L’INCROYABLE CRISTALLERIE BACCARAT (1764 – 2019)

Depuis 1764, la cristallerie Baccarat est un fleuron du luxe français. Le cristal de Baccarat s’exporte aujourd’hui dans le monde entier, riche d’une histoire qui remonte à près de deux cent cinquante ans. Histoire d’un artisanat unique en son genre, de progrès technologiques et de collaborations artistiques, tous inspirés d’une même passion. À partir de Louis XV et de l’année 1764 commence cette fabuleuse saga que nous allons vous raconter. Immersion dans le cristal de Baccarat. D’hier à aujourd’hui, bref roman d’une cristallerie unique.

Qu’est ce que le cristal de Baccarat ?

Le cristal Baccarat est avant tout une marque déposée depuis 1860. Chaque pièce de la cristallerie est réalisée dans l’usine qui se situe dans la ville de Baccarat en Lorraine, où la cristallerie s’est complètement enracinée. Le cristal de Baccarat contient 31% de plomb, ce qui le classe parmi les plus qualitatifs au monde. Le cristal de Baccarat s’honore d’une aristocratique appellation cristal des rois, du à la faveur des prestigieuses commandes royales qui ont fait sa renommée internationale. Baccarat en chiffre, c’est aussi 90 Millions de chiffre d’affaire en 2017 dont plus de 80 à l’export, 632 employés dont 20 Meilleurs Ouvrier de France.

NOS BRACELETS EN CRISTAL

L'HISTOIRE DE LA CRISTALLERIE BACCARAT

Pour acquérir leurs lettres de noblesses dans l’univers du luxe authentique, les grandes maisons savent que seules de solides racines peuvent leur donner une incontestable légitimité. Celles de Baccarat sont liées à la riche histoire de notre Manufacture.

Le commencement.

« La France manque de verreries d’art et c’est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grande quantité, d’où il suit une exportation étonnante de deniers à un moment où le Royaume en aurait si grand besoin pour se relever de la funeste guerre de Sept ans … »

Voilà en quels termes Monseigneur Louis de Montmorency Laval, alors évêque de Metz, s’adressait au roi Louis XV pour le supplier de l’autoriser à créer une usine à feu dans sa châtellenie. 

La demande était peut-être intéressée, puisque l’établissement d’une verrerie permettrait à l’évêque d’utiliser au mieux les bois de ses immenses forêts, mais les motifs en étaient valables.

Le roi en fu conscient qui, en son Conseil tenu à Fontainebleau le 16 Octobre 1764, agréa la requête. Et il fit bien, car cette verrerie lorraine, née de l’abondance des bois épiscopaux, allait devenir le berceau d’une des plus prestigieuses cristalleries de France et d’Europe. Baccarat.

En 1764, le roi Louis XV accorde à l’évêque de Metz, Louis de Montmorency-Laval, l’autorisation d’établir une verrerie dans le village de Baccarat en Lorraine, sur les bords de la Meurthe, baptisée Verreries Sainte-Anne en 1775.

La verrerie Sainte-Anne de Baccarat, en effet, eut à subir bien des aléas à l’époque troublée de la Révolution et des guerres napoléoniennes, avant qu’Aimé-Gabriel d’Artigues, un temps directeur de la manufacture de Saint-Louis, ne la rachète en 1816 pour la consacrer au cristal.

Ainsi, la verrerie Saint-Anne va devenir la cristallerie Baccarat en 1816 (sous le nom d’Établissements de Vonêche à Baccarat). En effet, Louis XVIII va accorder à Aimé-Gabriel d’Artigues, propriétaire des cristalleries de Vonêche, une exonération des droits de douane à condition que ce dernier établisse une cristallerie en France.

Le premier four à cristal est alors allumé. Le livre des commandes s’ouvre.

Située sur la rive droite de la Meurthe, à un emplacement stratégique, le bois des forêts nécessaire à l’alimentation des fours peut alors y être transporté par flottage. La Manufacture parie d’emblée sur des installations de grande envergure, s’agrandit entre 1865 et 1870 et sera très vite considérée comme la plus belle cristallerie d’Europe.

La province s’affirme ainsi en tant que pays du cristal, sans savoir qu’un jour en Lorraine, verre et cristal seront indissociables.

Dès 1823, la cristallerie Baccarat participe à la première exposition nationale des produits de l’industrie. Louis XVIII se dira ébloui par le fini, la beauté du travail de la Manufacture.

Les premières commandes royales arrivent à la Manufacture. Louis XVIII, mais aussi Charles X commandent leur service de verre. Le verre d’apparat à bouton rouge commandé par Louis-Philippe (1840) témoigne de cet essor associé à un véritable art de vivre.

Baccarat est lancée, Baccarat va alors innover, regardez.

PREMIERS LUMINAIRES BACCARAT

Baccarat a marqué l’histoire en étant la première cristallerie à présenter des éléments de lustrerie en 1827. Baccarat va alors éclairer les plus grands de ce monde d’une magie de cristal clair, de cristal rouge et d’or. 

Les années suivantes ne seront que consécration. Dès 1830, baccarat conquiert de nouveaux marchés. À Istanbul, le palais de Dolmabahce se pare ainsi de cristal du sol au plafond, tout comme à Bombay, ou la cristallerie Baccarat ouvre un comptoir en 1886.

Baccarat émerveille encore le monde entier en présentant un lustre de cent quarante lumières à l’Exposition Universelle de Paris en 1855. La cristallerie Baccarat sera couronnée d’une médaille d’or.

Des pièces d’exceptions !

Qu’il s’agisse du candélabre à 90 bougie (1855), du candélabre bleu turquoise (1867), ou du lustre Jets d’eau (1925), la cristallerie Baccarat marque de son empreinte palais et appartements des rois et des empereurs : des modèles en cristal commandés par Napoléon III pour ses appartements au Louvre et aux Tuileries, aux appliques et lustres conçus pour l’Hôtel de Ville de Paris.

En deux siècles, les lustres Baccarat symbolisent la perfection, devenant même un icône pour la manufacture. 

De l’orient à l’Occident, Baccarat incarne la fusion parfaite entre l’extravagance et le classicisme, cette audace qui pérennise le goût autant que le savoir-faire d’excellence et l’art de recevoir à la française. 

Lustre-cristal-Baccarat

LA COULEUR CHEZ BACCARAT

Première manufacture à présenter et produire des pièces de couleurs (1839).

Du bleu céleste au vert émeraude, du cristal rouge à l’or au cristal noir fabriqué chez Baccarat depuis le milieu du XIXe siècle, le nuancier chromatique est d’abord une palette de sensations, un répertoire d’emotions, rendues possible par les mélanges subtils et les dosages les plus secrets.

LE VERRE EN CRISTAL BACCARAT

Mais Baccarat, c’est avant tout une renommé mondiale pour leur service de verre

On vous explique.

À la même époque, le passage du service à la française au service à la russe va permettre à Baccarat de s’imposer en tant que spécialiste. Chaque verre va alors avoir sa propre fonction. 

Aujourd’hui encore, on retrouve cette disposition des verres, à quelques exceptions près : de gauche à droite, le grand verre à eau, un verre moyen pour le vin blanc, et un plus petit pour le vin rouge, et légèrement en retrait, une flûte, ou plus communément à cette époque, une coupe pour le champagneL’art de la table Baccarat s’impose comme le talisman le plus précieux à cette époque. 

Pourquoi un succès tel ?

L’envie des hôtes de briller, et d’éblouir leurs invités tout simplement. La bourgeoisie n’est pas en reste puisque l’ouverture d’une première maison de vente à Paris (1832), au 30 bis, rue de Paradis, marque l’envie de cette dernière de cultiver chez elle les rituels des cours royales.

Le verre Harcourt, une signature d’art de vivre.

Un verre à côtes plates, Harcourt, s’impose comme la signature d’un art de vivre. 

Créé en 1841, le plus célèbre des services de Baccarat s’impose par la majesté et l’équilibre de ses lignes. Il apporte par sa sobriété une note de noblesse sur la table, aurait soufflé Boni de Castellane, prince de l’éphémère Palais Rose.

<p style= »text-align: center; »><iframe src= »https://www.youtube.com/embed/y_HfFxCldBI » width= »560″ height= »315″ frameborder= »0″ allowfullscreen= »allowfullscreen »></iframe></p>

 
verre-harcourt-Baccarat

BACCARAT ET LA RUSSIE

Le cristal des Tsars. Ou l’histoire d’une relation privilégiée entre la prestigieuse manufacture Baccarat et la cour des Tsars. Service de verre richement taillés et fastueux candélabres témoignent d’une passion d’or et de lumière.
service-du-tsar-Baccarat

L’histoire d’amour commence à Paris en 1867, pour l’Exposition universelle. 

Le Tsar Alexandre II s’attarde devant les splendeurs signées Baccarat, comme la paire de vase rouge rubis gravés à la roue par Jean-Baptiste Simon. Sa première commande fut pour la tsarine Maria Alexandrovna, un candélabre à 24 lumières.

La suite sera grandiose; les demeures impériales, telles que le palais de Gatchina, seront parées d’éléments de décor signés Baccarat.

Le plus intéressant est à suivre. 

En 1896, le tsar Nicolas II renoue avec la passion de son grand-père, et la flamboyance des commandes témoigne de cet attrait. Le service dit Du Tsar, en six couleurs différentes, avec un décor en taille riche et palmettes, un pied festonné, donnant lieu à de véritable folies de table.

Le taille de cristal, une spécialité Baccarat, mais plus globalement celle de nos artisans français, comme ceux de Cristal de Paris, installé à Montbronn. 

Ces verres se verront attribués un four propre à leur production au sein de la Manufacture Baccarat. Et pour cause, selon la tradition, chaque verre était lancé par dessus l’épaule à la fin du repas. Sur les trois fours au service de la manufacture en 1900, l’un deux est spécialement dédié aux fameuses commandes spéciales russes.

Rouge, rubis, bleu cobalt, vert émeraude, violet améthyste, vert mousse, jaune ambre. Le rouge rubis étant réservé à la table du tsar lui-même.

Au début du XXe siècle, le marché russe représentera une grande partie des exportations de la manufacture de cristal, et c’est toujours le cas aujourd’hui. 

En février 2008, la maison Baccarat à Moscou prend place au coeur d’un bâtiment historique de la rue Nikolskaya, ancienne officine créée au XVIIIe siècle sur un décret du star Pierre le Grand.

histoire-cristallere-Baccarat

BACCARAT ET LE MOYEN-ORIENT

De l’Empire Ottoman au Japon, de la Chine au Siam et à Singapour, où Baccarat possède même une représentation, les pays d’Orient constituent une importante ouverture pour Baccarat, où la vivacité des décors polychromes répond à l’appel de l’orientalisme dès la fin du XIXe siècle.
Lustre-Baccarat-Palais-Beylerbeyui

La cristallerie Baccarat va s’inspirer des verreries syriennes et égyptiennes, avec des décors peints aux émaux pour les réinterpréter sur ses propres modèles.

Les créations réalisées pour le marché oriental rivalisent d’opulence et de sophistication. Du service à moka turc au candélabre surmonté d’un croissant de lune (symbole de l’Empire Ottoman), commandés par le sultan Abdülaziz lors de sa visite à l’Exposition universelle de Paris en 1867, le répertoire maison s’enrichit de rinceaux et d’arabesques, de luminaires monumentaux destinés à rayonner au coeur des palais.

Les plus impressionnantes commandes demeurent celles qu’à justement effectuées le sultant Abdülaziz pour le palais de Dolmabahçe à Istanbul. Ici, les lustres, les miroirs imposants ainsi qu’un impressionnant escalier à balustres de cristal, inondent le lieu de lumière. 

Dans ce lieu fréquenté chaque année par plus d’un million de visiteurs, la signature Baccarat triomphe.

Nul ne peut oublier encore le somptueux palais de Beylerbeyi (ci-dessus), à Istanbul, considéré comme un véritable Musée Baccarat avec ses trente-et-un lustres, ses douze candélabres et ses huit candélabres-coupes triplés.

BACCARAT ET L'ORIENT

De la cave à liqueur Éléphant au vase à décor de poisson japonisant, de Bombay à Tokyo, le cristal Baccarat est un sésame, ambassadeur d’un goût, chéri par les empereurs comme les maharadjahs.

Baccarat-cave-liqueur-elephant

Dans un esprit de conquête de nouveaux territoires, la cristallerie Baccarat a très tôt envoyé des voyageurs au-delà des frontières et ce, dès les années 1830. Ils traversent la Méditerranée pour se rendre en Turquie mais également hors de l’Europe, en Inde ou encore à New York, proposant de nouveaux marchés prestigieux à la manufacture Baccarat.

C’est en 1886 qu’un comptoir Baccarat est inauguré à Bombay. S’ouvre alors une nouvelle ère, magnifiée par les commandes de mobilier extraordinaire, chaise, fauteuils de cristal, mais également et toujours les lustres Baccarat.

Pourquoi un tel désir ?

En Inde, le cristal est symbole de pureté et de transparence, justifiant des désirs illimités.

Pour la petite historie :

Baccarat garde encore le souvenir de la légende du maharadjah de Gwalior qui, dans les années 1930, avait acquis un lustre appelé Hall oriental. Lorsque le lustre fut suspendu, le plafond s’écroula, brisant le luminaire de légende. Le prince fit reconstruire un palais et en testa la solidité en faisant hisser sur le toit le plus lourd de ses éléphants, avant de remplacer le lustre. 

La féerie est là, synonyme d’un véritable art de vivre. Le fameux tabouret et la chaise Ferrières, conçus à la fin du XIXe siècle, ont pris place dans des palais d’Inde et du Moyen-Orient. 

Ils seront réédités en 1993, et depuis, disponibles sur commande : à la cristallerie Baccarat, le tabouret nécessite à lui seul deux cent cinquante-cinq heures de travail, rien que ça ! 

L’influence de Baccarat s’étend de la Thaïlande à la Chine. Si le sultan de Soerakarta n’hésite pas à commander le Service numéro 61 de l’Exposition universelle de 1867 gravé à ses armoiries (1898), la reine de Siam choisira quant à elle le service Nonancourt en cristal clair soufflé-moulé taillé de palmettes et de pointes de diamant (1910)

BACCARAT ET LES AMÉRIQUES

Dès la fin du XIXe siècle, le marché d’avenir que représente le Nouveau Monde est l’occasion pour la cristallerie Baccarat de magnifier un savoir-faire autant que la quintessence de l’esprit français.

Boutique-Baccarat-New-York

À New York, en 1948, l’ouverture d’un magasin Baccarat sur la 57e avenue marque l’avénement d’une nouvelle expansion avec la création d’une filiale, Baccarat US.

Véritable manifeste du goût français, on peut citer le service François Villon commandé par Franklin Delano Roosevelt, en 1939, ou le service Beauvais, réalisée pour l’ambassade des États-Unis à Paris.

Mais le véritable triomphe de la cristallerie Baccarat est en Amérique du Sud. Un lustre de 157 lumières est exécuté pour la Présidence du Pérou en 1939. Triomphe similaire au Mexique, où la première commande officielle passée par la Présidence remonte à 1924 : un service de verre Isigny, modèle créé en 1901 par Baccarat, au décor taillé en pointes de diamant et jambe à bouton facetté.

BACCARAT FRANCE ET L'EUROPE

Entre le service Beaune du prince Maximilien de Bade et le lustre Crinoline, Baccarat tisse des liens de lumière de l’Allemagne à la Grèce.

Si pour André Malraux, l’Europe a représenté le dernier des mythes, au sein de la manufacture Baccarat, elle incarne un idéal de lumière, un sens du métier et de la belle ouvrage.

Des commandes pour le Vatican aux flacons à cognac du service Malmaison pour le mariage du prince Rainier III de Monaco et Grace Kelly, les réalisations pour l’Europe font de la cristallerie une référence absolue et incontournables, perpétuant, de décennie en décennie, une tradition régulièrement revisitée par les artistes. 

L’Europe, pour Baccarat, c’est bien sûr un marché, mais c’est aussi un esprit, dont les créations sont les ambassadrices, tant dans la délicatesse des tracés, la virtuosité des formes soufflées, le style signe une appartenance.

Sa pureté le rend absolument contemporain, l’art de vivre devient une leçon de style. En marge d’un répertoire trop décoratif, le souci de fonctionnalité triomphe, et c’est dans ce registre que Baccarat exalte le meilleur d’un esprit associant l’héritage artisanal et le sens du design, soit le beau dans l’utile.

Tout est là pour le prouver, à l’image du service Filets d’or créé pour l’Autriche en 1890, ou du sublime verre à vin commandé pour le yacht du prince de Galles, en 1930 et dont le pied carré assurait une parfaite stabilité.

La sophistication célèbre un savoir-faire d’exception, dont les plus parfaits exemples demeurent les commandes réalisées pour la reine d’Angleterre : le fameux vase Célimène, offert à Sa Majesté Élisabeth II dAngleterre : le fameux vase Célimène, offert à Sa Majesté Élisabeth II d’Angleterre par le gouvernement de l’île Maurice en 1972, le flacon géant réalisé en 1957 à la demande des Parfumeurs français, ou encore la carafe en forme de diamant offert par John Walker à l’occasion du jubilé de son règne en 2012.

La lumière Baccarat rayonne dans toute l’Europe, de l’hôtel Mayfair à Londres, aux appartements du palais de la Principauté, à Monaco.

La force de la cristallerie est de tisser des liens subtils entre toutes les facettes de l’art, de l’artisanat et du désir, faisant de chaque décennie une invitation à partager un bal de sensations et de lumières.

LES ARTISANS VERRIERS DE BACCARAT

Baccarat a toujours puisé ses valeurs dans son patrimoine, dans le savoir-fair exceptionnel des hommes et des femmes de la Manufacture et dans ce lieu synonyme de l’ADN de la marque.

Mais pour affronter les challenges du développement de la cristallerie Baccarat s’est alors attachée à associer inlassablement tradition et innovation, la main experte de ses artisans et les dernières technologies, à investir dans la formation comme dans des machines modernes qui n’ont cessé de faire évoluer les métiers de l’art de vivre.

Une formation au coeur de l’évolution Baccarat.

Aujourd’hui, la cristallerie Baccarat compte dans ses rangs 22 Meilleurs Ouvriers de France. Des chiffres qu’envient les plus grands acteurs de l’univers du luxe. Faire évoluer cette dextérité, de l’apprenti aux plus qualifiés des artisans de la Manufacture, reste plus que jamais une priorité pour la Manufacture Baccarat.

Maitre-verrier-Baccarat

Bien ancrée sur le lieu où elle a été fondée, la cristallerie Baccarat s’est adaptée au fil des époques mais a su préserver sa place fondamentale au coeur des hommes et de l’organisation Baccarat.

La Manufacture place plus que jamais ses marques entre tradition et innovation et protège la vitalité d’un monde à part où, création, production et distribution évoluent en termes de savoir-faire exceptionnel et d’art de vivre sur mesure. 

Ici, cohabitent des artisans détenteurs de savoirs oubliés et des machines équipées des dernières technologies.

Une gravure affichée à l’entrée du Musée du Cristal révèle l’architecture d’origine d’un site industriel tel qu’il existe encore aujourd’hui. À première vue, rien n’a changé et avec un peu d’imagination, on peut vagabonder entre passé et présent tant le lieu semble intemporel. 

À l’image du geste et du souffle de l’homme devant le four incandescent qui élabore au bout de sa canne un objet de cristal.

Si la cristallerie Baccarat n’a jamais quitté son village lorraine et son site d’origine, un domaine de six hectares, rien n’est plus comme avant évidemment.

Et si l’on remarque la modernité de sa structure qui lui assure désormais des allures de studio hollywoodien, cela n’a rien d’étonnant. Baccarat a toujours su être un acteur de son temps. La maison de maître, baptisée « le Château », ancienne demeure des administrateurs, fait face aux halles et ateliers dont elle est séparée par une grande cour, un mail bordé de part et d’autre de maisons de verriers. C’est ici même quye se trouve le Musée du cristal.

Ces logements exempts de loyer depuis 1823 accueillent encore aujourd’hui soixante familles. Les quatre premiers fours de la verrerie sont allumés en 1765. La cloche de la halle à chaud sonne alors à l’aube pour avertir les ouvriers logés sur place que le cristal est prêt dans les pots (voir le langage du verrier).

Habitations-verrier-Baccarat

LA FABRICATION DU CRISTAL DE BACCARAT

La grosse place nécessite des aptitudes physiques, fait appel à un savoir-faire qui croise des disciplines différente et la capacité de se fondre dans le travail d’équipe.

Vingt-cinq kilos, pas moins, pour un modèle « Hibou Grand Duc ». Dans l’atelier des grosses pièces, la principale difficulté reste la complexité du poids, la prise du verre sur le plateau. Ici plus encore qu’ailleurs, pas le droit à l’erreur. 

Les gestes sont forcés. Il faut avoir une belle résistance et une grande capacité d’adaptation. Anticiper s’impose en règle du jeu pour l’équipe où chacun tient sa place par rapport à l’autre, rythme son mouvement avec celui du voisin, joue avec les instruments et les outils. 

Soulever en moyenne treize à quinze kilos de verre à chaque passage, faire tourner cette masse au bout de la canne, pour contrer l’effet de pesanteur et bien répartir la masse vitreuse rendent l’exercice difficile.

Soulever un pontil à vide ne relève-t-il déjà pas de la performance ? Toutefois s’il faut avoir la carrure, il n’en faut pas moins maîtriser le geste et la précision du toucher, veiller au moindre défaut.

Travailler à la production manuelle des grosses pièces se vit toujours comme une fierté et presque comme un métier en soi. Avec sa propre cadence. 

Fabrication-cristal-Baccarat

LES DATES CLEFS DE L'HISTOIRE DE BACCARAT

1764 :

le roi Louis XV accorde à l’évêque de Metz, Louis de Montmorency-Laval, l’autorisation d’établir une verrerie dans le village de Baccarat en Lorraine, sur les bords de la Meurthe, baptisée Verreries Sainte-Anne en 1775.

1816 :

L’industriel Aimé-Gabriel d’Artigues reprend les Verreries Sainte-Anne et les transforme en cristallerie.

1819

Aimé-Gabriel d’Artigues étant membre du jury, Baccarat ne peut pas concourir à l’Exposition nationale des produits de l’industrie française. Marie-Jeanne-Rosalie Désarnaud-Charpentier présente une table et un fauteuil de toilette en cristal qui seront acquis ultérieurement par la duchesse de Berry.

1824 :

Un ouvrier verrier, Ismaël Robinet, invente une pompe à air pistonné, qui supplée au souffle du verrier. cette pompe, très utile pour amorcer le soufflage, est encore utilisée aujourd’hui.

1827

La cristallerie Baccarat obtient  une médaille d’or à l’Exposition nationale des produits de l’industrie française. La fabrique présente pour la première fois des éléments de lustrerie.

1835 :

Baccarat crée une caisse de prévoyance pour les ouvriers de la taillerie, premier acte d’une politique sociale pionnière suivi par l’institution d’une caisse de retraite dès 1851 et l’ouverture d’écoles gratuites pour les enfantes d’ouvriers.

1839 :

La Manufacture se distingue par la production de cristaux de couleur et inaugure une atelier de dorure. Baccarat demeurera pionnier dans ce domaine grâce aux recherches menées dans les années 1840 par l’ingénieur François-Eugène de Fontenay, notamment pour la mise au point du fameux cristal rouge à l’or de Baccarat.

Dorure-sur-verre-cristal-Baccarat

1844

Baccarat remporte une nouvelle médaille d’or à l’Exposition nationale des produits de l’industrie française. Le jury souligne la qualité de son cristal blanc, la variété de ses verres colorés.

1855 :

Chaque Exposition Universelle de Paris permet à la Manufacture de présenter des pièces toujours plus exceptionnelles. Dès 1855, en présentant des candélabres de plus de cinq mètres de hauteur et des lustres portant 140 lumières. La cristallerie Baccarat marque son territoire.

On retiendra aussi, parmi d’autres, en 1867 une fontaine de cristal de sept mètres de haut ou bien encore, en 1878, le Temple de Mercure en forme de rotonde.

1860

Le 29 octobre, Baccarat dépose sa marque de fabrique au tribunal de commerce de Paris : une carafe, un verre à pied et un gobelet inscrits dans un cercle. Pour en savoir plus, découvrez comment reconnaître la signature Baccarat.

Signature-baccarat

1864 :

Baccarat achète le procédé de gravure à l’acide mis au points par le chimiste Louis Kessler.

1886

Baccarat développe son activité en Inde et en Amérique du Sud.

1892

Ouverture d’une boutique Baccarat à New York.

1906 :

Création du service dit « Du Tsar ». Un four construit en 1896 est consacré à la production des commandes pour la Russie. On l’appellera désormais le four du Tsar.

1907 :

Première Manufacture à fabriquer des flacons de parfum dès le Second Empire, Baccarat en produit à l’époque 4000 par jour.

1931

Georges Chevalier entreprend la création de bijoux pour Baccarat : bague louxor (1931), pendentif flacon (1932).

1967 :

La Manufacture construit un four d’un nouveau type, le four à bassin, à alimentation électrique et butane, dont la technologie est dérivée des fours d’optiques.

1992 :

Lancement de la première ligne de bijoux.

2005 : 

La famille Taittinger cède la cristallerie Baccarat au groupe d’investissement américain Starwood Capital.

2007 :

Baccarat reçoit le label ‘Entreprise du patrimoine vivant  » décerné par le ministère du Commerce pour récompenser les entreprises qui transmettent de génération en génération un savoir-faire d’exception.

2009 :

Inauguration du nouvel atelier de composition pour répondre aux nouvelles normes environnementales.

2018 :

Baccarat passe sous pavillon Chinois ( Fortune Foutain Capital (FCC) pour un montant de 164 millions d’euros.

LES BIJOUX BACCARAT

La première ligne de bijoux en cristal Baccarat voit le jour en 1931, sous la direction de l’artiste décorateur, Georges Chevalier.

C’est l’une des figures majeures de la création chez Baccarat. 

Dès 1916, alors âgé de vingt-deux ans, Georges Chevalier va dessiner pour Baccarat. Il accède rapidement au poste de directeur artistique de la manufacture qu’il occupe jusque dans les années 1970

Aujourd’hui, les collections de bijou Baccarat affichent un style contemporain.

Multipliant les collaborations, la célèbre créatrice parisienne, Marie-Hélène de Taillac, nous plonge dans son univers, mixant les couleurs et tailles de cristal.

Novembre 2018, Baccarat présente Étoile de mon coeur. Une collection dessiné par le célèbre joaillier de la Place Vendôme, Lorenz Bäumer.

Véritable figure du monde de la joaillerie, Lorenz Bäumer se définit comme un joaillier innovant. 

Titane, mais aussi impression 3D, la technologie permet d’apporter énormément au dessin du bijou.

PHILIPPE STARCK, MARCEL WANDERS, JAIME HAYON POUR BACCARAT

La création est une autre clé incontournable du succès de Baccarat. En faisant appel aux plus contemporains des designers mondiaux, de Philippe Starck à Jaime Hayon ou d’Ari Levy à Marcel Wanders, Baccarat confronte en permanence leur approche créative au talent de la Manufacture et garantit de projeter les collections dans leur époque et la marque dans le futur. 

« L’essence de Baccarat, c’est pour moi le monde de l’illusion, à travers le jeu optique des facettes du cristal taillé. J’ai donc imaginé un palais de cristal où tout serait possible » affirmait Philippe Starck en 2003.

Baccarat-Starck

QUOI FAIRE DANS LA VILLE DE BACCARAT ?

La ville de Baccarat est un lieu touristique. Quoi faire à Baccarat ? Quoi visiter à Baccarat ? 

Voici un petit guide, simple et concis.

Commencez par visiter le Musée du cristal de Baccarat.

Vous pouvez également visiter et acheter du cristal dans les différentes boutiques de la ville. Nous vous recommandons la boutique officielle, tout juste rénovée, ainsi que la boutique Vessière Cristaux Baccarat, qui vous offre le plaisir de pouvoir admirer les plus grandes cristalleries de la région comme Daum, Lalique, mais aussi les productions de verriers indépendants.

Pour finir, vous pouvez également visiter le pôle bijou, diverses expositions ont lieu sur un thème commun, la création de bijou. L’office du tourisme de Baccarat se trouve dans le même bâtiment. 

Depuis 2003, le Pôle Bijou est destiné aux professionnels du secteur de la bijouterie qui souhaitent s’installer et participer à un projet unique et innovant en bénéficiant d’aides techniques et financières : artisans créateurs, ateliers de production, prototypeurs, maquettistes, polisseurs, sertisseurs…

quoi-faire-a-baccarat

VISITE DU MUSÉE BACCARAT

Imaginé telle la demeure d’un collectionneur, on y découvre une collection privée étendue sur quatre salles. Rénové en 2015, il est le témoin de plus de 250 ans de savoir-faire. Un film vidéo est également diffusé afin de découvrir les verriers en action.

Situé au 2 rue des cristalleries, il est ouvert tous les jours sauf le lundi.

Musee-du-cristal-Baccarat

VISITE DE LA CRISTALLERIE BACCARAT ?

Vous souhaitez visiter la cristallerie Baccarat ?

Voir les artisans verriers en action ? Cela n’est malheureusement pas encore possible. Cependant, nous vous invitons à visiter le Musée du cristal à Baccarat, qui présente une vidéo explicative, ainsi que les différents chefs d’oeuvres présentés plus haut.

Usine-manufacture-Baccarat

RECONNAÎTRE LA SIGNATURE BACCARAT ?

Vous êtes en possession d’un Baccarat ? Vous souhaitez analyser sa signature, et ainsi l’authentifier ?

Pas de panique, tout est expliqué en détail dans notre article concernant la signature Baccarat.

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !