 minutes de voiture de Baccarat).

Nancy, c’est le fief de l’Art nouveau, du naturalisme, de l’amour des courbes et de la femme. C’est ici même que la cristallerie Daum débute son activité pour ensuite devenir un fer de lance de ce nouveau mouvement artistique.

Pour ceux qui confondent Art nouveau et Art déco, on vous explique simplement dans notre article : cinq illustres artistes Art nouveau

La cristallerie Daum est le grand spécialiste de la pâte de verre (découvrez tous les secrets de la pâte de verre ici). Une dynastie familiale qui a marqué les arts décoratifs, aux côtés d’Émile Gallé, Victor Prouvé, et qui a participé à l’avènement de l’École de Nancycréée en 1901.

Les Daum sont produits à Vannes-le-Châtel, mais la manufacture n’est pas ouverte au public :

La manufacture est située à 40km de Nancy. Daum perpétue son savoir-faire français à travers des collections contemporaines, mais également typique de l’Art nouveau. Vase, coupe, sculpture, la pâte de verre Daum a su emporter la maison dans une aventure artistique en renouvellement permanent.

Le Musée des Beaux Arts de Nancy, place STANISLAS :

Les créations des frères Daum sont exposées au musée des Beaux-Arts de Nancy, à côté de la plus belle place au monde, la Place Stanislas.

En visite à Nancy ? Découvrez le guide Nancéien de Mon Grand Est, Pierre est passionné par sa région natale et vous guide pour deux jours de découverte !

Pour terminer.

Complétez votre visite avec la boutique Daum France, également située sur la place Stanislas, présentant les collections actuelles.

Rendez-vous au Musée :

decouverte vase daum
Technique de la cire perdue sur un vase Daum

LE GUIDE DU CRISTAL DAUM

La magie de la pâte de verre Daum est ici !

3 - LA CRISTALLERIE LALIQUE

La Maison Lalique perpétue l’histoire d’un génie des arts décoratifs, René Lalique, dont certains de ses bijoux Art nouveau s’échangent aujourd’hui à plusieurs centaines de milliers d’euros ! (voici le top 10 des incroyables bijoux de René Lalique).

Située à Wingen-sur-Moder (Bas-Rhin – à 1H30 de Nancy), prévoyez une bonne journée pour découvrir cette fabuleuse cristallerie (musée + restauration).

La cristallerie Lalique est le grand spécialiste du cristal satiné repoli. Mais pas seulement, René Lalique fut un artiste passant à égal talent de l’Art nouveau à l’Art déco, s’inspirant de trois thèmes : la flore, la faune, et la féminité.

Une entreprise française lifestyle.

En 2019, le nom Lalique et son artisanat de luxe rayonne toujours à travers le monde. La cristallerie s’est adapté au nouveau monde en se diversifiant. Joaillerie, mobilier, art, parfums, Hôtels & Restaurants, Lalique France est devenu une véritable marque Lifestyle.

Le Musée Lalique à Wingen-sur-Moder :

Ouvert en 2011, le Musée Alsacien expose la magie du verre et du cristal. 13 millions d’euros d’investissement auront été nécessaire pour le faire sortir de terre.

Une vraie réussite.

600 oeuvres d’exception sont ainsi dévoilées. En passant par les bijoux, sculptures, vases, flacons, le visiteurs découvrent les créations à travers les dessins issus des archives de l’époque René Lalique.

Du 17 mai au 3 novembre 2019, l’exposition “L’invention du parfum moderne” présente le rôle déterminant joué par René Lalique et François Coty dans le monde de la parfumerie.

Le plus intéressant ?

Complétez votre visite avec un déjeuner au Château Hochberg où bien à la Villa René Lalique (2 étoiles au guide Michelin). Ces deux établissements sont de véritables show Rom Lalique, une superbe façon de devenir acteur des créations et de l’art de vivre Lalique.

Rendez-vous au musée Lalique :

Voici l’ancienne demeure de René Lalique, entièrement rénovée pour accueillir un hôtel et restaurant de haut standing !

villa hotel restaurant gastronomique rene lalique
Villa René lalique, Hôtel et Restaurant gastronomique à Wingen-sur-Moder

LE GUIDE DU CRISTAL LALIQUE

Histoire, création, fabrication, signature, tout ce dont vous devez savoir sur LALIQUE est ici !

4 - LA CRISTALLERIE SAINT-LOUIS

Située à seulement 15 minutes en voiture du Musée Lalique, nous voilà à Saint-Louis-lès-Bitche.

La plus ancienne cristallerie de France estla première à découvrir la véritable formule du cristal en 1781.

La cristallerie de Saint-Louis est réputée avant tout pour ses magnifiques services de verre en cristal qui ornent les tables royales et présidentielles, pour ses lustres et candélabres qui illuminent les palais et château. 

Saint-Louis a largement contribué au rayonnement de la Lorraine. Plus de 200 artisans travaillent actuellement à la Compagnie des cristalleries de Saint-Louis (qui est détenue par le groupe Hermès).

Visiter le Musée Saint-Louis :

Inauguré en juin 2007, Le musée Saint-Louis est implanté dans la Grande Halle de production, encore en activité. Vous êtes donc en immersion totale avec les verriers, une expérience unique proposée uniquement par Saint-Louis.

Découvrez le travail du verrier en live !

Vous survolerez les verriers en action à travers un ingénieux système de palissade. Plus de 2000 pièces sont exposées, retraçant l’histoire de quatre siècles d’innovations techniques et de créations. 20 vidéos complètent la visite.

Rendez-vous :

LE GUIDE DU CRISTAL SAINT-LOUIS

Histoire, création, fabrication, signature, tout ce dont vous devez savoir sur SAINT-LOUIS est ici !

LES IMAGES D'ÉPINAL

Les imageries d’Épinal, c’est 220 ans d’histoire, et la dernière imagerie en activité dans le monde !

Tout Lorrain qui se respecte en possède au moins une précieusement conservée dans un cadre.

Oui, c’est mon cas ! 

Elles ont fait la renommée de la cité vosgienne et ont contribué à la transmission du savoir populaire (illustration d’événements politiques et historiques, scènes religieuses, loisir et même éducation des enfants)

Pour découvrir ce savoir-faire français, rendez-vous à Épinal, commune de 30000 habitants. Le charme particulier des images d’Épinal réside dans la technique utilisée. Cette technique du bois souligne la force du trait, affirme le geste du dessinateur, donnant une certaine rusticité et naïveté à l’ensemble. 

Les imageries d’Épinal connurent pendant plus d’un siècle une large popularité à travers le monde.

L’histoire des images d’Épinal :

Tout commence au début du XVIIe siècle, Épinal est alors une ville prospère, entourée de forêts, où l’on compte quatre papeteries et plusieurs imprimeurs. Ils réalisent alors des illustrations par gravure sur bois, la tradition spinalienne est née.

Les premières créations des images d’Épinal sont des images religieuses, des images de dévotion. C’était un art réellement populaire dans le sens noble du terme.

L’épanouissement.

Dès le XVIIIe, un nom s’impose, celui de Jean-Charles Pellerin. Les imageries deviennent une véritable entreprise industrielle. De nouvelles images voient le jour, anecdotiques, satiriques et historiques.

Et aujourd’hui ?

Ce savoir-faire français continue de prospérer à Épinal. La ville organise même un festival international de l’image et un autre consacré à la caricature, tandis que la visite de l’Imagerie d’Épinal révèle de superbes collections.

Vous l’avez compris, la meilleure période pour visiter Épinal est celle de la seconde quinzaine de septembre ! En plus, il devrait faire beau.

Visitez les ateliers de production :

En immersion totale dans les ateliers, vous découvrirez l’histoire de l’imagerie, tout comme les anciennes machines toujours en activité.

Rendez-vous.

Le musée de l’image :

Plus de 400m2 sur l’histoire de l’imagerie populaire du 17e siècle à nos jours. Mais aussi des peintures, de la photographie, et même de l’art contemporain.

Site web : www.museedelimage.fr

Plus de 200 000 visiteurs par an, pourquoi pas vous ?

le degres des ages des imageries epinal
Imagenie d'Épinal

À voir également :

  • Epinal et son cœur de ville (Vestiges du château, sa Tour chinoise, le quartier du Chapitre, la place des Vosges …)
  • La Forteresse de Châtel sur Moselle
  • Le Moulin Gentrey à Harsault (La Vôge les Bains)
  • Les forts : Uxegney, Sanchey, La Grand Haye (Golbey)
  • Son Cimetière Américain (Dinozé)
  • Le Château des Brasseurs (Xertigny)

LES GRÈS DE PUISAYE

Le sol de la Puisaye, offre depuis longtemps les meilleures argiles à grès de France. Entre Loire et Bourgogne, la région perpétue depuis trois siècles son savoir-faire : la poterie de grès.

L’histoire du grès de Puisaye :

Le développement de la production de poterie utilitaire commence dès le XVIe siècle, largement diffusé par la Loire et le canal de Briare.

Une production utilitaire.

La production concernait uniquement les gros grès, de 10 à 120 litres, pour la conservation ou le salage des aliments, ainsi que des pots divers pour le lait ou le beurre. 

À l’époque, la cuisson au bois durait plusieurs jours, alimenté sans cesse par des fagots faisant monter la température jusqu’à 1250°C.

Aujourd’hui, la poterie devient Art.

La poterie d’Art se substitue à la fabrication utilitaire. La beauté naturelle et rustique de la matière séduit artiste et artisan, qui transporte ce savoir-faire français en artisanat d’exception.

Le tourisme est aujourd’hui en grande partie le moteur de l’activité potière de la Puisaye.

Visitez le Château de Ratilly :

Découvrez l’histoire du château fort de Ratilly, ainsi que son atelier et ses fours traditionnels.

Vous pouvez également découvrir de magnifiques anciennes collections aux musées de Saint-Amand-en-Puisaye (ville et métiers d’art)ou de Villiers-Saint-Benoît, et découvrir un potier « tourner » au Musée vivant de la Poterie de la Bâtisse à Moutiers-en-Puisaye.

Rendez-vous :

En complément, découvrez le village d’artisans et le château du Chantier Médiéval de Guédelon à Treigny.

Mais aussi :

  • L’Atelier Badal (artisans potiers à st Amand en Puisaye).
  • L’Atelier des garçons.

Nous invitons à faire quelques km de plus pour découvrir la poterie de la Bâtisse à Moutiers en Puisaye : www.poterie-batisse.com.

Les-gres-de-puisaye
Le grès de Puisaye

LES TISSUS IMPRIMÉS ALSACIENS

L’Alsace et ses superbes villages attirent des millions de visiteurs chaque année. Maison à colombages, fortification médiévale, fontaines et balcons fleuris, mais pas seulement.

L’Alsace possède également son patrimoine immatériel, son savoir-faire français.

Dès le XVIIe siècle, l’Europe raffole des indiennes, ces toiles de coton le plus souvent peintes ou imprimées. L’Alsace présentait beaucoup d’atouts pour cet artisanat, et une prédisposition avec la qualité des métiers traditionnels à tisser. Toutes ces conditions étaient réunies pour l’épanouissement de l’impression sur étoffe.

Aujourd’hui, la tradition textile de l’Alsace demeure, et tout particulièrement celle de ses impressions. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les noms de Kenzo, Pierre Frey ou Manuel Canovas, qui en sont de fidèles clients.

Visitez le Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse :

Ce n’est pas moins de huit millions d’échantillons et de dessins qui y sont conservés. Le musée de l’impression sur étoffes est le témoin de ce savoir-faire alsacien.

Site web : www.musee-impression.com

tissus alsacien
Musée de l'impression sur étoffes

ÉTAPE 2 DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS
AU COEUR DE LA FRANCE :

Le tour de France de l’artisanat français nous transporte au coeur de la France. Entre terroir et artisanat d’art, voici une sélection des meilleurs savoir-faire, à compléter dans les commentaires.

PORCELAINE DE SÈVRES

Auréolée du titre de manufacture royale, la porcelaine de Sèvres évoque le raffinement du savoir-faire français. Sèvre fournit alors les services des tables princières et s’impose comme le cadeau des chefs d’État.

Une référence dans le monde de la porcelaine. Plus de 300 ans au service d’un savoir-faire identique !

L’Histoire de Sèvres :

Le secret de la porcelaine fut découvert par les chinois, où les artisans français, émerveillés par sa blancheur, s’évertueront à percer ses secrets pendants plusieurs siècles (pour l’anecdote, les verriers de Muranoavaient commencé à utiliser du verre blanc laiteux pour imiter la porcelaine de Chine).

C’est seulement en 1709 que le secret est découvert en Europe.

La fabrication.

La porcelaine dure se compose de 50% de kaolin, sorte d’argile qui reste blanche après cuisson, de 25% de feldspath et de 25% de quartz, qui sert de liant. Le mélange est cuit à 1400°C.

Réaliser une assiette à Sèvres nécessite l’intervention de 25 métiers différents, répartis sur 27 ateliers.

Propriété de Louis XV.

En 1756, la manufacture de Vincennes est transférée à Sèvres, et rentre dans la sphère royale. La mode est alors aux services de table, à café ou à thé, avec des décors riches et raffinés.

Le renouvellement.

En 1900, le renouvellement de Sèvres s’initie sous la direction d’Alexandre Sandier, qui crée plus de trois cents nouvelles formes et décors. Puis, à l’Art nouveau succède des formes plus carrées de l’Art déco.

Aujourd’hui, de nouvelles générations de créateurs sont invités à Sèvres, tradition et innovation cohabitent dans le plus célèbre foyer d’art décoratif du pays.

Un service pour l’Elysée.

En 2018, Sèvres a été chargée par l’Elysée de créer un service de vaisselle d’une valeur de 500 000 euros.

Visitez le musée national de céramique :

Plus de 50 000 oeuvres exposés retraçant 200 ans d’histoire à travers le monde. Les plus grands chefs-d’oeuvre de la céramique y sont exposés.

Site web : www.sevresciteceramique.fr

Rendez-vous :

fabrication de la porcelaine de sevres
Fabrication de la porcelaine de Sèvres

LA PORCELAINE DE LIMOGES

Avec Sèvres, la porcelaine de Limoges est l’un des joyeux de l’artisanat français. La porcelaine de Limoges se compose d’une douzaine de manufactures principales, dont les célèbres Bernardaud, Haviland, Raynaud, Doralaine … mais pas seulement.

L’histoire de la porcelaine de Limoges :

Le 13 novembre 1765 marque la découverte de la formule secrète de la porcelaine de Chine. Le chimiste Guétard découvre pour la première fois la présence de Kaolin dans la porcelaine dure de Chine.

La terre du Limousin est riche en Kaolin. La manufacture de Sèvres sera la première à produire de la porcelaine dure. Puis, en 1770, une manufacture est créée à Limoge dans une ancienne faïencerie. Elle deviendra royale en 1784.

Les petits ateliers se dévoilent :

La porcelaine de Limoges, c’est également ces petits ateliers qui ne cessent d’être actifs et innovants. 

On y découvre des éditions limitées, où l’objet de porcelaine perd souvent sa fonction utilitaire pour devenir sculpture. 

Regardez la signature.

Aujourd’hui, toute porcelaine fabriquée dans le département de la Haute-Vienne est marquée d’un tampon au vert de chrome « Limoges France » associé à des initiales ou symboles qui permettent d’identifier les différents fabricants.

Découvrez la porcelaine de Limoges :

En visite à Limoges, les lieux touristiques ne manquent pas ! Voici une sélection à ne surtout pas manquer :

  • La fondation Bernardaud, premier fabriquant et exportateur de porcelaine en France. Accompagné d’un guide, vous découvrirez les étapes de production, les ateliers, vous pourrez toucher, sentir, expérimenter de vous-même (à la différence d’un musée).
  • Le Musée National Adrien Dubouché propose un parcours de découverte présentant plus de 5000 oeuvres en céramique, retraçant l’histoire de l’art et de nos civilisations.
Bernardaud
Porcelaine de Limoges

LES COUTEAUX DE THIERS

Aujourd’hui, la ville de Thiers (12000 habitants) s’identifie à son activité coutelière. Avec un peu moins de deux cents entreprises de coutellerie, artisanales ou industrielles, la ville de Thiers abrite un remarquable musée, la maison des couteliers.

20% de la coutellerie mondiale est produite à Thiers ! Ce qui représente les deux tiers de la production française, tout de même !

L’histoire de la coutellerie de Thiers :

Dès le XIVe siècle, Thiers était connue pour sa taillanderie, la fabrication de tous les objets tranchants. On compte vingt-sept couteliers en 1476, deux cent quatre en 1567. En 1824, c’est le triomphe avec près de vingt mille personnes travaillant dans ce domaine dans la région de Thiers.

Visitez la Maison des Couteliers :

700 pièces sont exposées, retraçant le savoir-faire français et l’histoire des couteliers de Thiers. Vous assisterez également en direct au travail des couteliers d’art du musée.

savoir-faire-francais-coutellerie-thiers
Coutellerie de Thiers

LA DENTELLE DU PUY

Richesse patrimoniale, on pouvait penser que la dentelle de Puy disparaisse, après avoir traversée maintes crises. Aujourd’hui l’objet de sollicitation du monde entier, la dentelle du Puy est un savoir-faire français populaire, indépendante de la mode, fidèle à sa tradition.

La dentelle du Puy orne les costumes et le linge de la campagne, c’est avant tout la fierté de montrer un beau travail.

Une tradition locale.

Depuis 1931, l’appellation “dentelle du Puy” est réservée à la dentelle faite à la main sur un carreau. En 1974 a été ouvert un centre d’initiation à la dentelle à la main, tandis que l’atelier conservatoire national de la dentelle de Puy bénéficie du même statut que les manufactures nationales.

Dentelle à la main et dentelle mécanique, cohabitent aujourd’hui ensemble.

Visitez la dentelle du Puy :

  • Le musée des Manufactures de Dentelles à Retournac (www.ville-retournac.fr)
  • L’Hôtel de la Dentelle à Brioude, qui expose d’anciennes collections ainsi que contemporaines.
la dentelle du puy et sa fabrication
Fabrication de la dentelle du Puy

ÉTAPE 3 DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS
L'OUEST DE LA FRANCE :

LES IVOIRIERS DE DIEPPE

Dieppe fut une ville portuaire visitée par les corsaires et vécut longtemps des ressources venues d’outre-mer. Aujourd’hui, l’ivoire est avant tout associé à la légitime protection d’espèce en voie de disparition. Le savoir-faire de Dieppe s’adapte, évolue, l’artisan devient tantôt restaurateur puis créateur, travaillant des matériaux voisins comme l’os.

L’histoire des ivoiriers de Dieppe :

Matériau exotique et lointain, les Dieppois rapportèrent de leur voyage l’un des plus beaux ivoires, ayant la particularité de blanchir en vieillissant, alors que la plupart jaunissent.

L’ivoire sublime les sculptures, ni trop mat, ni trop brillant, soulignant les reliefs en se patinant, Pierre Graillon (1807-1872) sera l’un des plus illustres ivoiriers de Dieppe.

En France, il ne reste, à ce jour, que quatre ivoiriers.

La profession étant grandement menacée par un décret déposé le 16 août 2016 par Ségolène Royal et Stéphane Le Foll, interdisant toute forme de commerce lié à l’ivoire issu des éléphants ou des rhinocéros.

Visitez le manoir Cauchois de Jean Ango :

Non loin de Dieppe, ce manoir appartint à un riche armateur et négociant de la Renaissance, responsable en grande partie de l’essor du commerce et du travail de l’ivoire à Dieppe.

Un monument unique, avec son exceptionnelle architecture Renaissance italienne, son pigeonnier, qui passe pour le plus beau de France, son site, son parc …

Visitez le musée de Dieppe :

Installé dans un château fort édifié à partir du XIVe et classé monument historique, le musée de Dieppe renferme un incroyable chef-d’oeuvre d’ivoirier, la maquette d’un puissant trois-mâts toutes voiles dehors, étonnante de précision et de finesse.

Site web : www.dieppe.fr

En photo, Philippe Ragault, le dernier ivoirier de Dieppe :

savoir-faire-francais-ivoirier-de-dieppe
Philippe Ragault, ivoirier de Dieppe

LA DINANDERIE NORMANDE

Villedieu est une petite commune française de 500 habitants située dans le département de Vaucluse. C’est ici qu’imperturbables, les marteaux frappent le métal depuis plus de huit siècles.

Mais qu’est-ce que la dinanderie ?

Au sens large, la dinanderie est le travail aboutissant à la réalisation d’ustensiles utilitaires en cuivre, en laiton et même en bronze. Le travail est effectué grâce à un seul outil, le marteau. 

Depuis le XIIIe siècle, la commune de Villedieu abrite la tradition et l’artisanat des travailleurs du métal. Ce savoir-faire français est encore détenu par une cinquantaine de dinandiers en France.

Une dinanderie d’art.

La dinanderie a produit et produit encore de beaux objets, et joue aujourd’hui la carte de l’objet d’art. La dinanderie rencontre alors la sculpture et laisse place aux émotions.

La mise en forme d’une simple feuille de métal peut ainsi prendre plus d’un mois de travail, comme pour les oeuvres de l’artiste Nathanaël Le Berre.

Des artistes reconnus.

Nathanaël Le Berre a reçu le prix de l’intelligence de la main. Il exposa même à l’exposition des artisans d’art français au Musée nationale de Tokyo en septembre 2017.

Voici le résultat :

savoir-faire-francais-dinanderie-nathanael-le-berre
Création de Nathanaël Le Berre

Découvrez la Dinanderie de Villedieu :

Installé dans une ancienne bâtisse, le musée de la Poeslerie de Villedieu montre clairement combien un savoir-faire et artisanat français voués à l’utile devient aussi créateur de beauté.

dinanderie-villedieu

LES FAÏENCES DE QUIMPER

Pour qui se rend en Bretagne, la faïence se confond trop souvent avec une bimbeloterie touristique dénué de valeur. Mais la Faïence de Quimper n’en est pas. C’est une riche palette de couleurs, un savoir-faire français, des sujets familiers et sympathiques, des fleurs et de la rocailles.

Un travail à l’ancienne.

Entièrement fait main, des hommes et femmes façonnent des objets uniques dans la dernière faïencerie de Quimper, Henriot.

Le bol prénom, vous connaissez ?

Parmi les pièces mythiques, le bol prénom. C’est grâce à ce bol que les faïenceries Henriot de Quimper ont connu leur lettre de noblesse.

Dès l’été 1936 avec les congés payés, les touristes débarquent en Bretagne et tous repartent avec ce souvenir fait main, symbole de leur douce vacances sur le Littorale. Mais l’histoire de la faïencerie de Quimper remonte bien avant.

L’histoire des faïences de Quimper :

La première faïencerie bretonne est créée en 1690 par un habile faïencier venu d’ailleurs, Jean-Baptiste Bousquet. Son fils, Pierre, ne manque ni d’ambition ni d’habileté. Il développe rapidement la manufacture et acquiert entre autre la Grande Maison, qui deviendra le coeur de la manufacture de Quimper et donnera son nom à la faïencerie de 1882 à 1968.

Ce n’est pas tout.

Alors que les entreprises similaires se laissent supplanter par la porcelaine, Quimper reste fidèle à une production populaire, au sens le plus noble du terme. Les décors sont riches, étoiles et fleurs, coqs et autres oiseaux, mais aussi les célèbres personnages.

Visitez le musée de la faïencerie de Quimper :

Une collection de plus de deux mille oeuvres illustrent la passion d’un art associé à la faïence depuis plus de trois cents ans.

Site web : www.musee-faience-quimper.com

savoir faire francais de la faïencerie de Quimper
Peinture à la main des faïences de Quimper

ÉTAPE 4 DU SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS
LE SUD DE LA FRANCE :

LA GANTERIE DE MILLAU

Par la qualité de ses peaux et le savoir-faire de ses artisans, Millau a su alors se forger une réputation de capital. Le gant est noble, gardant une place de choix dans les collections Chanel, Dior, Hermès, Lacroix …

Les premières traces de gants remontent aux Égyptiens, avec l’étonnante découverte de trois paires de gants dans le tombeau de Toutankhamon.

Pourquoi Millau ?

On y trouve une grande qualité des peaux, mais aussi les eaux du Tarn. Au Moyen Âge, les tanneries sont reines à Millau.

Le gant et la mode.

Dans les années trente, le gant s’impose au monde. On le retrouve partout, largement diffusé grâce à la publicité et les médias.

La ganterie de Millau en chiffre :

Dans les années soixante, six mille petites mains produisent cinq millions de paires de gants !

Visitez la ganterie de Millau :

Vous pouvez visiter la Maison Fabre Ganterie qui depuis 1924 offre des visites guidées et gratuites de la ganterie. Vous observerez le travail de coupe et de coutures jusqu’aux finitions.

ganterie-millau
Ganterie de Millau

LES SANTONS DE PROVENCE

Les santons de Provence représentent une tradition vivante, à laquelle nul Provençal ne déroge. Le monde des santons, c’est Bethléem en Provence.

D’où viennent les santons de Provence ?

À l’origine, les santons, littéralement les petits saints, descendent des santibelli napolitains, étaient des saints qui n’avaient rien à voir avec Noël.  Oui, rien à voir !

Ainsi, les santons ne sont donc qu’une réduction des santibelli de bois ou de plâtre, destinés aux enfants qui jouent à la chapelle avec des objets liturgiques miniatures. 

Et c’est cette chapelle, le capelo, qui se transforme en crèche à Marseille, au début du XIX siècle.

Où sont produits les santons ?

Le Marseillais Jean-Louis Lagnel (1764-1822), peintre, faïencier, sculpture, est considéré comme le premier fabriquant de santon d’argile. La production se fait alors dans de petits ateliers, qui, même lorsqu’ils se professionnalises après 1920, ne passent jamais à la dimension industrielle.

Citons l’une des grandes dames du métier, Simone Jouglas, célèbre pour ses santons habillés.

Le foire aux santons :

La foire aux santons se déroule chaque année au mois de décembre. 

Regardez.

Marseille, Aubagne, Arles, et même plus loin, la foule est alors nombreuse à acheter quelques figurines qui vont s’ajouter à la crèche.

On recense près de deux cents atelier dans le grand Sud-Ouest, l’immense majorité restant fidèle à la Provence. 

Le marché international d’Arles est le plus respectés dans la profession.

Savoir-faire-francais-les-santons
Les santons de provence

LES ESSENCES DE PARFUM DE GRASSE

Depuis plus de trois siècles, Grasse est le berceau et la capitale de la parfumerie. C’est ici que Chanel récolte le jasmin pour la composition du N°5 de Chanel. À Grasse, on y choisit les roses, les fameuses roses de mai (la centifolia), mais aussi le mimosa et la tubéreuse.

Même si aujourd’hui, nombre de parfums s’élaborent dans le secret de laboratoire aseptisés, les plus nobles et les plus prestigieux restent fidèles à la tradition des essences florales comme base de composition.

La rose centifolia.

A Grasse, cinq tonnes de fleurs sont nécessaires pour obtenir un kilo d’huile essentielle de rose. La rose centifolia est très sensible, et le moment de récolte est déterminant dans le résultat final. La rose peut s’ouvrir en quelques heures seulement et c’est à ce moment précis qu’elle procure son parfum optimum. 

Des senteurs exceptionnelles.

Le climat subtropicale, tempéré et humide, ayant des influences salines, vont permettre de cultiver la rose et le jasmin, et ainsi donner quelque chose de très particulier à cette rose.

Les fleurs de Grasse sont incroyables.

Des senteurs exceptionnelles tout comme le savoir-faire pour les transformer en parfum, une trentaine de fabriques aux noms mythiques comme Fragonard ou Molinard élaborent des créations vendues dans le monde entier.

Un rituel immuable.

Les fleurs sont placées dans un extracteur pour être infusées à 45°C dans un solvant qui va révéler les qualités olfactives des plantes. Un procédé qui n’a pas bougé depuis plus de 50 ans !

Visitez Grasse :

Derrière une façade du second Empire, le musée international de la Parfumerie retrace trois mille ans de parfums et présente la fabrication des huiles essentielles, les plantes qui les fournissent, un laboratoire, et les plus belles réalisations du flaconnage.

La cité de Grasse est aussi le siège de l’école de parfumerie Givaudan-Roure, mondialement reconnue. 

rose centifolia de grasse
La rose centifolia de Grasse

LA FAÏENCE DE MOUSTIERS

Quiconque arrive à Moustiers-Sainte-Marie tombe aussitôt sous son charme, partout des étals de faïences témoignent de la tradition et d’un savoir-faire locale. Moustier est une terre de potier, depuis le XVIIe siècle.

L’histoire des faïences de Moustiers :

Considéré comme le fondateur de la faïence de Moustiers, le moine Pierre Ier Clérissy donna une impulsion décisive à la production familiale en substituant la faïence à la poterie dès la fin du XVIIe siècle.

L’évolution.

Plusieurs dynasties familiales vont se succéder à Moustiers, permettant d’évoluer l’art de Moustiers. La famille Ferrat apporte la technique du petit feu, utilisée par les faïences de Strasbourg. Cela permet alors d’utiliser des couleurs nouvelles, comme le rouge.

Et aujourd’hui ?

Malgré un chute de l’activité après la révolution française, la faïence de Moustier renaît grâce à l’action de Marcel Provence, et de la talentueuse Simone Garnier qui ouvrit son atelier après la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui, une quinzaine d’ateliers sont en activités.

Visitez l’atelier et le musée Lallier :

À travers une visite guidée d’une heure, vous découvrirez les étapes de fabrication d’une pièce en faïence, ainsi qu’un musée regroupant plus de 300 oeuvres du XVIIe siècle à nos jours.

Visitez le musée de la Faïence :

Vous serez ébahis par le grand salon bleu, présentant les faïences à décor bleu qui proviennent des deux anciennes entreprises qui ont dominé les débuts de la production, à savoir Clérissy et Olérys.

Site web : www.moustiers.fr

faïencerie de moustier
PARTAGEZ LE GUIDE !
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Et vous, quel est votre savoir-faire régional ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.